Qui a eu cette idée folle, un jour de vendre l'école ?

Le journal "Le Monde" a décidé ce week-end de diffuser sur son site le documentaire "Une idée folle" de J. Grumbach et d’en faire une importante publicité. Ce film nous apparaît comme la pièce maîtresse de la communication autour du projet tout à la fois financier, idéologique et politique d'Ashoka, une organisation jusqu'alors bien discrète.

Par Amélie Hart-Hutasse et Christophe Cailleaux, enseignant.e.s

 

Une idée folle, un film made in Ashoka

Une idée folle est sorti au début de l’année 2017. Il a immédiatement bénéficié d’une couverture médiatique[1] et institutionnelle impressionnante[2], fruit d’une campagne marketing savamment pensée. Il mérite en lui-même une analyse critique fouillée que certain.e.s mèneront sans doute[3]. Ici, nous nous attacherons plus particulièrement à rappeler les motivations de l’organisation qui l’a impulsé et financé, l’association[4] Ashoka. Les liens entre cette dernière et J. Grumbach sont parfaitement explicités : le film est une commande d’Ashoka, qui l’a financé et produit par la personne de Thomas Blettery, directeur Éducation chez Ashoka France[5]. En ce sens, Une idée folle doit être regardé comme la vitrine publicitaire du discours et des projets d’Ashoka.

Mais Ashoka, c’est quoi ?

Ashoka c’est tout d’abord un beau discours. « Association à but non lucratif », elle rassemble à travers « le monde entier » des « entrepreneurs sociaux »[6]. Pour celles et ceux qui se demanderaient ce que peut bien être un « entrepreneur social », Ashoka fournit la réponse : il s’agit d’un « un individu qui met ses qualités entrepreneuriales au service de la résolution d’un problème sociétal à grande échelle ». L’affichage est redondant : il n’est pas question d’argent ou d’intérêts financiers chez Ashoka, mais uniquement de philanthropie et du bonheur de tous. Or, parmi ses nombreux champs d’intervention, l’organisation s’intéresse particulièrement à la jeunesse.

Ashoka a en effet une « vision de l’éducation ». Elle souhaite « que l’expérience éducative, dans et en dehors de l’école, permette à chaque enfant qui grandit de devenir un citoyen autonome, créatif et responsable, conscient des défis sociétaux, ayant confiance en sa capacité à transformer positivement le monde dans lequel il vit et en mesure de s’épanouir dans un monde complexe, qui se transforme de plus en plus vite. » Le discours est impeccablement humaniste et difficilement critiquable, à moins de passer pour un esprit chagrin et rétrograde. Le film de J. Grumbach est en l’exacte mise en récit : enfants souriants dans la douce lumière de classes où il fait bon vivre, enseignant.e.s bienveillant.e.s et si dévoué.e.s à leur métier qu’ils ne souhaitent ni vacances ni retraite, parents d’élèves impliqués et enthousiastes. Comme l’écrit Le Monde, dans un article lui aussi publicitaire, c’est « un feel good movie ».

Le propos est habile et rend de fait toute critique fort périlleuse. Tâchons donc d’être clairs : il ne s’agit pour nous ni de dénoncer frontalement les pédagogies et expérimentations présentées dans le film[7], ni de critiquer des collègues manifestement sincères et investi.e.s, et encore moins de prétendre que l’éducation doive se faire dans un cadre fermé et malveillant…

Un discours creux et pourtant prétentieux

Soyons francs cependant, le discours d’Ashoka sonne souvent creux. Anglicismes gratuits (changemakers, fellows,…), formules magiques répétées comme des mantras ou plutôt comme des slogans (« bienveillance et exigence », « bâtir une école de la confiance », « construire l’école du XXIe siècle »), considérations vagues (« on est dans un monde qui change extrêmement vite et dans lequel il y a plein de défis individuels et globaux »), affirmations péremptoires et non-sourcées (« la plupart des jeunes qui sortent de l’école aujourd’hui vont faire un métier qui n’existe pas à l’heure où on se parle »), absurdes (« en faisant coopérer les enfants, nous lutterons contre le réchauffement climatique »), voire inquiétantes (« l’école doit s’adapter à la folie du monde »)[8]. La liste est interminable de ce qui s’apparente plus à des éléments de langage communicationnels qu’à ceux d’une véritable pensée.

Ce vide s'accompagne d'une immense prétention à vouloir « changer le monde », en résolvant les problèmes de la guerre, de la pollution, des maladies, de la pauvreté, en construisant une société plus juste et plus égalitaire, et en révolutionnant le système éducatif. En effet, malgré un certain nombre de précautions oratoires, le fond du propos d’Ashoka, sur son site internet, sur les réseaux sociaux, comme dans le film Une idée folle, se fonde sur une pseudo-évidence : l’école française est en crise, mais quelques individus et collectifs d’exception, repérés et soutenus par Ashoka, sont là pour la sauver, pour la faire entrer dans le XXIe siècle[9].

Des intérêts puissants

Ne nous y trompons pas, ce discours n’est pas celui de grands idéalistes, de naïfs ou d’illuminés. Il sert des intérêts puissants, il maquille la stratégie et les objectifs d’Ashoka.

Ashoka en effet, c’est de l’argent, beaucoup d’argent : un budget annuel de 42 millions de dollars, dont 2 millions pour la seule France[10]. Il faut dire que les « partenaires » d’Ashoka sont pour le moins fortunés : American Express, Capgemini, Cartier, EDF, Bettencourt, Mc Kinsey, Rothschild, Veolia, etc.[11] Face à cette liste, on en vient à douter légitimement de la volonté de l’association de vouloir « changer le monde » pour le rendre « plus juste, moins inégalitaire ».

Cet argent est bien utile pour se créer des réseaux : celui des écoles qui reçoivent alors des « aides », celui des fellows qui toucheraient un salaire de 2 500 € ainsi qu’une aide pour développer leur « business plan »[12]. Parmi eux, on trouve des personnes influentes, des faiseurs d’opinion dans le domaine de l’éducation. On pense notamment à François Taddei, biologiste français régulièrement invité à parler d'innovation et de pédagogie, sur un ton et une assurance qui rappellent Jacques Attali parlant d'économie ou de tout autre sujet qu’il maîtrise bien entendu à la perfection. Citons également Jérôme Saltet, présenté dans Une idée folle comme un « spécialiste de la question du collège ». Spécialiste en effet, puisqu’il est l’un des trois créateurs de Play Bac, société qui édite notamment le jeu les Incollables et Mon quotidien, un journal pour enfants. Il est auteur ou coauteur de plusieurs livres (Apprendre à apprendre, Coach Collège, Changer le collège c’est possible !) et porte actuellement le projet d'un collège public « innovant » dans les Yvelines[13].

Ashoka peut aussi s'appuyer sur des « experts » internationaux comme Ken Robinson[14] et obtient des pages entières d'articles favorables dans des journaux comme L’Express ou Le Monde. Ce dernier a d'ailleurs publié en juin 2016, à l'occasion de l'événement "Redessinons l'éducation", un dossier sur l'innovation dans l'éducation, « en partenariat avec Ashoka », que l'on peut à présent retrouver sur le site officiel de l'organisation[15].

 

Objectif : les entreprises doivent prendre le contrôle de l’école

Pour éclairer les intentions d’Ashoka, il faut rappeler que cette association a été fondée par un certain Bill Drayton, dont on peut lire une rapide hagiographie sur le site de L’Express[16]. On y apprend qu’il a travaillé pour McKinsey, l’un des géants états-uniens prospérant sur le grand marché mondial de l’éducation[17]. On y voit qu’il a aussi travaillé pour le gouvernement Carter. Comme le dit avec emphase une fellow d’Ashoka, c’est dans cette immixtion du public et du privé que se trouve le projet d’Ashoka[18].

Nous sommes en effet là au cœur de la pensée profonde, de la stratégie et des objectifs d’Ashoka : abattre les frontières entre le privé et le public. Ainsi, dans le film de Judith Grumbach, la caméra et la parole passent sans transition d’un établissement public à une école privée – sous contrat ou hors contrat. La confusion est si totale qu’elle permet à la directrice d’une école où la scolarité annuelle est supérieure à 7 000 € de déplorer que l’Éducation nationale pratique « une exclusion massive » des élèves les plus fragiles[19] ! De même, la conclusion lénifiante du documentaire prétend que, privées ou publiques, toutes les écoles présentées dans Une idée folle partagent le même projet d'une société plus juste et égalitaire. L’imposture est monumentale mais le documentaire n’en dit évidemment rien. Il n’en dit rien car elle sert l’objectif d’Ashoka : le privé est appelé à remplir la mission du public, l’éducation doit se « libéraliser » tout comme la santé, les télécoms ou encore l’énergie avant elle.

Nous comprenons mieux alors ce qu’est un « entrepreneur social » : l’équivalent d’un « plan de sauvegarde de l’emploi », une imposture. Pour Ashoka les entrepreneurs sauveront le monde, à condition qu’on les laisse faire, à condition que tout devienne entreprise, services publics comme ONG[20], à condition que tout devienne marchandise, et notamment l’éducation. A ce propos le film de J. Grumbach nous montre ici un travers inquiétant chez Ashoka. Dès la maternelle, les enfants sont exposés à l’idéologie de l’organisation, on les voit dessiner et on les entend répéter ses éléments de langage. F. Taddei lui-même finit par lancer que chaque élève doit être un « acteur du changement », projetant sur les enfants le fantasme de l’entrepreneuriat universel défendu par Ashoka.

On ne peut dès lors que s’inquiéter du soutien institutionnel manifeste et durable dont bénéficie Ashoka. Comme nous le rappelions plus haut, Une idée folle a été vanté par les institutions en mars dernier lors du salon Eduspot[21]. La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s’enthousiasmait pour le film et invitait chacun à le regarder, comme on peut le voir sur cette page du ministère[22]. Le récent changement de gouvernement n’a sans doute pas changé grand-chose à cet appui institutionnel. Il semble en effet que la vision de l’actuel ministre soit parfaitement compatible avec celle d’Ashoka. Ainsi, il déclarait il y a peu qu’il ne fallait « pas opposer les initiatives publiques et privées » et qu’il se réjouissait des « convergences entre secteur privé et public », comme dans le cas des écoles réactionnaires du réseau Espérance Banlieues[23].

Ce billet est sans doute trop rapide, trop lacunaire et nous en sommes conscients. Ashoka mérite une véritable enquête, menée par des journalistes dont c’est le métier, qui en ont les compétences, et qui soit publiée par une rédaction qui soutiendrait ce projet tout à la fois nécessaire et urgent. Car cette organisation n’est qu’un des acteurs d’un jeu immense, où l’on retrouve les GAFAM[24] et toute une myriade de startups se pressant aux portes d’un marché de l’éducation en pleine ouverture, et dont l’ampleur et la gravité sont dramatiquement sous-estimées.

---

 

[1] C’est tout particulièrement le cas du Monde, qui a enchaîné en quelques jours un article promotionnel, un « chat » en direct avec J. Grumbach et la diffusion durant le week-end du film lui-même.

[2] A ce propos, nous renvoyons à notre propre article sur Eduspot, durant lequel le Ministère avait fait la publicité d’Une idée folle.

[3] A ce jour et à notre connaissance, aucun article critique n’a été publié sur ce film.

[4] Le mot est trompeur car il ne s'agit pas d'une ONG humanitaire, d'une « association loi de 1901 ».

[5] https://uneideefolle-lefilm.com/la-naissance-du-film/

[6] https://uneideefolle-lefilm.com/f-a-q/

[7] Certaines affirmations péremptoires, certains raccourcis mériteraient pourtant quelques nuances…

[8] Extraits du film, ces phrases sont respectivement de F. Taddei et de J. Saltet.

[9] L’introduction de l’article du Monde http://abonnes.lemonde.fr/education/article/2017/09/08/une-idee-folle-un-documentaire-resolument-optimiste-sur-l-ecole_5183006_1473685.html va précisément en ce sens

[10] https://medium.com/@VidaudEmilie/ashoka-le-r%C3%A9seau-secret-qui-bouscule-le-business-596f3039248f

[11] https://www.ashoka.org/fr/our-partners/

[12] https://medium.com/@VidaudEmilie/ashoka-le-r%C3%A9seau-secret-qui-bouscule-le-business-596f3039248f Point commun entre tous les « Ashoka fellows » en France : ce sont des personnes qui ont créé une entreprise ou une association philanthropique en lien plus ou moins lointain avec l'école (sur le bilinguisme, l'intégration des enfants sourds, l'écologie etc.).

[13] http://www.nicematin.com/education/ces-9-innovations-que-ce-nicois-va-experimenter-pour-revolutionner-le-college-84089

https://www.yvelines-infos.fr/futur-college-innovant-de-mantes-jolie-3d/

[14] https://www.ashoka.org/fr/histoire/interview-de-ken-robinson-par-ashoka

[15] https://www.ashoka.org/fr/histoire/innover-dans-l%C3%A9ducation-dossier-le-monde

[16] http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/bill-drayton-l-homme-qui-veut-changer-l-entreprise_1003115.html

[17] On peut regarder ce reportage d’Arte, à propos des activités de McKinsey en Belgique http://info.arte.tv/fr/main-basse-sur-lecole. On rappellera que McKinsey est parmi les promoteurs du réseau "Teach For All", récemment implanté en France https://www.humanite.fr/teach-france-un-danger-pour-lecole-publique-613350. On peut aussi lire cet article du Guardian, soulignant le rôle de Pearson, principal concurrent de McKinsey https://www.theguardian.com/education/2012/jul/16/pearson-multinational-influence-education-poliy.

[18] « cette double culture privé-public fait toute la force d'Ashoka », estime Marie Trellu-Kane, cofondatrice d'Unis-Cités (l'association pionnière du service civique) et "senior fellow" ». Portrait de Bill Brayton déjà cité.

[19] Il s’agit de Living School à Paris  https://www.livingschool.fr/fr/

[20] Voir à ce propos le récent tweet de J. Grumbach : https://twitter.com/JudithGrumbach/status/785530960544731136

[21] https://www.youtube.com/watch?v=xxxCKAxVrq0

[22] http://www.education.gouv.fr/cid113692/les-neuviemes-entretiens-jean-zay-projection-du-film-documentaire-une-idee-folle.html

[23] https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=5uT7z8-UKNo Merci à Grégory Chambat pour la source et plus encore pour ses articles nécessaires sur le sujet https://blogs.mediapart.fr/edition/la-guerre-scolaire-qui-vient/article/080917/esperance-banlieues-graves-soupcons-au-cours-ozanam-de-marseille

[24] Google Apple Facebook Amazon Microsoft. Lire à ce propos https://blogs.mediapart.fr/edition/la-guerre-scolaire-qui-vient/article/050617/comment-google-pris-possession-des-salles-de-classe-nyt-0

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.