Les femmes parlent. La preuve

Il y a des idées reçues tenaces. Parmi elles, cette idée selon laquelle les femmes victimes de violences ne parleraient pas. Résultat, si elles ne parlent pas, c'est normal qu'on ne puisse pas faire grand chose... (non)

Lorsque j'interviens sur la prévention des violences sexistes et sexuelles, je propose souvent avec des quiz pour faire réagir les participant.e.s.

Dans la partie sur le harcèlement sexuel, je pose notamment cette question.

capture-d-e-cran-2018-07-01-a-16-21-14

La (grande) majorité des personnes présentes répondent : 40%. Dans nos imaginaires, les femmes victimes de violences ne parlent pas.

C'est faux. La bonne réponse est 70%.

C'est ce qu'a montré une enquête du Défenseur des Droits de 2014 sur la question du harcèlement sexuel au travail. 71% des femmes victimes en ont parlé à quelqu'un. Dans une grande partie des cas, à quelqu'un de la famille. Dans plus de 40% des cas, à des collègues. Et dans 1 cas sur 4, à quelqu'un de la direction.

capture-d-e-cran-2018-07-01-a-16-19-18

Les femmes parlent donc. Vous voulez la preuve ? Faisons un petit exercice.

Je vais vous demander de visualiser, dans votre tête, un "gros relou" de votre entourage (travail, amis, famille...). C'est bon ?

g

Je suis presque sûre que vous voyez quelqu'un. Voire plusieurs personnes. Assez précisément.

Qu'est-ce qu'un gros relou ? C'est une personne qui tient des propos à connotation sexuelle, plusieurs fois, qui mettent mal à l'aise. Vous savez quoi ? C'est la définition du harcèlement sexuel. Les gros relous sont très souvent en réalité des harceleurs.

Nous les connaissons. Nous parlons d'eux avec nos copines, collègues, membres de la famille ou ami.e.s. Je suis presque sûre que vous avez déjà eu un échange avec d'autres personnes sur le thème : "Lui, c'est vraiment un gros relou" (exemple, dans mon cas, une responsable politique qui me dit dans un message Whatsapp : "Untel est juste un gros relou" en parlant d'un dirigeant de son parti. "juste" LOL)

Nous les appelons des gros relous, parce que nous avons une tendance assez générale à banaliser les violences. Ils sont des harceleurs. Et nous parlons d'eux.

* * *

Alors, si les femmes parlent des violences, où est-ce que ça bloque ?

Le blocage, c'est qu'on entend pas. On n'entend pas les violences.

Lorsque les femmes parlent, elles les appellent des "gros relous", des "forceurs", elles disent qu'untel est vraiment collant, qu'elles ont plus envie de faire la bise à machin parce que sa bouche dérape à chaque fois ("dérape" re-LOL). Elles décrivent à chaque fois des faits de violences sexistes ou sexuelles. Nous n'entendons pas. Nous sommes bouchés.

La libération de la parole n'a pas commencé avec #MeToo. Ce qui a peut-être commencé, c'est la libération des oreilles. Et encore... elle est beaucoup beaucoup trop timide.

Caroline De Haas

Militante féministe, legroupef.fr

* * *

Ce billet fait partie d’une série consacrée aux violences sexistes et sexuelles :

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.