À Aubervilliers: un collège coopératif interdit...

L'école de la confiance, dont le ministre de l’Éducation se targue, est celle qu'il dicte rue de Grenelle, pas celle qu'un collectif d'enseignants et personnels engagent sur le terrain et depuis deux ans essaient de faire évoluer. L'expérience du collège coopératif et polytechnique Gisèle Halimi à Aubervilliers, qui devait être évaluée en juin 2021, vient d'être interrompue par courrier!

C'est par une lettre du Recteur de l’académie de Créteil, M. Auverlot, que le personnel du collège coopératif et polytechnique d’Aubervilliers a appris que leur fonctionnement et projet d'établissement, (pourtant contractualisé avec le Rectorat en 2016 : horaires du collège, répartition par discipline, services des agents, règlement intérieur) a reçu ''un avis défavorable'' et doit rentrer dans les rails du ministère pour la rentrée prochaine.

La méthode est pour le moins ''cavalière''. C'est en 2016, qu'un contrat d'expérimentation de trois ans est signé avec le Rectorat pour la rentrée en septembre 2017. Du fait du retard dans la construction du Collège l'ouverture est reportée à 2018. Cela dure donc depuis deux ans dans des conditions difficiles et précaires (serait une caractéristique du département...?). En juin 2019, un bilan d'étape positif amène la direction académique à décider l’évaluation du projet en 2021 avec comme point de référence, les résultats des premiers élèves au Brevet.

Mais voilà qu'en 2020, ''le Rectorat oblige l’établissement à repasser devant le comité d’évaluation. Le nouveau projet présenté, rédigé en urgence pendant le confinement, n’a pas pu être présenté au Conseil d’Administration. Le 3 juin, le Comité de Validation des Expérimentations (CVE), a décidé de mettre un point final qu’on peut juger précipité et injuste''. Selon le communiqué de l'Association qui soutient ce collège alternatif.

Cette façon de faire me paraît effarante, en pleine crise sanitaire et surtout en pleine interrogation et réflexion sur les pratiques et méthodes dans bon nombre de métiers. Celui de l'éducation n'est pas des moindres y compris dans un département comme celui de la Seine-St-Denis (93).

A l'évidence ce projet s'engage plutôt dans la coopération que dans la compétition, dans la construction ''la qualité du dialogue entre adultes et élèves et dans l'esprit d'initiative et le sens des responsabilités''. En quelque sorte un pas vers un Collège de citoyens en devenir. Un Collège d'innovation pédagogique à Aubervilliers, serait-il moins digne dans la version Blanquer de ''confiance''?

Ce projet était accompagné par l'Association pour un Collège Coopératif et Polytechnique à Aubervilliers ou A2CPA assumant deux axes de travail

* soutenir la mise en place d’un projet de collège coopératif et polytechnique au collège Gisèle Halimi d’Aubervilliers ;
* participer à la réflexion pédagogique sur Aubervilliers autour des pédagogies de l’Éducation Nouvelle et  des pédagogies coopératives.

L'Académie de Créteil, où le ministre a été recteur pendant deux ans (2007/2009), ne semble pas apprécier ce qui n'est pas dans ses cartons. Dans une période où seraient plutôt les initiatives locales qu'il faudrait privilégier et accompagner, on comprend mal, que par une lettre-couperet (un an avant la date boutoir), les autorités académiques ''effacent'' le travail d'une communauté scolaire et d'un projet en élaboration depuis 2013.

Que faire pour contrer cet acte autoritaire, au-delà de la diffusion des objectifs éducatifs et citoyens du collège coopératif et polytechnique? Comment soutenir ces professionnels engagés dans le collège Gisèle Halimi à Aubervilliers? Notre mobilisation, notre alerte auprès des enseignants mais aussi de parents d'élèves...?

** Site de l'Association Qui sommes-nous ? | Pour un collège coopératif et ...

*** Information sur l'Expresso site de « Le Café pédagogique » Le collège coopératif d'Aubervilliers supprimé*

****Et le 22 avril: Dans le 9-3, la solidarité aussi à Aubervilliers!

*****Dans le premier commentaire le Communiqué de l’A2CPA du mardi 9 juin 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.