Barnik
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2022

Barnik
Abonné·e de Mediapart

L’INCROYABLE NAÏVETÉ DES MARTINIQUAIS

Après une pandémie de deux ans, gérée par le gouvernement au moyen de la peur, entre autres, c'est la peur de Marine Le Pen que certains veulent utiliser pour faire peur au peuple et l'obliger à jouer au machiavélique jeu du Front républicain. Souhaitons que cela ne marche pas.

Barnik
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’INCROYABLE NAÏVETÉ DES MARTINIQUAIS

Le texte ci-après, signé Claude Lise, circule sur les réseaux sociaux.

 « J’ai été fier du vote martiniquais au 1er tour des Présidentielles ! Mais, pour le second tour, je suis de plus en plus inquiet. Je m’aperçois en effet que beaucoup de compatriotes, par détestation de Macron (notamment à cause de sa gestion de la crise sanitaire) s’apprêtent allègrement à voter pour Marine Le Pen. Je ne pensais pas que la perte de repères historiques, idéologiques et politiques avait atteint un tel niveau !

 Il faut une incroyable naïveté pour croire que Marine Le Pen à opéré une mue démocratique et humaniste ! Il faut un singulier aveuglement pour ne pas se rendre compte que, derrière elle, se regroupe tout ce que la France comporte d’ultra réactionnaires et de nostalgiques de l’époque coloniale, de gens qui, comme Zemmour, rêvent d’une purification ethnique ou à minima d’une assimilation totale des seuls assimilables (dont nous sommes censés faire partie!). Quel avenir alors pour nos revendications en matière de reconnaissance de notre identité et d’accession à plus de responsabilité ?

 Je crois de mon devoir d’appeler l’attention des jeunes générations, celles qui n’ont pas connu, comme la mienne, les affrontements physiques avec les militants d’extrême-droite. Lisez le programme de M. Le Pen : il stipule clairement que les policiers et gendarmes bénéficieront de la présomption de légitime défense ! Avis à tous les non blancs qui se feront contrôler, avis à tous les futurs manifestants : combien de « décembre 59, de Chalvet en perspective ?

 Plus que jamais, je crois qu’il faut écouter l’avertissement du philosophe George Santayana : « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre » …

Claude LISE

Reprenons certains passages de ce texte pour essayer d’y voir clair. Et surtout de comprendre comment l’arnaque du Front républicain, car c’est ce dont il s’agit, marche si bien.

  « Je ne pensais pas que la perte de repères historiques, idéologiques et politiques avait atteint un tel niveau ! ».

 À la lecture de son texte, il me semble que c’est M. Lise lui-même qui a complètement perdu des repères historiques, idéologiques et politiques.

 En effet, lui revient-il à l’esprit que jamais, jamais, un gouvernement quelconque du régime français n’a jamais désavoué un autre en termes de politique envers les colonies françaises restantes ? Gauche, droite, centre, tous les gouvernants ou aspirants gouvernants français n’ont jamais eu en tête que la domination, le mépris et le désir permanent d’exploiter les Antilles ainsi que l’Afrique soi-disant indépendante, ne considérant les confettis de l’empire que comme des bassins d’exploitation, de consommateurs, ou de matières premières ? Les Français eux-mêmes, jusqu’au plus haut de l’échelle politique, se vantent d’être la « deuxième puissance maritime du monde », en oubliant que sans ses actuelles colonies et sans sa Françafrique, la France serait encore plus bas dans le classement des pays du monde ? On le voit en ce moment même, la France livre contre l’Afrique une bataille féroce, une tentative agressive de recolonisation, avec l’appui évidemment de sa puissance tutélaire étatsunienne, sans laquelle la France serait carrément impuissante. Avec le mépris et l’arrogance que Macron affiche envers l’humanité entière, apparemment, et surtout envers l’Afrique, s’arrogeant ainsi le droit de traiter le Gouvernement malien d’illégitime. Alors que la France, le Derek Chauvin de l’Afrique, avec son CFA et ses bases militaires d’occupation, vit aux crochets de l’Afrique, comme la cuscute sur de la luzerne ! La France n’a jamais mené une décolonisation pacifique : Indochine, Afrique du Nord, Afrique noire (pacte pour la poursuite de la colonisation), et j’en passe. Voici un pays qui accuse la Russie de génocide, pour une guerre imposée à la Russie par l’Occident, et surtout la France, en dépit de l'enmêmetempsmisme de Macron, qui vote des sanctions contre la Russie et va ensuite lui demander d’arrêter la guerre ! Cela, alors que la France a été une des plus féroces des nations colonisatrices de l’histoire, coupable de génocides ou de crimes contre l'humanité. Beaucoup se souviennent de l’agent Orange au Vietnam, oubliant très opportunément le napalm utilisé par les Français en Indochine et en Algérie, par exemple. Il faudrait une encyclopédie pour décrire la férocité de ces pays envahisseurs. Il est recommandé de lire à ce sujet « La férocité blanche - des non-Blancs aux non-Aryens, ces génocides occultés de 1492 à nos jours », par Rosa Amelia Plumelle-Uribe. Dans une autre chronique, nous reviendrons sur cette férocité. Oui, il faut une incroyable naïveté, M. Lise, pour croire que quoi que ce soit pourrait être pire avec Marine Le Pen comme Présidente du régime français.

 « Lisez le programme de M. Le Pen : il stipule clairement que les policiers et gendarmes bénéficieront de la présomption de légitime défense !», dit M. Lise. Est-il, lui, assez naïf pour croire que les policiers et gendarmes ne bénéficient pas actuellement de la présomption de légitime défense ? Avec Macron, même des policiers auto-investis, comme Benalla, ne sont pas poursuivis ou sanctionnés. Ce n’est pas sous un gouvernement Le Pen que Michel Zécler a été agressé et sauvagement tabassé, ce n’est pas non plus sous un gouvernement Le Pen que Zékiah Nuissier a été sauvagement tabassé par la police à Fort-de- France. Ce n’est pas sous des gouvernements d’extrême-droite que tous ces braves Martiniquais qui revendiquaient leurs droits ont été abattus par les forces policières françaises : Carbet 1938, Chalvet, décembre 1959. Quelle injure à ces victimes martiniquaises. Ceux que cela intéresse sauront où retrouver toutes les informations pertinentes. Évidemment sans oublier les Gilets jaunes. 

 « Il faut un singulier aveuglement pour ne pas se rendre compte que, derrière elle, se regroupe tout ce que la France comporte d’ultra réactionnaires et de nostalgiques de l’époque coloniale, de gens qui, comme Zemmour, rêvent d’une purification ethnique ou à minima d’une assimilation totale des seuls assimilables…. ». Là c’est un délire complet. M. Lise, complice depuis plus de soixante ans d’une assimilation césairiste totale des Martiniquais, ose dénoncer rien que la menace que représenterait Zemmour, alors que cette assimilation totale a été depuis toujours la politique officielle du PPM et de Césaire. Une assimilation de plus de soixante-dix ans, qui a produit les pires dégâts psychiques et psychologiques chez les Martiniquais, au point que les Martiniquais ne peuvent même plus dire la France, mais la Métropole, renforçant ainsi leur relation de dépendance par rapport à leur mère-patrie.

Désolé, M. Lise: des ultra réactionnaires et nostalgiques de l’époque coloniale, il y en a plein au sein du gouvernement français. À commencer par le Président et plusieurs de ses ministres.

 Plongeons un peu dans la psyché des Martiniquais. La fameuse assimilation de 1946 assise sur les séquelles déjà bien profondes de l’esclavage, n’a conduit le peuple Martiniquais qu’à une situation d’assimilation-aliénation totale. Un pays totalement folklorisé. M. Lise oublie aussi tout allègrement le résultat du génocide par substitution, autrefois dénoncé par Aimé Césaire. Le PPM a complètement rayé ce sujet de ses programmes.

 Les Martiniquais vont volontiers vous embarquer dans une discussion sur le fameux grand remplacement (sauce Renaud Camus) de Zemmour, sans se rendre compte (cécité volontaire ?) que le vrai grand remplacement (le génocide par substitution dont parlait Césaire) se fait non pas en France, mais sous leurs yeux, en Martinique, où nous avons déjà des ‘bantoustans blancs’ dans le sud de l’île, et pas que. Et où les Français souchiens peuvent venir nous insulter sans craindre aucune sanction, par exemple lors de l’affaire Groupama.

 « Quel avenir alors pour nos revendications en matière de reconnaissance de notre identité et d’accession à plus de responsabilité ? ». Il n’y en a pas M. Lise. Rien que cette question est un aveu d’infériorité et une acceptation d’un statut d’inférieur. Accession à plus de responsabilité : est-ce là votre seul et unique objectif, que vous poursuivrez jusqu’à la disparition complète du peuple Martiniquais ? Avez-vous oublié ce qu’il est advenu des Palestiniens et de ce fameux processus de paix, avez-vous vu ce qu’il est advenu des accommodements raisonnables du peuple québécois, des Portoricains, etc. ? Vous faites vraiment preuve d’un dangereux aveuglement en effet. Les gradualistes n’arrivent jamais à rien, sauf à se perdre eux-mêmes. Encore soixante-dix ans d’assimilation et le peuple Martiniquais n’existera plus que dans Wikipédia, et encore !   

Au niveau de la Caraïbe, la France profite actuellement de sa « présence » dans les Antilles, pour essayer de s’infiltrer dans la Caricom et d’y devenir le cheval de Troie de l’Union européenne, institution moribonde, asservie par les États-Unis et inféodée à ceux-ci. L’histoire récente en est la parfaite illustration. L’Union européenne obéit au doigt et à l’œil à son maître d’Outre-Atlantique. Elle n’est qu’un vaste marché, à la botte de Washington.

Les Martiniquais sont-ils vraiment désireux de se livrer à nouveau, pieds et poings liés, sous un deuxième mandat Macron, à des cabinets étatsuniens, genre McKinsey, qui élaborent les politiques françaises, et en même temps à 26 États de l’UE qui s’entredéchirent, par exemple dans la crise ukrainienne, manipulés par Washington. La France est partie intégrante de ce bloc occidental voué à la suprématie blanche, piloté par les anglo-saxons, qui ‘acceptent’ de donner quelquefois un strapontin à la France ?

« Quel avenir alors pour nos revendications en matière de reconnaissance de notre identité et d’accession à plus de responsabilité ? » Je ne sais pas si cette question de M. Lise me fait simplement rire, ou pleurer. Quand le PPM, en 2022, appelle à voter pour la représentante d’un parti qui, à toutes fins utiles, n’existe plus, n’est-ce pas dramatique ? Il faut absolument se rendre compte de l’énormité de la chose. Même pas capable de jauger la Maire de Paris, d'accord, mais aller jusqu’à demander de voter pour elle, c’est une insulte à l’intelligence des Martiniquais. Comment un parti, dont le chef s’est autoproclamé l’artisan du Nouvel homme antillais, peut-il à ce point faire fi de toute appropriation du champ politique local, pour s’aligner derrière une perdante ultramarine !

Pour cette élection présidentielle, Radio Caraïbes a publié un article sur la position du chef du PPM. Suivons-le : « Pour cette élection présidentielle, le parti souhaite donc rester sur sa ligne de gauche … !

…’Nous sommes des progressistes, humanistes et on est dans l'idéal socialiste et non dans l'ultra-libéral’ continue le Chef du PPM… ».

Ce choix socialiste au prochain scrutin permettrait, selon celui qui est aussi le Président du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale de la Martinique, de rééquilibrer le territoire :

« Ça nous permettrait de répondre au service public, de transport, d'aller vers plus de solidarité nationale et plus d'ouverture, notamment dans notre besoin d'exercer plus de responsabilités et de développement interne ».

On est en droit de se demander si c’est une blague, ou alors un moyen déguisé de soutenir Macron. On peut donc se demander si une décision aussi aberrante, un vote inutile comme diraient les Français, ne cachent pas un quelconque arrangement entre le PPM et la macronie, sous couvert d’une quelconque autonomie. Très à la mode d’ailleurs, l’autonomie apparemment est également promise aux Corses ! Ce n’est pas par hasard que le ministre Lecornu a émis l’idée d’autonomie. Il s’assurait ainsi la ‘fidélité’ de la plupart des partis politiques Martiniquais.

Sans doute le début de la fabrication du Nouvel homme antillais de M. Letchimy.

« Plus que jamais, je crois qu’il faut écouter l’avertissement du philosophe George Santayana : « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre » …dit M. Lise. Je crois que dans son cas, ce n’est pas qu’il ne se souvienne pas du passé. Il n’y a pas pire amnésique que celui qui ne veut pas se souvenir.

 Les Français se rappellent avec fierté leur passé colonial et impérial, comme l’ont répété tous les présidents successifs du régime français. Le pire c’est qu’ils n’ont aucune envie de changer cette politique, incarnée dans la fameuse Françafrique. La crise ukrainienne est d’ailleurs un bon moyen de diversion pour détourner les yeux des souchiens et des colonisés des actions de la France en Afrique.

Le ‘bon’ score de Mélenchon dans les Antilles et sa décision de ‘Pas un vote pour Marine Le Pen’ est aussi traître que la décision australienne de ne pas honorer sa commande de sous-marins aux Français.  

Historiquement, rien du comportement de M. Mélenchon ne peut surprendre. Les partis soi-disant ‘de gauche’ ont été aussi, sinon plus méchants avec les colonisés français, avec les arabes ou autres non blancs que les partis de droite. Suffit de se remémorer les politiques de Guy Mollet (Suez), de Mitterrand (discours de Cancun, de Hollande (Syrie), etc., sans oublier la guerre humanitaire de Sarkozy en Lybie, pays devenu une plaque tournante de marchés d'esclaves, en plein 21e siècle. Merci Sarko. En fait, la France a toujours été un État voyou, d’abord par sa politique coloniale, esclavagiste et impériale, mais plus récemment par exemple, par ses innombrables coups ou tentatives de coups d’État orchestrés en Afrique. Suffit de faire quelques petites recherches sur la réaction de Paris à la politique du gouvernement malien actuel, que la France s’échine à appeler ‘la junte’, sur l’affaire Quignolot, sur les velléités de la France. À ce sujet, j’ai beaucoup aimé un sous-titre de TV5monde, s’agissant de Quignolot : « Un dangereux mercenaire ou un simple bandit ? ». État voyou : le gouvernement du régime français, et d’autres pays occidentaux vassaux, menés par leur patron de Washington, fortement soutenu par les États européens vassaux, ont décidé de désigner Guaido comme président du Venezuela, en lieu et place d’un Président en poste, légitimement élu par le peuple vénézuélien ! Cela rappelle un peu la farce chiraquienne d’avril 2002 (déjà !), lorsque Saint Chirac avait félicité l’auteur d’un coup d’état dont il ne savait pas encore qu’il avait échoué. Le régime prédateur français adore les coups d’État, quand cela l’arrange et, encore mieux, lorsqu’ils ont été « arrangés » par lui.    

C’est avec tristesse que je constate qu’alors que nous faisons partie de la diaspora africaine et que nous sommes des afrodescendants, beaucoup de nos compatriotes ne sont pas conscients de l’importance de notre relation avec l’Afrique. Certains même adoptent l’attitude de certains souchiens français qui n’ont que mépris et condescendance envers les Africains. Et pourtant, la révolution africaine qui commence nous permettra à nous aussi de nous libérer. L’attitude actuelle de nombreux politiciens envers l’Afrique et les Africains, associée à cette francité forcée dans le cadre d’un syndrome de Stockholm plutôt aigu en Martinique, est une insulte à nos ancêtres qui ont tant lutté et tant souffert. J’imagine leur souffrance devant le triste spectacle d’un peuple travaillant à sa propre disparition, réalisant en cela le rêve premier des colonisateurs. Tout comme les colonisateurs veulent l’Afrique sans les Africains, ils veulent aussi les Antilles sans les Antillais, quelle tristesse.

Enfin, pour en revenir au vote de ce dimanche 24 avril, il suffira de préciser que Marine Le Pen et son père avant elle, la soi-disant extrême droite française, ont été simplement instrumentalisés par les autres partis politiques français, notamment de gauche ou de droite. En fait, il faut faire un constat très simple et clair. Ce sont tous les autres partis qui ont tout fait pour faire monter l'extrême droite et se sont rapprochés des idées d’extrême droite, avec un succès grandissant. C’est la raison pour laquelle il faut que les citoyens aient le courage de leurs opinions et poussent les autres partis dans leurs retranchements. Marine Le Pen promet de mettre en place la proportionnelle. Ce serait un grand progrès. Je n’emploie pratiquement jamais le mot démocratique, car il est comme une auberge espagnole. Tout le monde y apporte sa soupe. Ceux qui ne voteront pas dimanche ne pourront pas se plaindre de Macron dans quelques mois. Ils l’auront cherché. Le progrès des idées de l’extrême droite en France ne s’explique que par la réalité suivante : ces idées sont acceptées par de plus en plus de Français. Ce n’est que si les Français le veulent que Macron pourra les emmerder à loisir. Ceux qui inventent toutes sortes de prétextes pour ne pas aller voter n’ont pas le courage de leurs opinions et en réalité sont purement et simplement des partisans du statu quo. Exactement comme ceux des Martiniquais qui sont contre l’indépendance de la Martinique, tout simplement et discrètement satisfaits du statu quo. La tradition en France consiste à protester toute la semaine contre le gouvernement, par des grèves, des manifestations, etc., puis d’aller voter le dimanche pour le même gouvernement. Le panurgisme des électeurs s’est manifesté pendant la pandémie, le gouvernement ayant recouru à cet instrument incroyable, la peur. Peur de la pandémie, peur de Marine Le Pen, peur de quoi ensuite, de Poutine ?  Dimanche je préférerai un ‘Tout sauf Macron’ au très lâche ‘Pas un vote pour Marine Le Pen’ de Mélenchon. Et je voterai Le Pen. Les électeurs de Mélenchon, surtout aux Antilles, ne feraient que confirmer leur servilité en suivant celui qui les a trahis en demandant leur vote contre Macron, pour les appeler maintenant à voter pour ce même Macron. Quant à Mélenchon, il s’est transformé en chewing-gum. Il se mange des deux côtés de la bouche. Quant aux électeurs du PPM et autres partis Martiniquais, patience, Anne Hidalgo reviendra peut-être dans cinq ans. 

Et pour terminer, je tiens à saluer le travail du Comité national (Martinique) pour les réparations et à inviter les Martiniquais à s’informer sur les sites comme Afrique Media, Grandeur noire, Activiste Shatta, https://juliettesmeralda.com/ et bien d'autres, au lieu de se faire peur sur les chaînes françaises qui ne sont que des porte parole du gouvernement français, au point que le Gouvernement malien a dû récemment interdire  RFI et France 24.

 Sur les mêmes sujets

https://blogs.mediapart.fr/barnik/blog/200721/lettre-ouverte-aux-politiciens-et-parlementaires-martiniquais https://blogs.mediapart.fr/barnik/blog/220520/en-pleine-pandemie-la-martinique-en-etat-de-mort-cerebrale

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard