Voir tous
  • Honneur à l'insoumission

    Par Bertrand ROUZIES
    À l’heure où les éditocrates, les chiens de garde et les tartuffes de tout bord nous refont le coup du front républicain, tout en vendant la peau de l’ours, comme si la menace était pipée, à l’heure où les Insoumis hésitants sont quasiment criminalisés comme crypto-partisans du FN, rappelons quelques vérités sur la sociologie d’une gauche de combat et non de posture.
  • Le moment «SM» d’Emmanuel Macron

    Par Bertrand ROUZIES
    Vendredi 21 avril, Macron prêchera la bonne parole de son creux évangile sur le parvis de l’église Saint-Maclou, à Rouen, devant un des phares touristiques d’une ville qui, hors des sentiers battus, laisse dans l’ombre tant de ses trésors. À un premier niveau d’analyse, c’est un choix habile, à un second niveau, c’est un choix terriblement éclairant sur la nature banale de la révolution en marche.
  • 1204

    Par Bertrand ROUZIES
    Eugène Delacroix, "L'entrée des croisés à Constantinople", 1840 Eugène Delacroix, "L'entrée des croisés à Constantinople", 1840
    Le 16 avril 1204 s’achevait le sac de Constantinople, la nouvelle Rome, par l’armée de croisade franco-vénitienne. Retour en vers sur ce moment traumatique de l’histoire grecque et, plus largement, de l’histoire médiévale.
  • Le libéralisme est un conservatisme

    Par Bertrand ROUZIES
    Emmanuel Macron s’affirme libéral et se dit au-dessus des partis, en position transcendante. Avec le ralliement d’un Alain Madelin et d’un Robert Hue, il devient l’homme de tous les partis, sans doute parce que la révolution libérale n’est qu’astronomique : elle revient au même point par un détour.
  • Alchimie noire du Verbe pour un peuple enfant

    Par Bertrand ROUZIES
    Maison d'alchimiste, rue Eau-de-Robec, à Rouen. Détail © L.A-M Maison d'alchimiste, rue Eau-de-Robec, à Rouen. Détail © L.A-M
    L’alchimie noire du Verbe ne sévit jamais tant qu’en période électorale, si du moins l’électorat n’a pas été prévenu et immunisé contre elle. Vu les artifices déployés par les candidats les plus en vue, il semblerait qu’une majorité d’entre nous se laisse encore cuisiner selon les vieilles recettes orwelliennes. Décryptage.