Ferrand et la juge des juges trop “gourmande”!

Non, rien ne les arrête dès qu'il s'agit de placer les copains-copines, de trouver des raccourcis dans la loi, de “dompter la démocratie”. Sauf quand la presse, entre autres, ici le Canard Enchaîné de ce mercredi, donne des “coups de bec”! M Ferrand, ex-PS et Mutuelles du Mans, actuellement au perchoir de l'Assemblée a voulu proposer Mme Faugère au Conseil Supérieur de la Magistrature.

Résultat de recherche d'images pour "richard ferrand dessins"    Pour le Conseil Supérieur de la Magistrature, suivant la procédure des nominations, il revient au président de l’Assemblée nationale de nommer un de ses membres. Le Macroniste des premières heures, M Ferrand, avait dans ses tablettes Mme Faugère, ex-directrice générale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Mais l'hebdo du mercredi (16 janvier) a lancé un “Canard dans la mare”, rappelant que Mireille Faugère, avait perçu trop d’argent lorsqu’elle dirigeait l’AP-HP. En juillet dernier, un jugement du Tribunal administratif de Paris l'avait condamné à rembourser la somme de 148 934€. La candidate préférée du président de l'Assemblée nationale avait touché, pendant son exercice à l'AP-HP, des revenus d'entreprises privées (EDF et Essilor). Il est interdit le cumul de rémunérations publiques et privées. Ces “activités privées prohibées” lui ont permis d'empocher “indûment” presque cent cinquante mil euros pendant ces trois ans. Il semblerait que Mme Faugère, qui siège depuis 2014 à la Cour des Comptes (belle planque...), conteste qu'on l'oblige à respecter la loi.

On observe, encore une fois, que lui même soupçonné de conflit grave d'intérêts, M Ferrand persiste et signe dans des pratiques qui privilégient les personnages peu éthiques, mais à coup sur capables de rendre des services comme des obligés (?). Personne ne croit qu'un vieux baron du PS, n'ait pas été informé des états de service de sa “nominée”...

Et le Canard le titre bien Une future juge des juges a un accroc dans la robe

La protégée de Richard Ferrand devait être entendue le jour de la parution du Canard par la Commission des Lois de l'Assemblée mais un éclair de lucidité a conduit, “l'imprudent” M Ferrand à renoncer à une telle nomination...

Par ailleurs le journal Le Monde, évoque une séquence où la Chambre régionale des comptes avait “relevé en 2016 que l’ancienne directrice générale de la branche SNCF Voyages avait augmenté de 50 % sa rémunération par rapport au précédent patron de l’AP-HP et avait perçu à son départ en novembre 2013 une indemnité de licenciement de 125 000 euros alors qu’elle aurait dû toucher 25 881 euros.

On se souvient (et ce n'est pas fini) des compétences immobilières de l'actuel président de l'Assemblée, Un Ferrand dans la chaussure...*. Il n'y a donc pas de quoi se surprendre que celui qui détient le 4ème rang dans le protocole de l’État, s'approprie (ou essaye) grâce aux prérogatives de la fonction pour placer des personnes dont l'éthique ne semble pas la première qualité. Voilà un candidat pour la prochaine distribution des prix d'Anticor: ses fameuses casseroles!

Ni l'un ni l'autre, ni Ferrand ni Faugère, ne semblent pas comprendre que le ras-le-bol qui se manifeste partout en France, et pas que le samedi, est l’exaspération devant ces pratiques et l'éthique de ces corrupteurs des valeurs de la démocratie!

On comprend ainsi pourquoi le président de la République a choisi de ne pas intégrer dans sa lettre aux citoyens, ni dans le débat public les questions qui fâcheraient le président de l'Assemblée «la fraude fiscale, la corruption, les conflits d’intérêts, le lobbying, le gaspillage de l’argent public...» comme l'a noté l'Association Anticor, à lire ici : Grand débat national : Anticor rappelle ses propositions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.