BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

76 Billets

2 Éditions

Billet de blog 5 sept. 2019

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Conférence de presse annulée, citoyenneté tronquée

Les organisateurs du Salon Off Road du 4x4 avaient prévu de donner le mercredi 4 septembre à 19h une conférence de presse … La présentation aux journalistes et à la population aurait pu …

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les organisateurs du Salon Off Road du 4x4 (cf. nos articles précédents ici et ) avaient prévu de donner le mercredi 4 septembre à 19h une conférence de presse au Club de tennis Bagnérais, où se déroule actuellement le tournoi international la 35° édition du Tournoi International . La présentation aux journalistes et à la population aurait pu faire suite à la rencontre de M. Didier Devaux, président de l’Association Ulteam DP avec la Sous-Préfète des Hautes-Pyrénées, prévue le 30 août.

Mais ces premières explications et échanges à la sous-préfecture se sont tenus sans que les interrogations et revendications des citoyen·e·s de Bigorre aient pu y être entendues … sauf sur le pas de porte !

Qu’à cela ne tienne, la pétition — signée sur les marchés et en ligne par plus de 1000 personnes à ce jour — a lancé un signal fort aux décideurs, éperonnés par la conscience citoyenne maintenue jusqu’ici sous le tapis.

La conférence de presse de ce soir, accessible au public et animée par les organisateurs de ce salon promotionnel, aurait pourtant permis d’en mieux comprendre l’éventuel déroulement, et surtout les différents enjeux ; toute question aurait pu y être posée en toute simplicité, sereinement. Cette « concentration motorisée » ­— à laquelle s’associeraient Bagnères, Gerde et la CCHB — traverserait en effet, en plusieurs circuits, 26 villages dont les habitants sont évidemment les premiers concernés.

Or cette conférence de presse a été annulée et aucune explication officielle n’a été fournie. Elle pourrait être reportée au 10 septembre, au Carré Py de Bagnères, cette fois.

Beaucoup de questions restent de fait en suspens… d’autant plus légitimes qu’elles sont liées aux préoccupations pour l’avenir qui nous traversent, non seulement nous les adultes installés dans la vie, mais également les jeunes du territoire.

Des habitants du Haut-Adour se mobilisent déjà pour contacter leurs municipalités et faire part de leurs inquiétudes relatives à ce salon. (#)

Mais la question bien actuelle qui taraude tous les échanges, c’est :

Les locaux auront-ils enfin la possibilité concrète de participer à cette nouvelle conférence de presse ? Et la date, l’horaire et le lieu seront-ils communiqués suffisamment à l’avance ? Il serait en effet incompréhensible que la population du Haut-Adour en soit écartée, elle dont les interrogations fleurissent aujourd’hui, on ne peut plus justifiées.

Collectif de citoyens du Haut-Adour

(#)

M. Mme X x

adresse

nom de sa commune, le 0x septembre 2019

à : - M x, Maire,                                                                          

- Mmes et Messieurs les membres du Conseil Municipal,

Mmes                                                                           ;

Mrs.                                                                              .

MAIRIE - 65200 (par courriel et déposé en mairie)

Objet : Salon « Off Road »

Madame Le Maire,

Mesdames, Messieurs,

Citoyen, électeur de la commune, je tiens à vous faire part de mon vif étonnement à constater que notre commune soutient la manifestation à forte connotation commerciale citée en objet quand bien même (cf. notre site municipal « xxx ») Bagnères s’inscrive dans la « transition énergétique pour la croissance verte ».

Ou bien pour les communes autres que Bagnères, Gerde, :

- soit rechercher sur le site de la commune ou bien dans son son bulletin municipal : il serait étonnant qu’il n’y soit pas fait mention de préoccupations environnementales ;

- soit mentionner que le territoire se caractérise par 2 communes retenues par le programme TEPCV.

Autant l’utilisation d’outils 4x4 pour des activités professionnelles, scientifiques, de sécurité, d’exploitation paraît évidente, autant s’engager dans la promotion des loisirs motorisés paraît incongru voire désuet, à une époque où il ne se passe pas un jour sans que les média (quels qu’ils soient) n’alertent sur l’urgence climatique.

Cela m’est d’autant plus incompréhensible que cette urgence, à l’évidence, ne concerne pas que les générations futures mais bien notre propre vie actuelle à l’échelle des 10 prochaines années.

Je ne doute pas que, en charge de la vie communale, vous vous préoccupiez non seulement du quotidien mais aussi de l’avenir proche et à moyen terme de notre territoire.

Je ne développerai pas ici ni les impacts (largement vulgarisés par les scientifiques) de tout type sur l’environnement d’une telle manifestation, d’un tel loisir, ni ne soulignerai leurs désastreux « effets domino » sur l’écosystème dans lequel nous vivons.

Je suis stupéfait que mes élus ne s’engagent pas dans le développement d’activités d’un tourisme réellement respectueux de notre « biotope », dont la pratique serait à la portée de toutes les bourses.

Ceci alors que des Gerdois de renom mettent publiquement en avant (de nouveau en juillet / août lors de conférences), outre la qualité environnementale de nos territoires, la richesse de nos ressources patrimoniales, rurales, culturelles.

Nos voisins pyrénéens aragonais ont su saisir ce « virage », ils en retirent déjà de réels profits … notamment économiques.

A défaut d’un désengagement (dès maintenant) de notre commune de ce salon, soyez sûr que je serai vigilant quant à un respect pointilleux des dispositifs réglementant cette concentration motorisée.

Les enjeux environnementaux à court et moyen terme sont tels que je n’hésiterai pas à engager tout moyen de droit en cas de manquements à quelque aspect que

ce soit de la législation en vigueur.

Je vous prie de croire Mesdames, Messieurs, en ma confiance dans votre sens des responsabilités.

Veuillez accepter, Mesdames, Messieurs, mes meilleures salutations.

Signature

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame