Un Bout du Monde: pour un actionnariat citoyen des médias!

L’économiste Julia Cagé, auteure du livre “Sauver les médias” (février 2015, Seuil, coll. La République des idées) avec un sous-titre explicite “Capitalisme, financement participatif et démocratie”, vient de mettre son “plan” a exécution en créant l'association “Un Bout du Monde”, dévoilée ce samedi, lors de l'AG de la société de lecteurs du Monde, dont elle est la présidente.

Cette société de lecteurs, crée en décembre de 1985, avait rassemblé un nombre important de lecteurs-actionnaires (environ 12 000) qui souhaitaient, à l'époque, apporter leur soutien financier au journal de Beuve-Méry en grave difficulté financière. La société a “vieilli” et, tout en devenant un des rouages du journal, présente dans les instances de gouvernance du groupe, ayant été à l'initiative du pôle d’indépendance qui détient la minorité de blocage du capital du groupe, a eu du mal à se rajeunir, peut-être aussi à l'image du lectorat du quotidien.

Pour reconnues qui soient ses attributions la question du renouvellement de la Société de Lecteurs et l'objectif d'une active participation au financement du journal par les lecteurs et les journalistes restent posées.

C'est ainsi qui naît l'idée de la création d'une association “Un Bout du Monde”, avec la volonté de contribuer à ''renforcer la présence des lecteurs et des salariés du journal dans l’actionnariat''.

Et les objectifs de la nouvelle association sont clairement définis sur trois champs d'action: “permettre l'entrée des citoyens au capital de médias français via l'acquisition d'actions ou de parts sociales, soutenir les initiatives de journalistes ou d'autres salariés dans le but de devenir actionnaires de leurs titres et défendre une gouvernance plus démocratique des titres de presse”.

Plan ambitieux sans doute, qui s'inscrit bien dans l'engagement de Julia Cagé pour la démocratie dont elle nous avait déjà, outre le livre sur les médias, expliqué en 2018, comment les règles actuelles de financement favorisent les préférences politiques des plus riches. La vie politique a un coût et, comme pour le reste, des inégalités manifestes paralysent voire dénaturent la démocratie (“Le Prix de la démocratie”, éditions Fayard).

Dans le lancement de la campagne “Entrez dans le monde!” pour recueillir les fonds et lancer le projet, Julia Cagé précise son intention et sa mobilisation : La démocratie, ce sont des millions de citoyens qui contribuent chacun à hauteur de quelques euros au capital et à la gouvernance de leurs médias. L’indépendance, ce sont les lecteurs et les journalistes qui doivent la garantir.”

Lors de la réunion, salle Gaveau, un certain nombre de soutiens au projet dont des journalistes, de dessinateurs de presse, sont venus à la tribune dire leur adhésion, de Costa Gavras, Gérard Davet, Fabrice Lhomme, Lilian Thuran (par vidéo), Thomas Piketty, Claire Nouvian, Mykaïa, à Jacques Trentesaux de Mediacités...

Un Bout du Monde” ne changera pas le panorama général des Médias français mais pourra contribuer à une ouverture citoyenne vers plus d'indépendance. Nous sommes déjà dans un média, à Mediapart, qui “n'appartient qu'à ses lecteurs” . Peut-être pourrons-nous aussi participer à un fort mouvement rassemblant lecteurs et professionnels pour l'indépendance et la liberté d'expression qui est son corollaire...

* On peut toujours aller voir comment on y entre: Entrez dans le monde ! par Un Bout du Monde …

Dans la jungle de l'info de Cartooning for Peace - Grand Format - Livre -  Decitre

* * On peut aussi l'écouter dans un entretien à Mediapart * * Julia Cagé: «La France tend vers la ploutocratie»* le 17 janvier 2019 Par Mathilde Mathieu et Antton Rouget

* * * Et un billet de blog par Jean Claude MEYER du 18* en décembre 2018 intitulé Julia Cagé: une juste analyse de la situation!

Dessin de Antonio Rodríguez (Mexique)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.