En Marche le «clan des septuagénaires»!

Les forces de police et les propos du président de la République ouvrent la voie à la création d'un collectif, «le clan des septuagénaires»! Je me sens particulièrement invité (73 ans) dans cette volonté de montrer à ce “jeunot” que la sagesse des septuagénaires est en marche...

C'est un billet de plus, qui ne fera pas avancer le schmilblick, c'est un billet d'indignation. J'ai besoin d'exprimer ici et de me joindre à toutes celles et ceux qui trouvent inadmissible l'impudence du président de la République à l'égard de Geneviève Legay, victime de la violence des forces de police et du mépris de ses propos.

Âgée de 73 ans, Geneviève Legay, membre d'ATTAC,  manifestait et avait bien exprimé ses intentions, peu de temps avant la charge policière : «Moi je me bats pour mes petits-enfants. Contre les paradis fiscaux, et tout l’argent que les banques blanchissent, dans l’énergie fossile par exemple». Cheveux blancs, elle tenait un drapeau arc-en-ciel à la main, comme symbole de Paix et a été filmée ainsi l'interview de Geneviève L. avant qu'elle ne soit blessée . Charge de la police et on la voit, sur des images, par terre et un policier l’enjambe sans lui porter secours.

Discours affligeants des autorités niant une quelconque responsabilité de la police. Si c'est le cas pourquoi le policier qui fait du «saute mouton» sur le corps de Geneviève ne s'est pas arrêté pour preter secours à 'une dame âgée par terre, risquant d'être blessée?

Et tout en minimisant l'affaire «cette dame n’a pas été en contact avec les forces de l’ordre», le président de la République ose, avec l'arrogance à laquelle il nous a habitué, lui souhaiter «un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse». Et en forme de remontrance de père sévère, le Monsieur «souhaite d’abord qu’elle se rétablisse au plus vite et sorte rapidement de l’hôpital, et je souhaite la quiétude à sa famille. Mais pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable».

Je pense que notre indignation ne suffit pas pour souligner tant de mépris et d'irresponsabilité. Depuis 19 samedis consécutifs, l'expression d'un malaise social qui s'exprime et pacifiquement et souvent violemment, alors que ce président et son gouvernement n'ont pas été en capacité d'y apporter une réponse politique ni de rétablir la sécurité publique.

«avec Geneviève, la sagesse bat le pavé».

Considérant que ce mouvement était le fait d'une minorité, décroissante chaque fois, comment un État disposant d'un dispositif policier, de gendarmerie et de renseignements aussi important, n'a pas réussi, trois mois plus tard, en venir à bout? Comme si, en quelque sorte il s'agissait du bon “usage” du chaos! *

On peut être critique -et on doit l'être sur ce qui se passe sur la place publique- sur ce mouvent, son essence, ses objectifs aussi disparates que le sont ses probables membres, mais on ne peut pas dénigrer, détourner, sous-estimer un élan critique dont une partie des citoyens s'en est approprié et l'exprime dans la rue.

Une réponse à tant de superbe et de fanfarronerie macronienne et de violences policières, serait de créer des «commandos de septuagénaires» qui armés de leur rhumatisme, de leur canne, de leur déambulateur, de leur pancarte, de leur fanion défileraient derrière une banderole «avec Geneviève la sagesse bat le pavé».

A sa façon, le Canard du jour, c'est mercredi, salut la tirade du président en marche:  «Macron conseille à une manifestante blessée de faire preuve de "sagesse"... quel sacré panseur!»

Résultat de recherche d'images pour "amis entends tu ton coeur battre le pavé images"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.