Sans toi, l'homme sculpte sa paix intérieure à coup de marteau

1959, jardin public, 3 mamans papotent. 1959, année d'intense violence : Afrique, Cuba, VietNam, Kurdistan, etc. Conversation pour mamans ? Dans le bassin, un petit garçon se noie. Les mamans papotent. Un petit gars de onze ans passe. Il va "vers le haut", pays des cabanes et des conneries. Il voit l'enfant qui se noie, le sort de l'eau et le donne aux trois mamans. 61 ans plus tard ...

61 ans plus tard, je lis l'article de Claire Baydzar. 
https://blogs.mediapart.fr/clairebaydzar/blog/080520/pourquoi-vous-ne-voulez-pas-voir

Et je repense aux deux "hommes" de l'histoire.
Le petit homme qui se noie et personne ne voit qu'il se noie.
Le petit gars qui passe et personne ne saura jamais qu'il vient de sauver une vie.

Au moment où je pense à ces deux petits d'homme - au milieu de la nuit - le téléphone sonne.
La dame de la centrale d'alarme : "Votre voisin vient de déclencher son alarme, je n'arrive pas à le joindre."
Enfiler au plus vite les docksides, prendre une lampe de poche, prendre son téléphone. 

Au même moment, message d'une voisine insomniaque : "mon ordi déconne !"

***

Chère Claire, tu me demandes de "rééduquer mes congénères".
Le mot "congénères" désigne, pour moi, des singes.
Je ne me sens pas du tout un singe qui rééduque des singes - il faut que tu revoies La planète des singes !!!

Et tu me demandes ça en plein confinement où mes seules rencontres avec mes "congénères" sont l'alarme du vieux voisin et le jeune voisin qui m'apporte des fruits et légumes bio.

Tu veux que je rééduque un handicapé grave et un jeune homme serviable ???

Et puis franchement, est-ce que j'ai une tête de rééducateur ?
Je suis très tenté par un point Godwin ... mais je vais m'abstenir !

Je suis de la "race" du petit gars de l'histoire ci-dessus.
De très loin je vois le "truc qui cloche" - l'enfant qui se noie.
J'ai coutume de dire - j'ai le même âge que le petit gars de l'histoire :
- j'ai la vue basse mais je vois un frémissement à l'autre bout du champ
- je suis le plus sourd de la bande et c'est moi qui dit "tu as entendu ?"
... et les moins sourdes de la bande - les plus jeunes - n'ont rien entendu

Claire, là est le vrai sujet :
- quelles sont les qualités des uns - voir de loin le petit enfant qui se noie
- quelles sont les qualités des autres - porter des enfants, etc.
- comment peut-on se compléter ?

Plutôt que d'expliquer à l'autre ce qu'est la vie.

Il y a quelques années, j'entre dans un magasin bio et pose une question très précise à la professionnelle de service.
Elle commence à m'expliquer comment on fait pour retrouver la santé.
Je lui réponds avec un air bonhomme : "Tous les clients à qui vous avez donné des conseils pour leur cancer sont morts, moi j'ai guérit mon cancer "tout seul" alors peut-être vous pouvez répondre à ma question précise ...

Chère Claire, avant d'expliquer la vie à l'autre il faut d'abord l'écouter !!!

Si tu l'écoutes vraiment, un homme a plein de choses subtiles à te raconter.
Si tu l'écoutes avec condescendance, il va entrer dans le rôle que tu préjuges, que tu écris, il va faire le gros lourd !!! 

Il va te raconter l'histoire de la blonde qui ...
Il va te parler des exploits de ses couilles ...
Il va te vanter les qualités du parfait macho ...

Claire, comment pourrais-tu réaliser que c'est toi l'auteur du mauvais sketch contenu dans ces trois formules ???

Sans toi, quand l'homme est seul face à son clavier, l'homme écrit des poèmes !!!

Sans toi, quand l'homme est seul dans son atelier, il récite les mantras en sanscrit qu'il a mis en ligne !!! 

Sans toi, quand l'homme est seul vers la Puisaye, il sculpte un corps de nouveau né à coup de marteaux.

Sans toi, l'homme sculpte sa paix intérieure à coup de marteau ...

.

.

.

Un infini post-scriptum

Ce confinement a créé des occasions de rencontre en ligne "inédites".

Je m'occupe d'un groupe Facebook où il y a 80 % de femmes, je les protège des prédateurs, prédicateurs et autres marchands de soupe.
Avec le confinement, elles ont le temps de me mettre des like.

Après avoir ferraillé avec Agnès Buzyn et ses sbires  - des femmes médecins fonctionnaires - sur le thème mortel de la phagothérapie, on passe au plaisir de ferrailler sur le CoViD !!!
Une jouissance qu'on aurait préféré ne pas vivre !!!

Un nouveau né - sculpture Zéno Esperce © Christian Bois Un nouveau né - sculpture Zéno Esperce © Christian Bois
   

.

.

.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.