Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 sept. 2021

Eolien offshore : en baie de Saint-Brieuc la rentabilité n’y est pas

Entre les données économique et technique fournies par la société Ailes Marine lors de l’appel d’offre du parc éolien offshore en baie de Saint-Brieuc en 2012, et le lancement du projet en 2021, il y a eu de nombreux recours en justice, et en final c’est le consommateur qui est mis à contribution avec les taxes TICPE et CSPE ….

Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’éolien offshore est au devant de la scène politique en ce début Septembre, avec le démarrage des travaux du parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc dans les côtes d’Armor.

Ce projet de Saint-Brieuc fait partie de l’appel d’offres n°2011/S 126-208873, lancé par le gouvernement en Janvier 2012 qui comprenait cinq sites :

En Avril 2012, Ailes Marines SAS remporte l’appel d’offre du lot n°4 (Saint-Brieuc), avec un prix de rachat compris entre 130 € / MWh  et 190 € / MWh.

En Mars 2020 Iberdrola (siège social à Bilbao au pays basque Espagnole), qui possédait déjà 70% du capital du consortium Aliles Marines SAS, a racheté les 30% de parts restantes à Avel Vor (RES – Renewable Energy Systems et Banque des Territoires – Groupe Caisse des Dépôts), après avoir reçu le feu vert du ministre de l’Économie et des Finances français.

En Avril 2012, le choix de la société Ailes Marines a été jugé « irrégulier » par le Conseil d’Etat, suite au désaccord entre la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et les ministres de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet, et de l’Industrie François Baroin.

Entre Août et Septembre 2016, une enquête publique a été menée sur l’ensemble des 28 communes concernées par le parc éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc.

Les résultats de l’enquête publique sur le projet du parc de 62 éoliennes en baie de Saint-Brieuc sont les suivants : 64,4% défavorable, 4,4% non exprimés et 31,2% favorable.

Et pourtant le projet n’a pas été abandonné, cela rappel le référendum de 2005 sur le traité de Rome établissant une constitution pour l’Europe.

En Juillet 2019, la commission européenne valide les tarifs d'achat de l'électricité produite par les futurs parcs éoliens français en mer, ainsi que des compensations financières.

Pour le site de Saint-Brieuc, le prix de rachat par EDF a été fixé à 155 € / MWh sur 20 ans, et la compensation financière a été fixée à 4,69 milliards d’euros. Ce soutien financier élevé par rapport à ceux pratiqués en mer du Nord ou en Baltique se justifient par deux particularités des côtes françaises, explique la Commission : des vents plus faibles et une nature de sol plus complexe (sols rocheux carbonatés au lieu de sols sableux ou argileux).

Ce soutien financier est financé par le budget de l’Etat au travers du CAS « Transition énergétique », qui est alimenté principalement par les taxes intérieures de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

Donc nous finançons une implantation d’un parc éolien offshore dans la baie de Saint-Brieuc, sur lequel les vents ne sont pas suffisants, par les taxes à la pompe.

D’un autre coté la taxe CSPE (Contribution au service public de l’électricité), que nous payons tous sur notre facture d’électricité, sert à financer les coûts imputables aux charges de service public de l’électricité imposées aux opérateurs du marché tels que le fournisseur historique d’électricité EDF.

En d’autre terme le cout de rachat exorbitant de 155 € / MWh imposé par la commission Européenne est payé partiellement par le consommateur au travers de la CSPE (25 € HT / MWh).

Aspect technique du projet en baie de Saint-Brieuc

Dans l’appel d’offre le parc éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc prévoyait 62 éoliennes AREVA M5000-135 de 5 MW, soit un total de 310 MW de puissance installée.

Aujourd’hui le projet a accrue sa puissance installée à 496 MW, en choisissant des éoliennes Siemens Gamesa de 8 MW [4]  (SG 8.0-167 DD à axe horizontal).

Au passage, les promesses de création d’emplois en France se sont évanouies en Allemagne.

Les dernières données (Juillet 2019 de la commission Européenne) font état d’une production annelle de 1,75 TWh, ce qui correspond à un facteur de charge de 40%.

Or en se basant sur la production d’électricité en 2018 fournie par Allemagne Energies [1], le facteur de charge de la filière éolien offshore est de 33,7%.

Alors, compte tenu des remarques de la commission européenne sur la faiblesse des vents dans la baie de Saint-Brieuc par rapport à la mer baltique, la production annuelle serait au mieux de 1,46 TWh, soit 16,5% de moins.

Cette production ne prend pas en compte les pertes capacitives de 33 kms de 2 câbles sous-marin tripolaire 225 kV [3] (entre le poste de raccordement RTE à terre et le transformateur élévateur 33 kV / 225 kV en mer) et les compensations imposées par le Grid Code [2] de 120 MVar (voir appel d’offre), qui représente 20% de la puissance active installée.

Bien souvent dans les grands parc éolien, une ou deux machines synchrone sont utilisées pour ne produire que du réactif, pour compenser les pertes capacitives des câbles de raccordement.

En conclusion la production annuelle du parc éolien de Saint-Brieuc a été très largement sur-estimée.

[1]: Bilan production d’électricité en 2018 fournie par Allemagne Energies

[2] : Grid Code parc éolien

[3] : câble sous-marin tripolaire

[4] : Eolienne Siemens Gamesa 8MW

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre