Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 oct. 2021

Atteindre la neutralité carbone est suggérant la continuité du nucléaire: c’est non !

MON REGARD / PRESIDENTIELLES 2022 – Ce lundi 25 octobre, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité (RTE) a rendu un rapport dans lequel il présente six scénarios pour atteindre la neutralité carbone. Parmi les six, trois scénarios gardent le nucléaire dans ses orientations très orientées dans les choix possibles à retenir. Yannick Jadot, le candidat écologiste, ne se laisse pas berner.

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À l'approche des présidentielles de 2022, je vous propose une série d'articles consacrés à pointer certains aspects sociétaux ou politiques issus d’observations ou de lectures dans le but de contribuer à éveiller votre intérêt et d’engager la discussion sur vos propres regards, que vous soyez d’accord ou pas et avec d’autres mots que les miens.

MON REGARD précédent  << | >> MON REGARD suivant


Publié le 25 octobre 2021, mis à jour à 23h14

© Yannick Jadot

Ce lundi 25 octobre, le gestionnaire du Réseau de transport d'électricité (RTE) a rendu un rapport dans lequel il présente six scénarios pour atteindre la neutralité carbone. A quelque mois de la présidentielle, plusieurs observateurs le jugent utile pour éclairer les débats dans le cadre de la campagne.

Yannick Jadot, président du climat, ici à Saint-Pere-en-Retz avec l'entreprise Valorem.

Yannick Jadot, le candidat écologiste, ne s’est pas privé de le commenter. Pour lui : « la présentation des scénarios RTE se révèle être partielle et donc partiale ». En ajoutant : « Nous, écologistes, dénonçons cette manipulation du gouvernement. Toute décision politique sur l’avenir du système électrique français requiert pourtant sérieux et transparence. »

LES SCENARIOS RTE SE REVELE ETRE PARTIELLE ET DONC PARTIALE

Il s’explique :

« Le choix a été fait de se baser principalement sur une seule trajectoire d’évolution de la consommation électrique excluant toute évolution sociétale notamment de maîtrise des consommations.
C’est évidemment là aussi un choix politique pour alimenter artificiellement le « il faut plus de nucléaire, c’est inéluctable ». Le gaspillage et l'ébriété énergétique ne sont pas une fatalité. L'explosion des factures et la précarité énergétique pour les familles ne sont pas une fatalité.
La manipulation de RTE, sous pression du gouvernement, qui consiste à évacuer ses propres scénarios de sobriété au moment où explose la précarité énergétique dans notre pays est choquante. Le but du Président de la République et de son gouvernement est clair : justifier à n'importe quel prix la relance du nucléaire. Nous rappelons que multiplier par six le fiasco de l'EPR de Flamanville (16 milliards de surcoût à ce jour) ne sera jamais un succès.
Nous rappelons que le mirage des petits réacteurs à l'horizon 2040 ne répond en rien à nos besoins d'aujourd'hui et de la décennie.
Il est inacceptable que la présentation de RTE n'inclue pas l’évaluation économique de la variante « sobriété » qui limite la hausse de consommation à 550 TWh d’électricité en 2050. »

Yannick Jadot demande avec les écologistes que puisse être fournie en priorité une analyse économique complète du couplage entre la trajectoire de consommation « Sobriété » (550 TWh/an) et les scénarios de production « 100 % EnR ».
RTE montre que tout est possible. Le choix des écologistes est fait : maîtrise de la consommation, investissement dans les logements et les transports pour rendre du pouvoir d'achat aux Français, déploiement des énergies renouvelables moins chères que le nucléaire.

CE QU'IL FAUT GARDER A L'ESPRIT :

Le Réseau de transport d’électricité (RTE) est à la solde du lobby nucléaire français et du gouvernement. Ainsi, son rapport est biaisé et oriente vers les scénarios qui intègrent une part de nucléaire dans les solutions exposées.
La maîtrise de la consommation comme le propose Yannick Jadot est la base d’un scénario sérieux de sortie progressive et intelligente du nucléaire à l’horizon 2050. Ce scénario n’est pas pris en considération. Les Français sont trompés. Ils (RTE, le lobby nucléaire et le gouvernement) manipulent les possibles. C'est tout simplement scandaleux. 

Yannick Jadot, président du climat, ici à Saint-Pere-en-Retz avec l'entreprise Valorem. et le maire de la commune dont les habitantes et les habitants soutiennent évidemment ce projet que leur jalousent les communes voisines ; et qui redirige une partie des bénéfices vers le logement social digne (via Marie Toussaint). © Benjamin Boccas

Nous n'avons plus de temps à perdre pour sauver le climat.

A la veille de la remise du rapport du RTE, Marie Toussaint, sur son compte Facebook écrit :

« Les fables gouvernementales sont démontées à la fois par la science et par la justice : Emmanuel Macron et ses prédécesseurs n'en n'ont tout simplement pas fait assez. Ni sur la réduction des émissions et les économies d'énergie, ni sur les énergies renouvelables et certainement pas dans l'éolien, alors même que ces solutions sont aussi porteuses de justice sociale et d'emplois !

Des milliers de vie sont déjà détruites du fait du dérèglement climatique. Il est de notre devoir d'agir sans faillir (face aux lobbies et aux conservateurs) pour protéger la planète et garantir la justice environnementale.

Avec Yannick Jadot président du climat, nous répondrons à cette urgence. »

En visite ce week-end sur un parc éolien sur la commune Saint-Pere-en-Retz avec l'entreprise Valorem et le maire, dont les habitantes et les habitants soutiennent ce projet, l'énergie produite redirige une partie des bénéfices vers le logement social digne. 
C'est en diversifiant les techniques de productions d'électricité sur le territoire, association avec une campagne de sobriété énergétique qu'il est possible de faire sortir la France du nucléaire.


Yannick Jadot, l'écologie pour agir

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.