Christophe Cailleaux
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 sept. 2017

L'éducation comme marché : un cas d'école

Alors que le MEDEF a lancé cette semaine des propos injurieux à l'ensemble des personnels de l'éducation, il nous paraît important de montrer que les appétits des entreprises dans le domaine de l'éducation sont multiples et insatiables. Ils s'expriment en particulier dans une nébuleuse où se bousculent CAC 40, start-ups et GAFAM.

Christophe Cailleaux
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par A. Hart-Hutasse et C. Cailleaux, enseignant.e.s.

---

Une grossièreté bien maîtrisée

Le MEDEF a violemment mis en cause l'école dans une campagne de communication volontairement polémique. Son slogan , « Si l'école avait fait son travail, j'en aurais un », qui s'inscrit dans une campagne offensive pour s'approprier l'enseignement professionnel, a choqué bien au-delà d'un réflexe corporatiste des enseignant.e.s (voir ici par exemple). La grossièreté idéologique et marketing du MEDEF n’est pourtant pas nouvelle. On rappellera, parmi des centaines d’exemples, que P. Gattaz avait assimilé la CGT à une organisation de terroristes, lors d’une interview publiée dans Le Monde[1]. Alors, comme aujourd’hui, le patron des patrons avait fait mine de regretter ses propos pour mieux marteler son idéologie à travers les médias[2].

Tweet SaleBlague © MEDEF

Le slogan grossier et insultant du MEDEF en direction de l’école publique n’est en rien accidentel, mais s’insère au contraire dans une démarche idéologique et stratégique plus vaste : il s’agit de faire du patronat un acteur légitime dans le champ de l’éducation.

Cette stratégie n’est pas nouvelle sur le fond, mais son intensité a décuplé dernièrement, se déployant tous azimuts, portée par une nébuleuse d’entreprises privées. On y trouve grosso modo trois pôles : le MEDEF lui-même, les start-ups de l'éducation (la EdTech) et les géants internationaux du numérique (les GAFAM). Tous, malgré la concurrence interne qu’ils se livrent et continueront de se livrer, ont pour objectif commun de faire de l’éducation un marché.

Pour y parvenir, ils multiplient les initiatives, enchaînant talks, interviews, tribunes « libres », débats, colloques, créations d’écoles ou de fondations, films promotionnels, le tout assorti d'une communication ad hoc sur les réseaux sociaux. A défaut d'en faire une présentation globale et synthétique (ce que nous tenterons sans doute prochainement), nous avons choisi d’illustrer cette offensive par un exemple récent. Sa dimension a priori anecdotique est indéniable. Cette « étude de cas » concentre toutefois la plupart des caractéristiques communes aux attaques des marchands d’éducation contre l’école publique.

Maddy Talk : Google, le MEDEF et les start-ups en sauveurs de l’éducation

Maddy Talk est une conférence[3], organisée par la revue en ligne Maddyness, « le magazine des start-ups françaises »[4]. Organisée le 4 octobre 2017, elle sera l'occasion de parler d’éducation au 8 rue de Londres à Paris, siège luxueux et high-tech de Google-France[5], où le géant américain aime à accueillir les plus rentables des startups françaises. On note également que cet événement, bien que payant (30€ l’entrée), bénéficie de sponsors nombreux et puissants, parmi lesquels Total, Orange ou encore Hewlett Packard. Voici clairement illustré notre propos sur l’existence d’une nébuleuse, associant Medef, GAFAM et startups.

"Pitch" de Maddyltalk © http://maddytalk.com/

Pour nous y attirer sans doute, les organisateurs résument leurs intentions dans un pitch rassemblant tous les éléments de langage des marchands du numérique : l’Éducation nationale propose « un enseignement qui a vécu », elle est poussiéreuse et rébarbative comme ses tableaux noirs, reproductrice (voire créatrice) d’inégalités, incapable de répondre aux défis du XXIe siècle. « Place aux nouveaux formats », place à Google et aux start-ups qui vont sauver les enfants de ce marasme, leur apporter une éducation moderne, ludique ! Place à ces bienfaiteurs, se proposant de construire enfin « l’éducation pour tous » (sic) ! Sous le vernis d’une politesse de pure forme, on retrouve la violence, le mépris et l’imposture portés par le slogan polémique du MEDEF.

Des relais médiatiques et politiques

Suivant les sinuosités de la communication patronale, le ministre de l’Éducation nationale, J.-M. Blanquer, a tout d’abord exprimé sa « consternation » avant de relayer en toute candeur les excuses du MEDEF aux enseignants[6]. P. Gattaz s'est lui plus longuement exprimé dans une vidéo où il reprend, de manière polie, ses minables attaques. Ce troublant chassé-croisé, de la parole d’un ministre d’État à celle du patron des patrons, pourrait relever du comique s'il n’était pas révélateur d’une tendance profonde et préoccupante pour l’avenir de l’éducation publique.

Revenons à ce propos à l’exemple de MaddyTalk et intéressons-nous aux intervenant.e.s annoncé.e.s. On y trouve une journaliste du Figaro et deux dirigeant.e.s d’entreprises de la EdTech : Svenia Busson et Franck-David Cohen. Il n’y aura donc pas un seul enseignant parmi les intervenant.e.s, Google se passant aisément de vestiges de l’ancien monde. Le parcours de S. Busson est intéressant et révélateur de stratégies habiles, souriantes et dynamiques de marchandisation de l’éducation – nous y reviendrons peut-être à l’avenir.

Le deuxième start-uper est F.-D. Cohen, fondateur de Klassroom, une application permettant la communication numérique entre enseignants et parents. Plusieurs reportages enthousiastes lui ont été consacrés dans La Tribune[7] ou encore dans Challenges[8], ces derniers relayant même une vidéo de promotion assez pathétique. On y apprend que le créateur de l’application espère atteindre un chiffre d’affaires de 150 000 euros et est à la recherche de levées de fonds à hauteur de 2,5 M d’euros.  Cet argent serait gagné, il faut le noter, grâce à des options payantes, proposées aux parents : l’enseignant.e utilisant le service se retrouverait donc commercial d’un produit privé, dont certaines fonctionnalités payantes participeraient à rendre un service différent aux familles, en fonction de leurs ressources économiques. « Place à l’éducation pour tous ! », nous annonçait-on…

Ces problèmes éthiques ne semblent pas avoir alerté le ministère de l’Éducation nationale. Bien au contraire, une « convention d’expérimentation » a été signée entre la start-up et Numérilab, la direction du numérique pour l’enseignement dans l’Éducation nationale : dans des conditions financières lui épargnant des prises de risque, Klassroom se voit donc ouvrir les portes des salles de classes puis promue par l’institution auprès des enseignant.e.s et des parents. Le rêve made in MEDEF d’une entreprise comme « partenaire naturel » (sic) de l’école est devenu réalité depuis un bon moment.

En effet, ce partenariat n’est qu’un cas parmi tant d’autres. On peut penser aux accords signés avec Microsoft en 2016 et dont on a vu récemment une des applications concrètes dans la région Grand-Est. Après avoir investi massivement dans des licences Windows pour l’ensemble des personnels et élèves des lycées, la collectivité a accentué la mainmise du géant californien sur les salles de classe en imposant un équipement numérique onéreux et sous licence Microsoft dans 50 établissements[9] ! Plus récemment encore, en juillet 2017, le ministère de l’Éducation nationale a lancé un appel à « Partenariat d’innovation » dans le domaine de l’Intelligence artificielle. Dans ce cadre, une brochure ministérielle toujours accessible en ligne à ce jour[10], explique les grands traits de ce partenariat EN-start-ups, assurant ces dernières de la quasi-totale absence de risques financiers (ceux-ci étant à la charge du Ministère). Une autre brochure, destinée aux patrons intéressés[11], use d'un langage de vérité inhabituel et édifiant : « Le Ministère de l’Éducation nationale fera l’acquisition progressive de la solution pour les 4 années suivantes sur un marché potentiel de 2,5 M d’élèves »[12].

Partenariat EN-Entreprises (I.A.) © http://ecolenumerique.education.gouv.fr/

Quand une brochure du Ministère de l’Éducation nationale désigne les élèves comme un marché potentiel, quoi d’étonnant à ce que le patron des patrons se prenne pour le Ministre lui-même ?

---

[1] Publiée le 30 mai 2016 http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/05/30/pierre-gattaz-le-sigle-cgt-est-egal-a-chomage_4928851_823448.html

[2] http://www.lepoint.fr/societe/cgt-terroriste-le-demi-mea-culpa-de-pierre-gattaz-01-06-2016-2043614_23.php

[3] Conférence ? Colloque ? Show publicitaire ? Ces initiatives aiment à jouer de l’incertitude, à ne se laisser définir par rien d'autre que par leur dénomination, à l'instar des marques.

[4] Voir leur site internet : https://www.maddyness.com/

[5] http://photo.capital.fr/dans-les-bureaux-de-google-france-4757#le-siege-de-google-au-8-rue-de-londres-paris-8-76602

[6] https://twitter.com/jmblanquer/status/910896425646592000

[7] http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/klassroom-le-facebook-de-la-relation-parents-prof-a-l-assaut-des-ecoles-primaires-619063.html

[8] https://www.challenges.fr/start-up/klassroom-la-start-up-adoubee-par-l-education-nationale_464545

[9] http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/grand-est-la-rentree-numerique-dans-des-lycees-fait-mal-au-porte-monnaie-7789881491

[10] http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Ia_et_education/13/6/Support_Presentation_PI_V5_796136.pdf

[11] http://eduscol.education.fr/cid118880/partenariat-d-innovation-et-ia.html. Une autre version, en PDF n'est plus accessible en ligne, il faut la chercher en "version cache" http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:http://ecolenumerique.education.gouv.fr/app/uploads/2017/07/1207A4remisauxparticipants.pdf.

[12] C’est nous qui soulignons.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau