Bernard Bel
Ingénieur de recherche CNRS (retraité)
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2022

L’Occident a-t-il inventé la science ?

Selon la vision occidentale, la science serait née chez les Grecs pour se développer en Europe après la Renaissance. En s'appuyant sur de nombreuses sources historiques, le mathématicien et physicien C. K. Raju montre que ce récit a été construit en trois phases.

Bernard Bel
Ingénieur de recherche CNRS (retraité)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Blog Labyrinthe des sciences et des arts

C. K. Raju, L'Occident a-t-il inventé la science ? Paris : Hic Sunt Dragones, 2022. Trad. B. Bel

https://hicsuntdracones.fr/loccident-a-t-il-invente-la-science/
https://www.amazon.fr/LOccident-inventé-Science-C-K-Raju/dp/249005063X

Selon la vision occidentale, la science serait née chez les Grecs pour se développer en Europe après la Renaissance. En s'appuyant sur de nombreuses sources historiques, le mathématicien et physicien C. K. Raju montre que ce récit a été construit en trois phases.


© Hic Sunt Dracones

Tout d'abord, pendant les croisades, les connaissances scientifiques du monde entier (Égypte, Perse, Inde…) traduites et inscrites dans des livres arabes, ont été dotées par l'Église d'une origine théologiquement acceptable en les proclamant originaires de la Grèce antique. Les scénarios d'Euclide (géométrie) et de Claude Ptolémée (astronomie), tous deux des personnages fictionnels, sont emblématiques de cette fabrication chrétienne de l'Histoire. L'ouvrage emblématique des mathématiques (Les Éléments) attribué à « Euclide » serait-il l'œuvre de Hypathie, une femme égyptienne noire?

Deuxièmement, pendant l'Inquisition, on a de nouveau assigné aux connaissances scientifiques une identité théologiquement acceptable en alléguant qu'elles n'avaient pas été transmises par d'autres, mais « redécouvertes indépendamment » par les Européens. Les cas de Copernic et de Newton (calcul), dont les sources islamiques et indiennes ont été identifiées, illustrent ce processus de révolution par redécouverte.

Troisièmement, les connaissances ainsi appropriées ont été réinterprétées et alignées sur la théologie chrétienne postérieure aux croisades. Les historiens colonialistes ont exploité cette situation, arguant que la version (théologiquement) « correcte » des connaissances scientifiques (géométrie, calcul, etc.) n'existait qu'en Europe. Cette affirmation de supériorité occidentale est le terreau d'un racisme qui ne se limite pas à la couleur de peau.

Ces processus d'appropriation se poursuivent aujourd'hui encore. Par exemple, l'invention par Russel et Hilbert des mathématiques formelles a institué avec autorité le mélange des mathématiques avec la métaphysique. Cette approche prétendument supérieure (car universelle) est en rupture avec les procédures de validation des sciences expérimentales. La preuve d'une hypothèse scientifique résidant dans sa compatibilité avec des faits réels, elle ne peut être remplacée par un raisonnement axiomatique – excluant toute donnée factuelle.

Concrètement, à quoi nous mène ce constat ? L'auteur se fait l'avocat d'une sécularisationdes mathématiques qui passe par l'abandon des mathématiques formelles au bénéfice de mathématiques « normales ». Ces dernières sont faciles pour les étudiants, et ce sont les mathématiques utilisées à la fois dans la vie quotidienne et dans les algorithmes informatiques. Cette sécularisation est vitale pour la « décolonisation des esprits » de peuples autrefois asservis à l'autorité et convertis au système d'éducation des nations impériales.


Présentation de l’auteur

Portrait de C. K. Raju © C. K. Raju

C. K. Raju est titulaire d'une licence de physique, d'une maîtrise de mathématiques et d'un doctorat de l'Indian Statistical Institute. Il a d'abord enseigné à l'Université de Pune, où il a mené des recherches pendant plusieurs années en mathématiques formelles (analyse fonctionnelle). Il a été responsable du portage d'applications sur le premier superordinateur indien PARAM (1988-1991) et a longtemps travaillé comme professeur de mathématiques et d'informatique dans plusieurs universités en Inde et à l'étranger. Il a conçu et maintenu des logiciels à usage éducatif et industriel.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, salués par la critique, mettant en avant des thèses inédites. Dans Time: Towards a Consistent Theory (Kluwer, 1994), il plaide en faveur d'une physique fondamentalement nouvelle utilisant les équations différentielles fonctionnelles, négligées par Einstein. Dans Cultural Foundations of Mathematics: the Nature of Mathematical Proof and the Transmission of the Calculus from India to Europe in the 16 c. CE (Pearson Longman, 2007), il propose une nouvelle philosophie des mathématiques, intitulée le « zéro-isme », liée au développement du calcul en Inde dont il a rassemblé les preuves de sa transmission à l'Europe du 16esiècle. Il a par la suite montré comment la correction de l'erreur de Newton au sujet du calcul conduit également à une meilleure théorie de la gravitation, utilisant des équations différentielles fonctionnelles(*).

Dans The Eleven Pictures of Time (Sage, 2003), il a mis en relation la science et diverses religions sous la perspective commune du temps. Dans Euclid and Jesus (Multiversity, 2013), il explique au profane comment des croyances religieuses se sont immiscées dans les mathématiques occidentales.

Raju a démontré, en faisant l'expérience d'enseigner dans cinq universités de trois pays, que l'apprentissage du calcul, tel que conçu en Inde avec le zéro-isme et l'arithmétique « non archimédienne », est suffisamment facile pour être divulgué en cinq jours, permettant aux élèves de résoudre des problèmes difficiles qui ne sont pas abordés dans leur cursus habituel. Il a également créé et enseigné d'autres cours « décolonisés » en mathématiques, physique, statistiques, informatique, histoire et philosophie des sciences.

Dans le domaine des sciences sociales et humaines, il a fait partie du comité de rédaction du Journal of Indian Council of Philosophical Researchet a contribué au Project of History of Indian Science, Philosophy and Culture. Il a été chercheur associé, puis chercheur Tagore, à l'Indian Institute of Advanced Study et chercheur associé au Nehru Memorial Museum and Library.

Publications et documents partagés : <ckraju.net/cv/>

(*) C. K. Raju, « Functional Differential Equations 1: A New Paradigm in Physics » <physedu.in/uploads/publication/11/200/29.3.1FDEs-in-physics-part-1.pdf> ; « Functional Differential Equations 2: The Classical Hydrogen Atom » <physedu.in/uploads/publication/11/201/29.3.2FDEs-in-physics-part-2.pdf>, Physics Education (India) 29, 3, 2013.

Voir aussi C. K. Raju, « The Electrodynamic 2-Body Problem and the Origin of Quantum Mechanics », Foundations of Physics, 34, 6, 2004, p. 937-962 <arxiv.org/pdf/quant-ph/0511235v1>

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck