Bertrand ROUZIES
Correcteur à Mediapart
Abonné·e de Mediapart

164 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 août 2016

Note de veille sur l'église Saint-Nicaise

Parfaite illustration de l'effet boomerang des décisions ineptes. On peut se demander s'il n'y a pas du côté de la municipalité de Rouen une volonté inavouée de provoquer le pire à force d'atermoiements et de demi-mesures. L'église Saint-Nicaise n'est visiblement pas encore assez dégradée à son goût pour justifier un déclassement patrimonial.

Bertrand ROUZIES
Correcteur à Mediapart
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Presbytère de Saint-Nicaise après intervention des techniciens municipaux © L.A-M

On peut se demander s'il n'y a pas du côté de la municipalité de Rouen une volonté inavouée de provoquer le pire à force d'atermoiements et de demi-mesures. L'église Saint-Nicaise n'est visiblement pas encore assez dégradée à son goût pour justifier un déclassement patrimonial.

Hier, 30 août 2016, un peu moins de trois mois après l'expulsion fracassante des Communards de Saint-Nicaise sur ordre de la préfète, la police a procédé à une nouvelle expulsion, cette fois de squatteurs plus proches de vandales que d'occupants politiques. Ce qui était à craindre depuis l'évacuation du 6 juin dernier est finalement advenu. Les lieux ont été saccagés, du moins le local de l'aumônerie et celui de la sacristie attenante à l'église, où se trouvait tout l'électroménager permettant le fonctionnement de la soupe populaire (frigos renversés, nourriture éparpillée, vitres brisées). L'intérieur de l'église proprement dite n'a pas trop souffert, selon les policiers municipaux présents. Un agent municipal effectuait ce matin un récolement des meubles et objets du culte, d'après l'inventaire existant, tandis que d'autres s'affairaient aux deux entrées du clos du presbytère, rue des Requis et rue Saint-Nicaise (porte déjà murée en juin), pour en renforcer les "défenses". Les arbres débordant par-dessus le mur du presbytère, rue Saint-Nicaise, sont en cours d'élagage, car il est prévu de rehausser la crête d'une palissade.

Triste ironie de l'histoire, un superviseur technique de la municipalité, appuyé d'un hochement de tête par plusieurs agents, a reconnu que les Communards avaient fait du bon boulot et avaient protégé les lieux, qu'il aurait mieux valu parvenir à un accord avec eux pour maintenir une présence humaine équivalant à un gardiennage. Il a ajouté à demi-mots que Saint-Nicaise pâtissait du jeu de la "patate chaude" entre la préfecture et la municipalité. Interrogé par moi, un policier a dû concéder que dans cette affaire, faute de décisions cohérentes, il n'y aurait jamais que des actions palliatives. 

Pour ma part, je constate que sous couvert de rétablissement de l'ordre et de l'autorité, le désordre et la gabegie qui ont suivi l'emmurement partiel des dépendances de l'église ont réduit quasi à néant l'action positive de la Commune Saint-Nicaise. La porte et les ouvertures murées du presbytère, côté rue Saint-Nicaise, produisaient déjà une impression sinistre. Les frondaisons dégarnies des arbres et la palissade achèveront d'enlaidir les alentours d'un édifice qui, assurément, ne méritait pas cela.

Le maire PS de Rouen, Yvon Robert, a tout fait pour ne pas saisir la main tendue des Communards et des riverains quand il était encore possible de conjoindre les énergies autour d'un projet de reconversion. Lui qui n'avait que le mot "argent" à la bouche, voilà qu'il gaspille celui de ses contribuables à réparer ses erreurs (graves) d'appréciation.

L'alliance de l'autoritarisme et de la rustine. Cela ne vous rappelle pas quelqu'un, avec un léger changement d'échelle ?   

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon