ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

673 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 juin 2020

À Aubervilliers: un collège coopératif interdit...

L'école de la confiance, dont le ministre de l’Éducation se targue, est celle qu'il dicte rue de Grenelle, pas celle qu'un collectif d'enseignants et personnels engagent sur le terrain et depuis deux ans essaient de faire évoluer. L'expérience du collège coopératif et polytechnique Gisèle Halimi à Aubervilliers, qui devait être évaluée en juin 2021, vient d'être interrompue par courrier!

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est par une lettre du Recteur de l’académie de Créteil, M. Auverlot, que le personnel du collège coopératif et polytechnique d’Aubervilliers a appris que leur fonctionnement et projet d'établissement, (pourtant contractualisé avec le Rectorat en 2016 : horaires du collège, répartition par discipline, services des agents, règlement intérieur) a reçu ''un avis défavorable'' et doit rentrer dans les rails du ministère pour la rentrée prochaine.

La méthode est pour le moins ''cavalière''. C'est en 2016, qu'un contrat d'expérimentation de trois ans est signé avec le Rectorat pour la rentrée en septembre 2017. Du fait du retard dans la construction du Collège l'ouverture est reportée à 2018. Cela dure donc depuis deux ans dans des conditions difficiles et précaires (serait une caractéristique du département...?). En juin 2019, un bilan d'étape positif amène la direction académique à décider l’évaluation du projet en 2021 avec comme point de référence, les résultats des premiers élèves au Brevet.

Mais voilà qu'en 2020, ''le Rectorat oblige l’établissement à repasser devant le comité d’évaluation. Le nouveau projet présenté, rédigé en urgence pendant le confinement, n’a pas pu être présenté au Conseil d’Administration. Le 3 juin, le Comité de Validation des Expérimentations (CVE), a décidé de mettre un point final qu’on peut juger précipité et injuste''. Selon le communiqué de l'Association qui soutient ce collège alternatif.

Cette façon de faire me paraît effarante, en pleine crise sanitaire et surtout en pleine interrogation et réflexion sur les pratiques et méthodes dans bon nombre de métiers. Celui de l'éducation n'est pas des moindres y compris dans un département comme celui de la Seine-St-Denis (93).

A l'évidence ce projet s'engage plutôt dans la coopération que dans la compétition, dans la construction ''la qualité du dialogue entre adultes et élèves et dans l'esprit d'initiative et le sens des responsabilités''. En quelque sorte un pas vers un Collège de citoyens en devenir. Un Collège d'innovation pédagogique à Aubervilliers, serait-il moins digne dans la version Blanquer de ''confiance''?

Ce projet était accompagné par l'Association pour un Collège Coopératif et Polytechnique à Aubervilliers ou A2CPA assumant deux axes de travail

* soutenir la mise en place d’un projet de collège coopératif et polytechnique au collège Gisèle Halimi d’Aubervilliers ;
* participer à la réflexion pédagogique sur Aubervilliers autour des pédagogies de l’Éducation Nouvelle et  des pédagogies coopératives.

L'Académie de Créteil, où le ministre a été recteur pendant deux ans (2007/2009), ne semble pas apprécier ce qui n'est pas dans ses cartons. Dans une période où seraient plutôt les initiatives locales qu'il faudrait privilégier et accompagner, on comprend mal, que par une lettre-couperet (un an avant la date boutoir), les autorités académiques ''effacent'' le travail d'une communauté scolaire et d'un projet en élaboration depuis 2013.

Que faire pour contrer cet acte autoritaire, au-delà de la diffusion des objectifs éducatifs et citoyens du collège coopératif et polytechnique? Comment soutenir ces professionnels engagés dans le collège Gisèle Halimi à Aubervilliers? Notre mobilisation, notre alerte auprès des enseignants mais aussi de parents d'élèves...?

** Site de l'Association Qui sommes-nous ? | Pour un collège coopératif et ...

*** Information sur l'Expresso site de « Le Café pédagogique » Le collège coopératif d'Aubervilliers supprimé*

****Et le 22 avril: Dans le 9-3, la solidarité aussi à Aubervilliers!

*****Dans le premier commentaire le Communiqué de l’A2CPA du mardi 9 juin 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal
Raoul Peck, invité exceptionnel d’« À l’air libre »
Le réalisateur vient présenter sa nouvelle série documentaire, « Exterminez toutes ces brutes », diffusée jusqu'au 31 mai sur le site d’Arte. 
par à l’air libre
Journal — Gauche(s)
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui exactement parle cette candidature.
par Mathieu Dejean
Journal — Politique
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann