En mai 2019, invite un brestois

Ou invite un havrais, un mulhousien, un boulonnais, un dagovéranien, ... Ils ont autant besoin d'une invitation que les brestois. Leurs informations sur les élections européennes seront tronquées, et c'est borgnes qu'ils iront voter. Avant l'apéro, laissez-les découvrir les listes des candidats.

Le 26 mai 2019, nous voterons pour élire les 79 députés français du parlement européen. Chaque parti candidat enverra donc son programme et la liste de ses candidats à chaque électeur.

Tous les électeurs de toutes les villes et de tous les villages de France ?

Non.

Une poignée de maires irréductibles ont décidé que leurs électeurs ne recevraient que la moitié de cette information électorale. Alors que le code électoral garantit une documentation électorale constituée d'une profession de foi quadrichromique sur une feuille A4 recto-verso et un bulletin de vote monochrome sur une feuille blanche, les villes utilisant encore les ordinateurs de vote priveront leurs électeurs de ce second document. Comme une feuille A4 est en général trop courte pour expliciter tout un programme, les candidats ne s'amusent pas à y mettre la liste des candidats. En conséquence, ceux qui reçoivent une information électorale tronquée n'ont aucune information sur les gens qui se présentent, hormis la tête de liste. Alors que le format A4 est garanti par le code électoral, il n'y aura guère la place que pour un format A6 (le quart) ou A7 (le huitième) une fois sur la zone tactile des ordinateurs de vote. En 2009, déjà, c'était illisible.

Pour sauver la démocratie, pensez à l'apéro.

Une fois que vous aurez votre information électorale complète (et donc que vous n'habitez ni Brest, ni Le Havre, ni Mulhouse, ni Ville d'Avray, ni Boulogne-Billancourt [1], ni ...) et que vous avez des amis dans ces villes, invitez-les. Laissez-les découvrir ces bulletins de vote dont ils sont privés par leurs municipalités respectives. Laissez-les se faire une idée sur les 1422 candidats en lice (hypothèse à 18 listes) avant de leur resservir une bière : ils auront besoin de leurs neurones.

Heureusement, la résistance existe pour permettre partout un contrôle des opérations électorales et une implication des citoyens dans le dépouillement.

  • À Brest, la France Insoumise interpelle la mairie et rappelle l'importance qu'il y a à impliquer les citoyens dans le processus de vote ; ce blog fournit un modèle de lettre à remettre au président de son bureau de vote pour contester les modalités du vote s'il y a un ordinateur
  • À Mulhouse, l'AlterPress 68 rappelle comment les lubies de Sarkozy et Bockel ont amené les ordinateurs dans les bureaux de vote
  • Au Havre, le maire Édouard Philippe s'est retrouvé très seul (mais déjà avec un groupe majoritaire obéissant) à défendre ses ordinateurs de vote
  • À Ville d'Avray, un informaticien critique longuement les ordinateurs de son bureau de vote
  • En 2008, Boulogne avait utilisé le vote électronique pour les cantonales (2 noms par bulletin) et le vote électronique pour les municipales (55 noms par bulletin). En 2009, Boulogne avait essayé, mais trop tard, de revenir au papier pour les européennes. Il reste un espoir pour 2019...

Et après toutes ces lectures, gardez vos amis à la maison : pas question de les laisser repartir après un apéro politique trop arrosé.

Et la sécurité ?

Si la sécurité du vote électronique n'est pas l'objet de ce billet, ne pas l'évoquer pourrait laisser penser qu'elle n'est pas menacée. Il n'en est rien :

Rop Gonggrijp et l’association wij vertrouwen stemcomputers niet ont fait l'analyse de sécurité du NEDAP ES3b, le modèle le plus courant en France comme aux Pays-Bas : http://wijvertrouwenstemcomputersniet.nl/other/es3b-en.pdf :

  • il est possible de lire à distance ce qui est affiché sur l’écran, en particulier les caractères accentués
  • le programme exécuté est stocké dans deux EEPROM, qui peuvent être remplacées pour mettre n’importe quoi, y compris transformer la machine en jeu d’échecs.

Le Chaos Computer Club a fait l’expérience pratique du changement d'EEPROM : 60 secondes suffisent (https://chaosradio.ccc.de/ctv095.html#t=0:54.562)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.