ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2017

Pauvreté : une histoire de peur et de confiance

Peur de perdre son emploi, inquiétude pour l'avenir, peur de l'autre... nos raisons d'angoisser sont nombreuses. La précarité et la pauvreté renforcent ces peurs qui rendent docile et empêchent de réfléchir. En revanche, la confiance libère l'esprit, permet de se dire les choses, donne des ailes. Remplacer l'exclusion et la peur par la confiance, voilà le défi de la lutte contre la pauvreté.

ATD Quart Monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paulette, une retraitée active dans cette commune située sur l'un des dix "territoires zéro chômeur de longue durée", s'étonne presque de la question de la journaliste qui lui demande comment elle soutient ce projet : "oh, je ne fais pas fait grand chose... juste du porte à porte pour présenter le projet aux gens qui ne le connaissent pas."

Sans toutes les Paulette et tous les autres habitants (avec ou sans emploi) qui dépassent leurs peurs, tendent l'oreille à ce projet et en parlent autour d'eux, aucun "territoire zéro chômeur de longue durée" n'aurait vu le jour (10 sont nés début 2017, en attendant des petits frères dans les mois/années à venir).

C'est ce que cette expérimentation initiée par ATD Quart Monde appelle "l'étape zéro" : recueillir un consensus par un patient travail de rencontres, de réunions, de groupes de travail... et de porte à porte persévérant.
Sur des territoires où le projet était porté par des élus et des acteurs économiques, mais sans consensus suffisamment fort de tous sur le terrain, il n'a pas démarré.

Présentation de l'expérimentation "Territoires zéro chômeur de longue durée" © Public Sénat

Sur ces territoires zéro chômeur, se faire confiance signifie plusieurs choses : croire que l'ennemi n'est pas l'autre (le patron, le chômeur, l'élu, le retraité, etc.) mais l'indifférence, le fatalisme et, en l'occurrence, le chômage ; croire que ce n'est pas parce qu'un autre retrouve un emploi que cela m'empêche ou empêche d'autres d'en retrouver un aussi ; croire que tous "méritent" cela, et pas seulement les plus qualifiés ou les plus performants ; bref, croire que tous ont intérêt à ce que chaque personne qui souhaite travailler puisse le faire.

La peur est mauvaise conseillère. L'absence de peur est libératrice. Elle permet de consacrer son énergie non plus à des stratégies de protection, de défense ou d'attaque, mais de changement personnel et de construction collective. Elle offre à nos neurones la possibilité de travailler en paix et de trouver des idées neuves pour vivre mieux ensemble.

Dans notre société méritocratique et où l'on a tous la critique facile(1), ce pari de la confiance bouleverse les habitudes et les conventions.
Bien sûr, il ne s'agit pas d'idéaliser l'autre, mais de lui proposer de construire ensemble un cadre qui permette à chacun(e) de contribuer à atteindre des objectifs. Dans ce "chacun", il y a le (la) retraitée qui veut s'engager, l'élu, l'entrepreneur, le voisin, le parent, etc., jusqu'aux élus nationaux, qui devraient sinon impulser, au moins soutenir ces dynamiques de confiance.

jean-christophe.sarrot@atd-quartmonde.org

Notes

(1) : Faites avec Tweeter le test que je fais souvent : un tweet moqueur ou critique est bien plus retweeté qu'un tweet positif. "Good news is bad news" disent les gens de médias, qui savent bien que notre cerveau possède deux modes de pensée : l'un, rapide et intuitif, mais producteur de préjugés, l'autre, plus logique, demande un effort de réflexion, mais permet de penser de façon libre et de résister aux préjugés. Voir D. Kahneman, Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée, Paris, Flammarion, 2012 ; O. Houdé, Apprendre à résister, Éd. Le Pommier, 2014, et A. Jack, A. Dawson et alii, « fMRI reveals reciprocal inhibition between social and physical cognitive domains », NeuroImage, 2012.

Et n'oubliez pas...

Tous à la République à Paris les 14 et 15 octobre 2017 !
La société peut changer si l'on s'y met tous !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal — Évasion fiscale
Le géant du BTP Fayat fuit l’impôt à l’île Maurice
Le groupe bordelais de BTP Fayat a mis en place une société offshore à l’île Maurice, en lien avec ses activités en Afrique, et a supprimé l’an dernier dix emplois en France pour faire tourner ce montage fiscal à plein régime.
par Yann Philippin
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier