DANS LES COULISSES DE / Atelier de programmation cinéma « Les Ecrans d'Emmaüs »

[Les Ecrans d'Emmaüs] - 18 février 2015 © Belleville en vues [Les Ecrans d'Emmaüs] - 18 février 2015 © Belleville en vues

Ci-dessus : 18 février 2015 – [Les Ecrans d'Emmaüs] Projection publique du film “Bamako, année 0″, programmé avec la participation des résidents de l’Espace culturel Emmaüs Louvel-Tessier. En présence de Stanislas Duhau, co-réalisateur du film.  

*****
Un article à lire et à écouter qui nous emmène dans les coulisses de l'Atelier de programmation "Les Ecrans d'Emmaüs" animé par Belleville en vues le 10 décembre 2014 avec sept participants résidant à l’Espace Culturel Emmaüs Louvel-Tessier.
*****

Programmer des films avec les résidents

L'enjeu de chaque atelier de programmation est de choisir, avec les résidents du centre, les films qui seront projetés le trimestre suivant – ici de janvier à mars 2015. Après le visionnage de plusieurs extraits de films proposés par Belleville en vues, les participants prennent la parole pour exprimer leur point de vue et leur ressenti.

Le 10 décembre 2014, sept résidents du centre ont visionné et échangé autour de cinq films (documentaires et fictions) traitant de questions comme l'éducation, la place des femmes dans la société, l'émigration et la quête pour de meilleures conditions de vie.

*****

Les 5 films proposés aux résidents

Bamako Année 0 (2013) de Julien Fiorentino et Stanislas Duhau
Un portrait de la ville de Bamako à partir de l'histoire de six citoyens qui essaient de survivre au quotidien dans un contexte de crise économique et sociale.

Les Femmes de la Cité de Saint-Louis (2009) de Denis Gheerbrant.
Dans une cité de Marseille, un groupe de femmes joyeuses et combatives essayent d’empêcher que l'organisme HLM qui gère leurs logements mette en vente les maisons

On a grèvé (2014) de Denis Gheerbrant.
Un groupe de femmes de chambre travaillant dans un grand hôtel des Champs Élysées à Paris se révoltent contre leurs patrons pour essayer d'améliorer leurs conditions de travail.

Sur le chemin de l'école (2013) de Pascal Plisson.
Chaque jour, quatre enfants qui vivent aux quatre coins du globe font un long chemin pour arriver à l'école.

Amerrika (2009) de Cherien Dabis.
Une femme palestinienne part aux États-Unis avec son fils pour rejoindre sa sœur et essayer de trouver une vie meilleure

*****

Echanger autour des films visionnés

Pendant la première partie de l'atelier, Clara Guillaud, responsable de la programmation et des actions culturelles à Belleville en vues, présente les films et leurs thématiques communes. Les participants réagissent en parlant d'autres films qu'ils ont vus récemment, comme Samba.
L'idée de l'atelier n'est pas seulement choisir les films qui seront projetés au cinéclub, mais aussi de discuter sur les thématiques sociales que ces mêmes films proposent. C'est une façon de parler des réalités qui résonnent avec les expériences vécues par les participants, comme nous verrons dans certaines paroles recueillies dans cet article.

La réalité au Mali montrée à travers Bamako Année 0 
Ce film documentaire éveille la curiosité de l'un des résidents, d'origine malienne, qui aime le film parce qu'il reconnaît bien la situation vécue à Bamako. « On apprend des choses sur la ville et sur les gens d'autres pays et d'autres ethnies qui viennent au Mali, notamment des pays qui sont à la frontière (Guinée, Niger, etc) ».

 Et pourquoi pas programmer des films comiques ?

Une des participantes pense que les thèmes abordés par les films documentaires sont parfois durs, notamment ceux qui montrent des réalités sociales difficiles comme Bamako Année 0. Cela mène à une discussion autour des films montrés au ciné-club : Peut-on montrer des films drôles qui portent en même temps sur des questions de société ? Comme « c'est un centre pour réinsérer les gens, on n'est pas là pour rigoler » ? Or un des films présentés lors de cet atelier, Amerrika, présente un regard comique sur l'émigration d'une femme palestinienne aux États-Unis.

 Programmer des films donne envie de passer à la pratique

Un autre participant propose la création d'un atelier de réalisation de films pour les hébergés de Louvel-Tessier. Il évoque un film fait à Londres avec les hébergés d'un centre, avec un budget de 5000 euros. Il pense que la réalisation de films permettrait d'« éveiller les consciences et de faire émerger des talents qui sont cachés ».

 

Sur le chemin de l'école résonne avec l'expérience de l'un des résidents
Ce même participant, originaire du Congo, s'identifie à l'expérience montrée par le film documentaire Sur le chemin de l'école : des enfants qui doivent faire un long chemin chaque matin pour arriver à l'école. Il dit avoir vécu la même chose dans son pays natal. « C'est une grande force, ça me rappelle beaucoup de choses (…) C'est dur », dit-il. Nous parlons également du fait d'aller à l'école dans un contexte difficile et l'importance de l'éducation.

 

 Le ressenti des participants sur l'atelier

Après avoir choisi ensemble la programmation des prochaines séances : Sur le chemin de l'école le 21 janvier 2015, Bamako Année 0 le 18 février 2015 et Amerrika le 18 mars 2015, les participants nous parlent de leur ressenti sur l'atelier.

 
 


*******************************************************
A propos de l'Espace culturel Emmaüs Louvel-Tessier
Cet espace est un centre d’hébergement d’urgence et de stabilisation géré par Emmaüs Solidarité dans le 10ème arrondissement de Paris, dont la particularité réside dans la place accordée à la culture, aux pratiques artistiques et à la citoyenneté, mises au cœur de son action sociale.

Les "Ecrans d'Emmaüs" animés par Belleville en vues depuis 2012
Depuis septembre 2012, Belleville en vues propose le ciné-club mensuel "Les Ecrans d'Emmaüs", un mercredi par mois à 20h30, ouvert aux résidents et au public. La programmation du cycle est réalisée au cours d’ateliers auxquels prennent part les résidents du centre d’hébergement, dont émerge un cycle de cinéma poétique et citoyen, pour regarder autrement l’ici et l’ailleurs.

********************************************************

Envie d'en savoir plus concernant Bamako, année 0 ?

Retrouvez notre entretien avec Julien Fiorentino et l'interview radio de Stanislas Duhau, tous deux réalisateurs de ce film documentaire.

Egalement envie d'en savoir plus concernant Amerrika ?

Retrouvez notre entretien avec Hiam Abbass, une des actrices du film.

********************************************************

Un grand merci aux participants.
Prise de son et article réalisés par Miguel Armas. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.