Voir tous
  • Que pourrait bien être une présidence "jupitérienne"?

    Par Bertrand ROUZIES
    Dominique Ingres, "Jupiter et Thétis", 1811 Dominique Ingres, "Jupiter et Thétis", 1811
    Quand Emmanuel Macron a assuré vouloir être un "président jupitérien", tous les commentateurs y ont vu un retour à la tradition monarchique républicaine du chef au-dessus de la mêlée. Rien de neuf, en somme. L’humaniste Jean Dorat plaçait dans ce qualificatif "jupitérien" une exigence tout autre, celle de justice. Échos d’une époque où les poètes se jetaient dans la mêlée politique.
  • Macron ou le coup de force techno

    Par Bertrand ROUZIES
    La victoire de Macron à la présidentielle est avant tout celle de la technostructure d’État, qui lui a soufflé son programme, comme l’a révélé sa dernière interview sur Mediapart. D’où il ressort que son véritable ennemi n’était pas le Front national, que la technostructure ne dérange en rien, mais la France insoumise, qui en signifie la ruine.
  • L’aristocratie du pire

    Par Bertrand ROUZIES
    Dans une logique de noblesse d’Ancien Régime discréditée, nombre de politiques versent dans la phraséologie guerrière, pensant que la boursouflure égotique passe mieux en armure, n’abritât-elle que du vent et du pus. Démontons le lego de l’ego martial en partant de deux exemples littéraires du Grand Siècle, si fertile en baudruches sanguinaires.
  • Fin de la démocratie? Son commencement, peut-être

    Par Bertrand ROUZIES
    Et si l’indécision et les tiraillements douloureux d’une grande partie de l’électorat étaient les signes d’une reverdie démocratique ? Cela expliquerait la virulence des attaques dont elle fait l’objet pour n’être pas exactement ce qu’on espérait qu’elle fût : la caution forcée de l’étau qui l’écrase.
  • Honneur à l'insoumission

    Par Bertrand ROUZIES
    À l’heure où les éditocrates, les chiens de garde et les tartuffes de tout bord nous refont le coup du front républicain, tout en vendant la peau de l’ours, comme si la menace était pipée, à l’heure où les Insoumis hésitants sont quasiment criminalisés comme crypto-partisans du FN, rappelons quelques vérités sur la sociologie d’une gauche de combat et non de posture.