Breizh-Coin
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mars 2022

Allemagne-Russie: fausses vierges et vraies maquerelles.

Déniaisée. C’est le qualificatif qui apparait en filigrane dans tous les articles de la presse allemande sur ce réveil de l’innocente Allemagne face à la retorse Russie qui lui aurait subtilisé – à l’insu de son plein gré- cette ceinture de chasteté morale qu’elle se devait d’arborer depuis la dernière guerre mondiale, mais dont elle sut s’affranchir en catimini et à maintes reprises.

Breizh-Coin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Flandres 1936. Otto Dix.

Déniaisée. C’est le qualificatif qui apparait en filigrane dans tous les articles de la presse allemande sur ce réveil de l’innocente Allemagne face à la retorse Russie qui lui aurait subtilisé – à l’insu de son plein gré- cette ceinture de chasteté morale qu’elle se devait d’arborer depuis la dernière guerre mondiale, mais dont elle sut s’affranchir en catimini et à maintes reprises, depuis des décennies.

Revirement militaire et stratégique" . "L'Allemagne brise un tabou en livrant des armes à l'Ukraine" "L'Allemagne change de paradigme" etc..etc.

Sur l’avant-scène aujourd’hui, l’ex-ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer de la CDU, plus connue outre-Rhin sous l’acronyme d’AKK, bat sa coulpe sur Twitter : 

« Je suis tellement en colère contre nous parce que nous avons échoué historiquement ", a-t-elle écrit sans relâche sur Twitter. "Après la Géorgie, la Crimée et le Donbass, nous n'avons rien préparé qui aurait vraiment dissuadé Poutine."

Cette flagellation publique n’est pas sans rappeler celle d’Angela Merkel au lendemain des inondations en Rhénanie Palatinat en Juillet 2021 qui avaient fait 200 morts et 30 milliards d’€ de dégâts en une seule nuit.

Bien qu’elle considérât sur le moment que les causes et conséquences de cette situation -totalement imprévisible- et conséquemment « indescriptible avec les mots de la langue allemande » étaient plutôt à rechercher du côté de « la force de la nature », du « surréalisme » sans négliger cette terrifiante hypothèse de.. « fantômes» ;il lui fallut moins d’un mois pour déclarer -toute honte bue- lors des 50 ans de Greenpeace Allemagne :

» Le changement climatique et le déclin de la biodiversité sont la plus grande menace pour l'humanité. »

Ce qui fut pourtant le cadet de ses soucis tout au long de ses 16 années de pouvoir, comme le démontrent les nombreuses décisions prises et imposées à ses partenaires pour reléguer la lutte contre le dérèglement climatique aux « calendes grecques ».

https://youtu.be/BG8UIUol7us

Dérèglement climatique, dérèglement du jeu diplomatique, le coupable ne porte bien souvent qu’un seul nom : l’intérêt économique.

Celui qui permet de faire avaler tout le reste ; les droits de l’homme, l’avenir de la planète ou la qualité de l’air respiré.

Pour avoir déjà développé dans un précédent article « Les battements d’ailes de madame Merkel et l’effet papillon de ses décisions », l’allégeance intemporelle – factuelle- du pouvoir politique allemand à ce qu’il a produit de pire dans un passé récent, nous nous concentrerons sur les faits les plus saillants des choix de la politique étrangère de ce pays ces dernières décennies.

https://blogs.mediapart.fr/breizh-coin/blog/050222/les-battements-dailes-de-mme-merkel-et-leffet-papillon-de-ses-decisions

Politique étrangère, compromissions et corruptions que dénoncent même aujourd’hui des alliés de la CDU, comme le journal « Die Welt » qui ne mâche pas ses mots vis-à-vis de la politique passée menée par l’Allemagne :

« La soumission de l'Allemagne:

Le fait que le comportement autoritaire de la Russie ait été toléré pendant si longtemps en Europe a aussi quelque chose à voir avec l'Allemagne. Si vous regardez les 15 dernières années, aucun autre pays n'a autant pardonné à Poutine que l'Allemagne. L'histoire d'un échec historique.

Lorsque Moscou a fait la guerre à la Géorgie à l'automne 2008, l'élite politique et commerciale allemande s'est réunie à l'ambassade de Russie dans la capitale pour une fête somptueuse avec caviar, champagne et musique. "La Russie n'a rien à craindre à Berlin", a déclaré un visiteur à l'époque. "Avec la Russie nous sommes entre amis." Pour l'Allemagne, cette fête n'a jamais cessé."

Comme l'a dit le PDG de BASF à l'époque, Eggert Voscherau, aux invités enthousiastes de la fête, la paix ne peut être atteinte "par l'exclusion".

https://www.welt.de/politik/ausland/article237140631/Russland-Deutschlands-Unterwerfung-Geschichte-eines-historischen-Versagens.html

Si les contorsions sémantiques sont d’un usage courant dans les relations diplomatiques pour faire avaler à peu près tout, l’Allemagne dès 1982 corroie très jésuitement ses acrobaties avec la morale en adjoignant des « clauses caoutchouc » qui lui permettaient de vendre des armes à presque tout le monde.

Sont-ce ces clauses très élastiques qui permirent durant la guerre en Irak en 2003, de dénoncer ce conflit haut et fort - en s’affichant dans le camp de la paix -, tout en ayant des agents du BND (Bundesnachrichtendienst), les services secrets, restés à Bagdad qui guidaient les frappes américaines sur les cibles qu’ils leurs désignaient.

Le chef du gouvernement se nommait Gerhard Schröder (SPD) et dirigeait une coalition avec les Verts.

https://www.courrierinternational.com/article/2006/01/19/les-petits-secrets-irakiens-de-schroeder

Si tous les allemands ont appris de Bismarck qu’» il n’y a jamais autant de mensonges qu'avant les élections, pendant la guerre, et après la chasse », cette duplicité allemande durant une guerre que tous les hommes et femmes politiques avertis savaient « bidonnée » dès le départ, ne peut que conforter la pertinence de cette déclaration de l’historienne Anne Applebaum qui a récemment déclaré que l'Allemagne "utilise toujours l'histoire comme excuse quand cela lui convient", faisant référence au refus de l'Allemagne d'envoyer des armes défensives - telles que la vision nocturne et des dispositifs anti-aériens - à l'Ukraine contre les chars et avions.

Mais depuis quand exactement l’Allemagne ne vend pas d’armes à des pays en guerre, à des dictatures ,ou des « états paria » ?

Dictature chilienne 1973-1990 :

Ventes d’armes. Dont deux sous marins.

Protection politique de la Colonie Dignidad. (centre d’expérimentation d’armes chimiques, centre de torture et d’exécution d’opposants chiliens etc..)

Même en 2019, le ministre des Affaires étrangères Heiko Mass (SPD) refuse de répondre aux questions d’un parlementaire sur les relations et l’implication des services secrets allemands avec la dictature de Pinochet.

Peut-être que lui aussi adhérait à cette idée que tous les moyens pouvaient être utilisés pour « éradiquer le cancer marxiste » comme le clamait le général chilien Leigh instigateur du coup d’état en 1973.

Afrique du Sud. Apartheid 1948-1991.

Coopération nucléaire dans les années 1960-1970. Poursuite des ventes d’armes malgré l’embargo de 1977 (Daimler-BenzMBB-hélicoptères).

Signalons que la France dans ce domaine a plus qu’imité si ce n’est dépassé l’Allemagne pour tout ce qui concernait les ventes d’armes illégales au pays de l’apartheid.

 Mais outre-Rhin, existait sur ce point un consensus total entre les trois grands partis traditionnels représentés au Bundestag, la CDU/CSU, le SPD et le FDP pour que le pays se pose en adversaire irréductible de sanctions économiques contre l’Afrique du Sud.

Comme l’avait énoncé Willy Brandt : « Commerce et politique sont deux choses bien distinctes ».

 Et pour le reste, un « dialogue critique, fait de pressions et d’exigences » suffirait largement comme arme diplomatique pour combattre l’apartheid.

Irak.

« L'industrie allemande a livré au cours des années 1980 pour près d'un milliard de deutsche Mark de matériel militaire à l'Irak, avec la bénédiction officielle des autorités gouvernementales qui ont ainsi dérogé aux dispositions de la constitution interdisant théoriquement la vente d'armes dans des pays non-membres de l'Otan. » Les Echos. 26 mars 1991

Entente Démocratique France-Allemagne sous Saddam Hussein.

Celle-ci tournait à plein régime puisque 3 entreprises françaises (De Dietrich, Carbonne Lorraine et Protec SA), et les entreprises allemandes Karl Kolb et Imhausen-Chemie sont citées dans un dossier d’instruction ouvert en 2013 à Paris suite à une plainte d’une vingtaine de survivants kurdes. Ces entreprises, principales partenaires du site de Samarra qui produisait les gaz innervants pour le régime irakien, n’ignoraient ni la destination ni l’usage des technologies livrées à l’Irak. Hormis Halabja, plusieurs localités ont été gazées ; une douzaine de villes et 2 000 villages, détruits ; et près de 180.000 civils Kurdes tués.

La population kurde de Halabja en 1988 (5 000 morts principalement des femmes et des enfants tués sur le coup et 7 à 10 000 blessés avec de graves séquelles ou qui décèderont quelques années plus tard).

D’autres entreprises de pays démocratiques européens semblent elles aussi impliquées, notamment en Suisse, aux Pays-Bas et en Espagne.

Arabie Saoudite, Egypte, Emirats, Qatar.

Ce sont les très gros clients de l’Allemagne.

« L’Allemagne n’a pas tenu ses promesses de restreindre les ventes d’armes aux pays impliqués dans la guerre au Yémen. Malgré les déclarations officielles et la pression internationale, les ventes d’armes à l’Arabie saoudite, qui sont engagées à exacerber le conflit au Yémen, n’ont jamais vraiment cessé. Une fois de plus, les intérêts économiques semblent l’emporter sur l’importance du droit humanitaire et des droits de l’homme internationalement reconnus. Pourtant, l’Allemagne continue de se vanter hypocritement de son rôle supposé dans la fin de la crise humanitaire au Yémen en limitant les transferts d’armes vers la région – mais il est clair que ces transactions d’armes n’ont jamais été complètement interdites. L’Allemagne continue de trouver des moyens indirects alternatifs pour s’assurer qu’elle continue de profiter de la vente des exportations d’armes. »

https://www.adhrb.org/fr/2020/08/acheminement-des-ventes-darmes-allemandes-dans-la-region-du-golfe/

« Les industries allemandes ont développé des outils afin de contourner les potentielles restrictions. Rheinmetall, dont l’ancien dirigeant est PDG de la Saudi Arabian Military Industrie (SAMI), utilise ses filiales sud-africaine Rheinmetall Denel Munition (RDM) et italienne RMW Italia pour ses exportations à destination de l’Arabie Saoudite. 

Enfin, si l’embargo est motivé par la situation au Yémen, l’Allemagne ne bloque pas ses exportations en direction de l’Égypte ou des Émirats Arabes Unis alors que ces États sont partis prenants de la coalition menée par l’Arabie Saoudite. »

Rheinmetall (canons), Krauss-Maffei (chars, blindés divers), ThyssenKrupp (sous-marins), Diehl BGT (missiles, munitions diverses) et MTU (moteurs) exportent tous en dehors de l’OTAN, avec l’autorisation du Parlement, du Conseil fédéral de sécurité et surtout avec l’appui actif de la chancelière Angela Merkel pendant de nombreuses années.

L’Allemagne est actuellement le premier exportateur mondial de sous-marins, et le second pour les chars juste après la Russie .

Ces groupes industriels sont les bailleurs de fonds des principaux partis au pouvoir en Allemagne CDU/CSUSPD, FDP, et même Die Grünen (les Verts) quelles que soient les coalitions en place.

Dès 2014, les Verts du Baden-Württemberg recevaient 100.000 € de dons (60.000 en 2013) de la part de l'association Südwestmetall basée à Stuttgart, association qui regroupe de grandes entreprises de l’armement telles que Heckler & KochDiehl Defence et MTU.

https://www.n-tv.de/politik/Rekordspende-bringt-Gruene-in-Erklaerungsnot-article14254676.html

Il apparaîtrait donc que la rhétorique allemande et ses contorsions sémantiques peuvent ouvrir de nouveaux horizons insoupçonnés au commun des européens et habitants de cette planète. S’ils veulent bien se donner la peine de voir au-delà…

 Car comme le déclarait Benedikt Mayer, trésorier fédéral des Verts, « Südwestmetall ce ne sont pas seulement des entreprises d'armement, mais aussi des entreprises de pointe qui produisent des technologies de protection de l'environnement ".

La troisième guerre mondiale sera donc paradoxale ou ne sera pas.

Puisqu’elle va permettre de sauver la planète.

Réconcilier Guerre et Paix…Ecologie et Industrie.

Fausses vierges et vraies maquerelles.

Mais en attendant ce dénouement, mon fils français de 13 ans se trouve condamné à la résidence forcée sur le sol allemand dans le Baden-Württemberg et empêché de venir en Bretagne.

 6 000 éoliennes allemandes touchées par une cyberattaque russe ce 2 Mars .

Nous n’en sommes qu’aux préliminaires.

  1.     Si l’Allemagne met 100 milliards d’€ sur la table pour de l’armement ; c’est pour s’en servir. "Ce revirement stratégique" , "ce changement de paradigme" semblent esbaudir le monde entier.
  2.       Si la Russie veut se venger d’un pays qui se tourne contre elle aujourd’hui, mais qui lui fut très complaisant durant des années, car intéressé économiquement (article Die Welt), ce pays c’est encore l’Allemagne.
  3.   Les bases américaines en Europe se trouvent principalement en Allemagne. C’est donc une raison supplémentaire pour frapper l’Allemagne de la part de la Russie.

     4.    En temps de guerre, ce sont les outils de production industrielle qui sont frappés (acier, automobile, aéronautique) en priorité.

Baden-Württemberg.

 Überlingen  à 36 kms de la résidence de mon fils.

Diehl : missiles, Air Defence Systems IRIS-T SLM/SLS etc..

https://www.diehl.com/defence/en/products/guided-missiles/

          Friedrichshafen 65 kms (MTU, ZF). Moteurs et transmissions pour tout le secteur automobile, ferroviaire, aéronautique etc..   Sans oublier Airbus Défense Industrie.

https://www.mtu-solutions.com/eu/en.html

https://artes.esa.int/contractors/airbus-defence-and-space-friedrichshafen-site

https://www.zf.com/mobile/en/homepage/homepage.html

Plus les trois bases américaines de StuttgartBöblingen et Ulm dans un rayon de 130 kms. Mais aussi Daimler et Mercedes.

Information de 2019.

"Le ministère américain de l’Énergie a commencé à fabriquer une nouvelle arme nucléaire à faible rendement destinée à contrer la Russie. La National Nuclear Security Administration indique que la production de l’arme, connue sous le nom de W76-2, a commencé à son usine Pantex dans le Texas Panhandle.

Le ministère de l’Énergie n’a pas voulu fournir de détails sur le W76-2, mais on estime qu’il a un rendement d’environ 5 à 7 kilotonnes, à comparer à la bombe larguée sur Hiroshima, qui avait un rendement d’environ 15 kilotonnes.

En 2018, l’administration Trump a plaidé en faveur de la mise au point d’une arme nucléaire plus petite qui pourrait être lancée depuis un sous-marin. Dans un document connu sous le nom de Nuclear Posture Review, l’administration a affirmé que la Russie estimait que ses propres armes nucléaires, plus petites, pouvaient lui donner un avantage dans un conflit."

https://www.npr.org/2019/01/28/689510716/trump-administration-begins-production-of-a-new-nuclear-weapon

     Mon enfant français de 13 ans, né en Espagne n’a pas à mourir ou même à en prendre le risque en restant de force en Allemagne suite à une décision inique d’un tribunal de la famille en Juillet dernier qui interdit une scolarisation en Bretagne.

           Ni à subir toutes les conséquences d’une guerre qui risque de durer quelques années comme vient de nous en informer le chef des Armées Emmanuel Macron dans son allocution télévisée d'hier.

Si le Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian qui vient de déclarer ce 3 Mars 2022 que « le pire de la guerre est peut-être à venir », n’a pas encore lu mon courrier qui lui fut adressé le 25/11/2021, je l’invite à le faire de toute urgence.

https://nfthemis.org/

Courrier rédigé aussi en allemand pour Annalena Baerbock , son alter-ego outre-Rhin.

https://blogs.mediapart.fr/breizh-coin/blog/060222/enfants-victimes-collaterales-de-decisions-economiques-et-politiques-fr-de

Pour paraphraser l'un de nos plus grands poètes , Léo Ferré, qui disait que "le bonheur c'est du chagrin qui se repose ", nous pourrions -sans emphase-enrichir cette citation avec très peu de risque de nous tromper en rédigeant cet avertissement; de tout temps ," les zones de paix sont des zones de guerres encore non écloses ".

https://nfthemis.org/monsieur-le-presidentallons-emmerder-les-allemands/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone