Camille Polloni
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 oct. 2020

Lieux fermés pour «séparatisme»: la transparence n’est pas un luxe

Pour savoir quels sont les « 210 débits de boisson, 15 lieux de culte, 12 établissements culturels et associatifs et quatre écoles » soupçonnés de dérives religieuses et fermés par l’administration pour divers manquements, nous saisissons ce vendredi la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada).

Camille Polloni
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Depuis que le projet de loi contre le « séparatisme » est en préparation, le gouvernement vante la politique volontariste mise en place ces dernières années. Ainsi, selon Marlène Schiappa, « 210 débits de boisson, 15 lieux de culte, 12 établissements culturels et associatifs, quatre écoles », qualifiés par la ministre déléguée à la citoyenneté de « lieux de regroupement pour organiser le séparatisme islamiste », ont été fermés sur décision administrative dans le cadre d’une expérimentation lancée en 2018 et généralisée l’année suivante. 

Les préfets sont d’ores et déjà invités à user de leurs pouvoirs de police pour sanctionner, par des moyens détournés, des personnes ou des lieux (commerces, associations, écoles, lieux de culte, clubs de sport) soupçonnés de « séparatisme »

Sur la base de signalements adressés aux autorités par les services de renseignement ou par d’autres acteurs (Éducation nationale, élus, associatifs), il s’agit pour l’administration de déclencher des contrôles de toute nature, sans invoquer la dimension religieuse mais en cherchant une faille dans laquelle s’engouffrer. Une entorse aux normes d’hygiène et de sécurité, au droit du travail, au droit des étrangers, ou le non-paiement des impôts et cotisations sociales (CAF, Urssaf, etc.) permettent de motiver une fermeture administrative ou un redressement. 

Quels sont les lieux concernés, que s’y passait-il exactement et sur quel(s) manquement(s) s’est fondée leur fermeture ? Au-delà des chiffres bruts, aucune liste n’a été rendue publique. Or, sans connaître les établissements ayant fait l’objet de ces mesures, il est impossible d’effectuer un travail journalistique sérieux : contacter les responsables des lieux fermés, s’y rendre, analyser les motifs de fermeture, voir dans quelles conditions ils ont pu rouvrir ensuite. Bref, confronter la communication aux faits. 

Pour obtenir cette liste, nous avons adressé le 9 septembre une demande écrite aux cabinets de Gérald Darmanin et de Marlène Schiappa, ainsi qu’à la porte-parole du ministère de l’Intérieur. Notre message est resté sans réponse. Au terme du délai d’un mois prévu par la loi, Mediapart a donc saisi la Commission d'accès aux documents administratifs (Cada) ce vendredi. 

En s’appuyant sur ce que dit la loi et sur sa propre jurisprudence, la mission de la Cada consiste à faire le tri entre les documents qu’elle estime communicables au public et ceux qui n’ont pas vocation à circuler.  

Ces dernières années, de plus en plus de journalistes se saisissent de cet outil (ouvert à tous) pour débloquer leurs enquêtes et apprennent aux autres comment s’y prendre. Malgré des insuffisances flagrantes - délais excessifs, avis non-contraignants, prudence parfois difficile à saisir - la Cada est la seule institution pouvant inciter l’administration à se montrer plus transparente. 

Mediapart a eu recours plusieurs fois à la Cada, pour obtenir la déclaration d’intérêts d’Alexis Kohler (avis défavorable), la décision de rejet du compte de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 (avis favorable mais non suivi) ou encore les contrats de prêts russes du Front national en 2014 (avis favorable, suivi seulement grâce à un recours devant le tribunal administratif). Cette expérience offre parfois (rarement) de belles victoires, comme quand le Conseil d’État a imposé une plus grande transparence sur le contrôle des campagnes électorales. Plus récemment, nous avons saisi la Cada pour obtenir des documents relatifs au maintien du premier tour des municipales en pleine épidémie de Covid. 

Sur la question qui nous occupe aujourd’hui, la communication gouvernementale à la fois précisément chiffrée et profondément opaque trouve une explication évidente : son double fond. La fermeture administrative de ces 250 lieux est motivée par des raisons officielles (des manquements, réels, à certaines obligations légales) masquant une réalité officieuse : le soupçon initial de « séparatisme » qui a motivé les contrôles. Sans que les personnes ou organismes sanctionnés ne puissent ni le prouver, ni s’en défendre.  

Certains exemples ont pourtant été mis en avant par les pouvoirs publics. En février dernier, la préfecture de Seine-Saint-Denis citait le cas une « école clandestine » découverte à Aulnay-sous-Bois, fermée le 14 janvier 2020. Dans des locaux « à la sécurité très sommaire », une cinquantaine d’enfants de 3 à 6 ans partageaient « une promiscuité effrayante », sans « aucune activité en plein air » et encadrés par des femmes « qui n’avaient aucune formation », expliquait la préfecture. 

On peut supposer, sans certitude, que plusieurs écoles évoquées par le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer font partie de la même liste : l’école Al-Badr à Toulouse (qui a fini par obtenir gain de cause devant la justice), Philippe-Grenier à Échirolles (qui a fait faillite depuis) ou encore l’association Ma Bulle Récré à Marseille (une affaire qui s’est grandement dégonflée).

Dans le cas de l’Institut européen des sciences humaines (IESH), un établissement privé d’enseignement supérieur basé à Saint-Denis, fermé fin novembre 2019 pour des manquements aux normes de sécurité incendie, le ministère de l’intérieur a assumé le lien direct entre les soupçons de radicalité religieuse et le déclenchement des contrôles administratifs.

En ce qui concerne les débits de boisson fermés, l’Elysée expliquait la semaine dernière qu’il s’agissait souvent de « kebabs ». La liste de ces lieux existe bien. Il ne reste plus qu’à transmettre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm