37 députés se mobilisent contre l'extradition de Julian Assange aux Etats-Unis

37 députés demandent à la Commission européenne d'empêcher l'extradition de Julian Assange aux Etats-Unis. Seront-ils plus nombreux demain ? Le courage est contagieux !

f21142fc-dad3-462f-9a88-44edfc1fde65

                                                                                                                       

 

 

 

 

Brussels, le 19 juin 2019

Parlement Européen
Bât. Willy Brandt
03M121
60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
1047 Bruxelles / Brussels

 

à l’attention de Monsieur LE VICE-PRESIDENT FRANK TIMMERMANS


EUROPEAN COMMISSION
Rue de la Loi / Wetstraat 200
1049 Brussels
Belgium

 

Objet : La situation de M. Julian Assange

 

Cher Monsieur Vice-Président Timmermans,

En tant que membres du Parlement européen, nous exprimons notre préoccupation face à la situation de M. Julian Assange. Comme demandé par les Etats-Unis, le ministre de l'Intérieur britannique Sajid Javid vient de signer un ordre d'extradition de M. Assange vers ce pays, mettant incontestablement le fondateur de Wikileaks face à des poursuites judiciaires. Nous déplorons cette décision. Le fondateur de Wikileaks est un symbole international de la lutte pour la transparence politique internationale, et sa détention constitue non seulement une atteinte au droit à l'information, pilier fondamental de la démocratie, mais également une violation de la législation internationale et européenne. 

Premièrement, nous voudrions attirer votre attention sur le fait que la Commission Inter-américaine des droits de l'Homme et les Nations unies a demandé de respecter le droit de M. Assange de conserver son statut de réfugié politique et d'empêcher son extradition vers les États-Unis jusqu'à ce que son droit d'asile soit établi selon une procédure transparente, impartiale, équitable et pleinement garantie, comprenant le droit de faire appel. Allant dans ce sens, Madame Agnes Callamard, Rapporteur Spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, a déclaré que les autorités équatoriennes avaient permis l'arrestation de M. Assange par les autorités britanniques et ce faisant, l'Équateur exposait Mr. Assange à un risque réel de violations graves des droits humains.

De même que selon le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, l'extradition exposerait M. Assange à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. 

Si l'extradition sans garantie de procédure régulière et sans mesures de protection constitue une violation du droit international, elle est particulièrement problématique lorsque l'État de destination applique la peine de mort et n'a pas divulgué les charges pénales retenues contre la personne concernée. Dans de tels cas, comme l'explique le Rapporteur, le principe juridique international de non-refoulement est absolu, indépendamment de considérations de sécurité nationale, d'expertise politique ou de toute autre considération similaire. 

Deuxièmement, le 16 avril 2019, le Parlement Européen a adopté à une large majorité de 591 voix une nouvelle loi visant à renforcer la protection des lanceurs d’alertes et à les empêcher d'être soumis à des représailles et à des conséquences telles que des condamnations, un exil forcé et des procédures judiciaires sans fin.

En particulier, et c'est très important, cette Directive stipule que lorsqu'un journaliste ou un lanceur d’alerte découvre des secrets d'État qui sont d'intérêt public, il ne doit pas être poursuivi pour son acte au service de la collectivité. La vérité doit être révélée dans tous les cas, et les lanceurs d’alertes qui la révèlent doivent être protégés. Nous pensons que c'est incontestablement le cas de M. Assange, c'est pourquoi la Directive devrait être appliquée pour le protéger de toute mesure de rétorsion éventuelle exercée à la suite de son travail dans l'affaire Wikileaks. 

Enfin, et paradoxalement, tout en étant soumis à des représailles, les dénonciateurs sont très souvent reconnus par des entités publiques. C'est le cas d'Assange, qui s'est vu décerner au  Parlement Européen le prix GUE/NGL pour les journalistes, lanceurs d’alertes et défenseurs du droit à l'information. Assange a été honoré de ce prix en reconnaissance de son travail au nom de la vérité et de son courage à risquer sa propre liberté pour la diffuser. Nous pensons que cette reconnaissance publique devrait être le moyen de souligner la nécessité de continuer à exposer la vérité et de garantir le droit à l'information. 

 

Par conséquent, nous demandons à la Commission Européenne d'utiliser tous les moyens à sa disposition pour s’assurer : 

 

  • Que toutes les demandes de la Commission Inter-américaine des Droits de l'Homme et de l'Organisation des Nations Unies soient entendues et que le droit international soit appliqué à cet égard dans cette affaire.

 

  • Que M. Assange bénéficie de la protection prévue par la Directive Européenne sur les lanceurs d’alertes, en particulier lorsqu'il s'agit de ceux dont le travail révèle des secrets d'Etat d'intérêt public.

 

  • Que toutes les mesures soient prises pour empêcher que M. Assange soit extradé vers les États-Unis, étant donné que la demande d'extradition devra encore être approuvée par les tribunaux britanniques.

 

  • Que notre préoccupation que M. Assange risque de se voir imposer une peine d'emprisonnement à perpétuité, soit prise en compte puisqu’elle est fondée et justifiée en regard de cas antérieurs.

 

  • Que cette affaire fasse l'objet d'une attention particulière, compte tenu de la détérioration rapide de l'état de santé de M. Assange et de son hospitalisation en urgence suite à plusieurs années d’enfermement et d’isolement, comme l'attestent des tests médicaux récents.

 

Nous vous remercions de votre attention et restons à votre disposition pour poursuivre les discussions à ce sujet, 

 

Miguel Urbàn Crespo
Estefania Torres Martinez
Xabier Benito Ziluaga
Tania Gonzàlez Peñas
Maria Eugenia Rodriguez Palop
Idoia Villanueva Ruiz
Sira Rego
Manuel Pineda
Pernando Barrena
Josep Maria Terricabras
Martina Anderson
Matt Carthy
Lynn Boylan
Liadh Ni Riada
Manuel Bompard
Younous Omarjee
Emmanuel Maurel
Leila Chaibi
Anne-Sophie Pelletier
Joao Pimenta Lopes
Monika Beñovà
Sofia Sakorafa
Katerina Konecna
Noeklis Sylikiotis
Ana Gomes
Oziem Alev Demirel
Helmut Scholz
Gabriele Zimmer
Cornelia Ernst
Jakop Dalunde
Stelios Kouloglou
Patrick Le Hyaric
Barbara Spinelli
Ana Miranda
Dimitrios Papadimoulis
Takis Hadjigeorgiou
Stefan Eck

Source ici

Traduction : Céline Wagner

Voir également :

- Un rassemblement de soutien à Julian Assange aura lieu le jeudi 27 juin à 16h (info. ici)

- Des blogueurs Mediapart suivent de près l’évolution de la situation de Julian Assange : 

https://blogs.mediapart.fr/edition/liberez-assange-ethiques-et-medias

https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog

 https://blogs.mediapart.fr/eleuthere-qwark/blog

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.