Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 juil. 2018

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

En marche pour un monde meilleur avec Jai Jagat 2020: rendez-vous à Grenoble cet été

Plutôt que de désespérer chacun dans son coin de l'état de la planète et de l'inconscience et du cynisme criminels de nos politiques, agrégeons nos actions pour un autre monde d'ores et déjà en marche. Rendez-vous à Grenoble cet été pour débattre et agir, et parler notamment de la campagne globale Jai Jagat 2020.

Benjamin Joyeux
Journaliste indépendant et conseiller régional écolo, écologiste libertaire, altermondialiste et animaliste à tendance gandhienne.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tous les voyants sur l'état de notre planète sont au rouge, pas la peine d'insister sur ce fait. Seuls les plus naïfs d'entre nous, les cyniques et les fous, comme certains que l'on trouve actuellement à la Maison Blanche, se permettent encore de penser que l'Humanité peut continuer ainsi de détruire l'ensemble du vivant sur l'autel de l'argent et de la compétitivité internationale. Les chefs d'état de la planète, le nez encore planté sur leur taux de croissance, savent bien que tout cela n'a aucun sens. Mais tant pis, ils font comme si de rien n'était, et continuent pour l'immense majorité d'entre eux de promouvoir des politiques de privatisation et de prévarication des biens communs au profit d'une minorité de plus en plus riches et de plus en plus réduite. En France, l'épisode pitoyable et scandaleux du cas Benalla, petit nervi de la Macronie symbole d'un pouvoir totalement hors sol et d'une monarchie républicaine subclaquante, feuilletonne notre été à peine la Coupe du Monde gagnée. Face à l'ampleur de la catastrophe écologique planétaire en cours, tout ceci est vraiment grotesque et n'incite pas à faire preuve de mansuétude à l'égard de l'immense majorité de notre classe politique. Mais peu importe, puisque la démocratie représentative ne semble nulle part se montrer à la hauteur des enjeux, n'attendons rien de nos dirigeants et agissons tout de suite, ici et maintenant.

Fort heureusement, c'est ce que font de plus en plus de simples citoyens à leur petite échelle, depuis le fond de leur jardin partagé jusque dans les salles de réunion de leurs associations, depuis leur logement en coopérative d'habitat jusqu'aux guichets de leurs banques solidaires, depuis les pédales de leur vélo jusqu'aux étales de leurs magasins bio. Car selon le principe d'Hölderlin rappelé par Edgar Morin: « Là où croit le péril croit aussi ce qui le sauve ».

La campagne Jai Jagat 2020, lancée des tréfonds de l'Inde par le mouvement de défense des sans terre Ekta Parishad, illustre parfaitement cet adage. Les petits paysans indiens hors caste font partie des populations les plus pauvres et les plus marginalisées de la planète. Personne ne se soucie d'eux. Expulsés de leurs terres au nom de la croissance et de la compétitivité indienne, ils viennent bien souvent grossir les rangs des déshérités dans les bidonvilles des mégalopoles du Sous Continent, de Delhi à Mumbai en passant par Kolkata et Chennai. Alors un certain nombre d'entre eux s'organisent, et avec Ekta Parishad, ils sont plus de deux millions à refuser cette fatalité et à lutter localement pour le droit à accéder à la terre et aux ressources vivrières. Pour faire respecter leurs droits, certains d'entre eux marchent, emmenés par les « cadres aux pieds nus » d'Ekta Parishad et par leur leader, Rajagopal P.V, le « nouveau Gandhi », un « représentant » au sens noble du terme. Et ils marchent parfois loin, longtemps et nombreux. Après avoir marché à plus de 25 000 petits paysans en 2007 entre Gwalior et Delhi, lors de la Janadesh (« le verdict du peuple » en Hindi), après avoir marché à plus de 100 000, accompagnés de nombreux représentants internationaux en 2012, lors de la Jan Satyagraha ( la « marche pour la justice »), ils ont décidé de marcher de Delhi jusqu'à Genève en 2019-2020, pour une campagne globale, la Jai Jagat 2020 (« la victoire du monde »).

Le symbole est fort: Genève, c'est une des villes les plus riches de la planète. Genève, c'est également la ville de la paix et des grandes institutions internationales. C'est la ville comité de pilotage des Objectifs de Développement Durable de l'agenda 2030 des Nations Unies pour notamment lutter contre le changement climatique, éradiquer la pauvreté et en gros mettre en oeuvre le « plan survie de l'humanité » (selon l'expression du journaliste genevois Daniel Wermus). C'est donc la ville qu'ont choisi Rajagopal (photo ci-dessous) et Ekta Parishad pour demander la mise en oeuvre concrète de ces ODD afin que personne ne soit laissé au bord du chemin, selon un nouveau modèle économique global non violent et favorable à tous. Et c'est un extraordinaire cadeau qu'ils nous font à nous, ici en Europe, que l'on soit écologistes, militants de la solidarité internationale, précaires, chômeurs, réfugiés, insoumis, non-violents, cadres de l'ONU, acteurs économiques et sociaux, simples individus conscients de vouloir faire tourner la planète autrement, etc. Jai Jagat 2020, c'est un formidable outil de convergence des revendications pour un autre monde, plus juste, plus solidaire et non-violent. L'occasion de marcher toutes et tous ensemble vers un but commun et un avenir désirable, le coeur juste et détaché des « passions tristes » de ce monde, selon les préceptes du Mahatma Gandhi, de Marthin Luther King ou encore de Nelson Mandela de « changer le monde en se changeant soi-même ».

Rajagopal P.V © Liliane de Toledo

A Grenoble du 22 au 26 août aura lieu l'Université d'été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens, co-organisée par Attac, le CRID, Alternatiba, etc. Cinq jours qui permettront de débattre, de se former et d'agir concrètement pour un autre monde possible. Dans tout juste un mois, le jeudi 23 août, un atelier « hors les murs » y sera consacré à l'extraordinaire campagne Jai Jagat 2020, à partir de 14h30, co-organisé par SOL et le CRID:

https://ue2018.org/spip.php?page=module&id_module=119

Alors venez-y nombreux! Que l'on se mette « en marche » tous ensemble, en réhabilitant au passage cette belle expression malheureusement aujourd'hui totalement galvaudée.

Pour plus d'infos:

https://www.jaijagat2020.org/

https://jaijagatgeneve.ch/

https://www.sol-asso.fr/en-marche-en-2020-pour-un-autre-monde-possible-jagat-2020/

https://www.cairn.info/revue-esprit-2018-1-page-217.htm

https://reporterre.net/De-l-Inde-a-l-Europe-une-longue-marche-en-2020-pour-l-ecologie-et-les-exclus-de

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias