Morice Benin : l'artisan-chanteur rebelle

Ni vieux ni traître, chante Morice Benin “... Oser se perdre, vivre sans laisse: Voilà le prix fort de sa liberté /Ni vieux, ni traître quand on se déleste, on a plus que l’instant à savourer /On n’a que l’impromptu à célébrer, y’aura que l’inconnu pour se trouver...” C'est son CD en cours de finition, “Immanences” où le chanteur, artisan rebelle de la chanson nous invite à entrer dans la danse!

Le titre de son album de 14 chansons a pour titre “Chants d'immanences”. Et il nous explique, Larousse à l'appui “Immanence : résulte de ce qui est du cours naturel des choses et qui se manifeste un jour ou l'autre”... C'est au fond cette façon bien à lui d'être à l'écoute, dans l'action, l'actualité et en harmonie avec ce qui est là, autour de nous : “l'ancrage à l'instant présent reste essentiel”, c'est son choix, c'est sa vie.

Écouter Morice Benin c'est se replonger dans le souvenir de tant de chansons, tant de soirées partagées, tant de rencontres et de discussions enflammées, généreuses, riches d'espoirs et d'attentes.

C'est aussi nous lever avec son dernier CD Hé, Basta!* sorti en octobre 2018, où il nous parlait “surtout de survie, de résistance et de fraternité”.

Mais Morice ne peut pas s'arrêter, il a toujours des choses à nous dire, à nous proposer de partager autour de nous.

De sa place d'artisan rebelle, comme il se définit, il veut faire face à l'outrance. La modernité lui va quand elle est ''valeur universelle partagée''. Pas le progrès qu'on marchand, ''qui consiste à nous gaver et nous engraisser comme des oies afin de mieux nous abrutir et nous plumer''.

Morice Benin dénonce ''la boulimie addictive d'Internet'' et ses produits dérivés, ''épods, facebook, you tube, play-listes... et autres friandises bien virtuelles''. C'est contre cette outrance qui le rebute ''l'usage sournois que les lobbies, politiciens et publicistes en ont fait : vaste terrain de propagande pour une cause mercantile ou (et) idéologique...''

Et, comme Morice Benin nous savons que ce combat ''reste le même depuis mes débuts : nous combattons les Attila du formatage et du pouvoir. Nous sommes les petits David démultipliés d'une société civile, consciente de sa force collective (l'utopie joyeuse a toujours été notre carburant!)''.

 

C'est à cela que Morice Benin nous convie et que j'ai plaisir à partager sur Mediapart. C'est à travers son association Fanal du côté de Die, [http://moricebenin.fr/ ] que nous pouvons trouver ses disques, soutenir son projet, peu susceptible de se faire connaître sur les grands canaux de la chanson ou de la communication!

Eh Morice, «... Sentir confusément que notre vaste monde

A bien été sauvé depuis son commencement

Que tout est à sa place: l’ordre et même le désordre

Célébrer le miracle d’être toujours vivant...»

''Immanences''

Résultat de recherche d'images pour "morice benin"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.