Au jour d'apres
Atelier d'écritures pour gouverner le futur
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 avr. 2020

27 mars 2150, par David Ruellan

Dans 130 ans… Le confinement s’est installé de façon permanente, chacun vit au rythme des annonces du Protecteur Directeur Général de la Santé et des Affaires Publiques.

Au jour d'apres
Atelier d'écritures pour gouverner le futur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

27 mars 2150. Il fait beau. Les nuages de pluie acide on repris leur route céleste en direction du nord-est. Je respire. Sans masque à oxygène, cela fait bien longtemps que ça ne m’était pas arrivé. J’ai même pu sortir dans le jardin, et entre les dalles j’ai remarqué un drôle de petit objet : en cherchant sur la base de données de mes lunettes connectées, je suis parvenu à identifier l’objet. Il s’agit d’un brin d’herbe. Ce n’est pas quelque chose de dangereux. Je m’en doutais un peu. Je ne sais pas à quoi ça sert mais c’est rigolo. Il a une drôle de couleur, que je n’avais encore jamais vue, un mélange de bleu de jaune, je crois qu’il y a un mot pour désigner cette couleur mais je ne m’en souviens pas. C’est presque la même couleur que les pastilles de chlorophylle que maman me donne quand j’ai bien travaillé. En parlant de travail, je ne sais pas si je vais réussir à terminer mes travaux de classification de données. J’ai assimilé les niveaux B27 et B28 de la section L34, mais il me reste encore plusieurs dizaines de fichiers à compiler pour valider mon unité modulaire du mois. Alors quand je dis que je respire, c’est juste une façon de parler… Surtout qu’il faut se tenir prêts à faire face à la troisième vague épidémie de C291. C’est le Protecteur Directeur Général de la Santé et des Affaires Publiques qui l’a annoncé hier soir. Je n’ai pas regardé son discours mais papa et maman en ont parlé ce matin lors de la distribution de pastilles nutritives. Moi, de toutes façons, je suis prêt. Des épidémies, il y en a sans arrêt depuis ma naissance, alors ce n’est pas une vague de plus qui va m’impressionner. N’empêche, j’aimerais bien savoir comment c’est, de marcher dans une rue. Pour de vrai, je veux dire. Parce que j’ai déjà parcouru des milliers de kilomètres avec mon simulateur de parcours, mais papa dit que ça n’a rien à voir, que ça produit d’autres sensations. Ils sont marrants, les adultes, à me parler d’un monde que je ne connais qu’à travers les écrans et les hologrammes… Il paraît qu’autrefois il n’y avait pas tout le temps des épidémies. On pouvait sortir de chez soi, faire des voyages, avoir des activités en extérieur… Ça me fait tout drôle d’imaginer ça. J’ai l’impression qu’on me parle d’un autre monde, d’une autre galaxie !... Je ne sais pas comment je réagirais si je rencontrais un de mes copains « pour de vrai ». Ça doit être très étrange de se retrouver dans le même espace que quelqu’un qui n’est pas de ta famille… Enfin, de toutes façons, je ne sais pas si ça m’arrivera un jour. Encore que, d’après mes parents, le Protecteur Directeur Général a été très positif hier dans son allocution. Il a réveillé plein de souvenirs chez papa et maman, ils avaient l’air tout émus, même après une nuit de sommeil. Je crois qu’il a dit dans son discours que si tout se passait comme prévu, après le passage de la troisième vague nous aurions peut-être la chance de disposer de permis de sortie temporaire. Il a dû avaler des pastilles vachement bonnes, parce que d'après mes parents, il était super en forme. Il leur a parlé des océans, il a dit qu’une base de recherche sous-marine avait aperçu un poisson. Je ne sais pas ce que c'est, mais papa et maman avait l'air enthousiastes. Ils ont dit qu'autrefois il y en avait plein, des poissons. Et des oiseaux aussi, je crois. Ils ont aussi parlé d'un autre truc qui existait autrefois et qui, d'après le Protecteur Général pourrait resservir bientôt si tout va bien. Je ne me rappelle plus le mot exact. II faudrait que je demande à maman ou à papa. Eux, ils s'en souviennent sûrement. Ils avaient l'air de savoir ce que c'est, en tout cas. Moi ça ne me disait rien, mais alors rien du tout. Et les mots qui ne me disent rien, je ne sais pas si c'est comme ça pour tout le monde, mais moi je les retiens difficilement. Ah si, je crois que je m’en souviens, tiens, c’est marrant ! C’est un mot qui a dû chatouiller mon imagination… Je crois que ça m’a fait penser à une fenêtre ou à un coffre-fort. Le Protecteur Directeur Général a dit qu’on allait peut-être bientôt pouvoir « rouvrir les écoles »…

David Ruellan, 13 avril 2020

David Ruellan est auteur dramatique

Au jour d’après ? Quel « jour d’après » ? A partir d’un premier texte anonyme et collectif, MEDIAPART accueille depuis le 6 avril 2020 le blog Au jour d’après, atelier d’écritures en voix brassées du Tout-monde pour gouverner le futur.

Ce blog sera quotidiennement mis à jour, jusqu’à plus soif.

Toutes contributions peuvent être adressées à : aujourdapres@tutanota.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal