Bruno Scherrer
Citoyen, chercheur en informatique et mathématiques.
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 déc. 2019

Bruno Scherrer
Citoyen, chercheur en informatique et mathématiques.
Abonné·e de Mediapart

D'après le COR, Philippe vous donne la "liberté" de partir à 62 ans et d'être pauvre

D'après le modèle de projection du Conseil d'Orientation des Retraites (COR), la "liberté" de partir à 62 ans tout en équilibrant financièrement le système induit un décrochage: en 2070, un retraité moyen aurait une pension égale au tiers du salaire moyen (contre la moitié actuellement) et un niveau de vie de 72%-76% de celui de la population (contre 102%-103% aujourd'hui).

Bruno Scherrer
Citoyen, chercheur en informatique et mathématiques.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans mes précédents billets (ici et ), nous avons observé ceci: avec le choix du gouvernement de garder figé le taux de cotisation, le modèle du COR et son simulateur interactif montrent qu'il faudrait travailler jusqu'à 68 ans pour espérer atteindre l'équilibre financier du système et maintenir le niveau de vie.

Dans ce billet, nous allons demander au modèle du COR de nous éclairer sur le sens de la déclaration du premier ministre Edouard Philippe, lors de son allocution du 11 décembre 2019:

"Comme le président de la République s’y est engagé durant la campagne présidentielle, nous maintiendrons l’âge minimal de départ à la retraite à 62 ans. L’âge légal ne bougera donc pas. C’est un principe de liberté auquel nous voulons rester fidèles, en laissant à chacun la possibilité de partir à la retraite si son parcours de vie le lui permet ou l’y invite."

Dans ma reproduction informatique du simulateur officiel, j'ai rajouté une fonctionnalité qui permet

  • de fixer l'âge de départ à la retraite à 62 ans,
  • de demander à ce que le système soit équilibré financièrement dans le temps,

et d'en déduire (automatiquement) le niveau des pensions par rapport au salaire moyen et le niveau de vie des retraités par rapport à celui de la population. Nous faisons toujours cette simulation sous l'hypothèse de travail (contestable) du gouvernement de ne pas toucher au taux de cotisation. Voilà ce qu'on obtient pour l'ensemble des projections économiques du COR à horizon 2070:

 Les graphiques ci-dessus montrent que d'après le modèle de projection du COR, l'exercice de la "liberté de partir à 62 ans" se traduirait par un décrochage de la pension moyenne par rapport au salaire moyen: de 51% aujourd'hui à 32% en 2070. Malgré une telle baisse, le modèle du COR prévoit seulement un décrochage du niveau de vie relatif des retraités de 102%-103% de celui de la population en 2019 à une fourchette de 72%-76% en 2070; autrement dit, alors que le retraité moyen d'aujourd'hui a un niveau de vie comparable à celui de l'actif moyen, le retraité moyen de 2070 serait 26% plus pauvre que l'actif moyen.

Le seuil de pauvreté est fixé à 60% du niveau de vie médian par l'INSEE, niveau de vie médian dont l'évolution devrait globalement être comparable à celle du niveau de vie moyen dont nous parle le modèle du COR. Un baisse moyenne du niveau de vie (de 100% à environ 74%) pourrait faire augmenter le taux de pauvreté des retraités à environ 30% (3) contre moins de 10% aujourd'hui, ce qui nous ramènerait à la situation des années 1970 (cf. INSEE, voir graphique 1 de cette "Analyse Retraite").

On mesure la singulière importance des derniers mots de la citation d'Edouard Philippe: chacun pourra choisir de partir à 62 ans

"... si son parcours de vie le lui permet ou l’y invite."

Pour beaucoup de Français, la perspective d'être un retraité pauvre ne leur permettra probablement pas de choisir "librement".

Pour finir, faisons une vérification sur le simulateur du site officiel du COR des conséquences de partir à la retraite à 62 ans. Comme précédemment, on sélectionne le scénario (légèrement optimiste) d'une croissance de +1,5%/an et d'un taux de chômage de 7%:

Voici maintenant comment régler les paramètres AGE et PENSION (nous ne touchons pas au taux de cotisation).

Ce qui nous intéresse est de regarder ce qui ce passe pour un âge de départ maintenu à 62 ans jusqu'en 2070:

Afin de garantir l'équilibre financier, il faut réduire le niveau relatif des pensions comme suit:

Ce faisant on observe bien (courbes bleues) un équilibre financier à long terme ; mais cela se fait au prix d'une baisse significative du niveau de vie des retraités par rapport à celui de la population, ici de 103% en 2019 à 75% en 2070:


(1) D'après le tableau page 34 du rapport du COR de décembre 2015, le niveau de vie des retraités a en 2013 pour premiers déciles: { 0%-10%:1050 euros, 10%-20%:1230 euros, 20%-30%:1400 euros }, tandis que le seuil de pauvreté est 0.6x1670=1002. Après multiplication par 0,74, en supposant que la forme de la distribution reste la même, on obtient: { 0%-10%: 777 euros , 10%-20%: 910 euros, 20%-30%: 1036 euros }. Cela fait un peu moins de 30% des retraités sous le seuil de pauvreté.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report