Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2021

Rabindranath Tagore, pédagogue

Ecrivain, poète et philosophe, Rabindranath Tagore était aussi un critique féroce de la « modernité », ce cadeau empoisonné apporté par le capitalisme colonial. Cette dénonciation de la cupidité, du matérialisme et de l’utilitarisme est au coeur d’une anthologie de ses textes sur l'éducation.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rabindranath Tagore, Une école sans murs. Arts, nature et cosmopolitisme au coeur de l’éducation, Ecosociété, 2021.

Ecrivain, poète et philosophe, Rabindranath Tagore était aussi un critique féroce de la "modernité", ce cadeau empoisonné apporté par le capitalisme colonial1. Cette dénonciation de la cupidité, du matérialisme et de l’utilitarisme est au coeur d’une anthologie intitulée Une école sans murs. Arts, nature et cosmopolitisme au coeur de l'éducation, publiée par les éditions Ecosociété.

Tagore, prix Nobel de Littérature en 1913, était issu d'une famille de la grande bourgeoisie indienne mais d'humeur réformatrice. Débarrassé des basses contingences matérielles, il s'est efforcé sa vie durant de proposer une alternative au conservatisme et à l'assimilationnisme. Au début du 20e siècle, l’intellectuel quadragénaire se met en tête de bâtir une école à Santiniketan, au nord de Calcutta, une école qui ne ressemblerait en rien à celle dans laquelle, dans la douleur et l’insatisfaction, il vécut sa scolarité. Trois citations illustrent sa critique de l’enseignement : « Les maîtres ne se souciaient pas de faire du travail une source de joie » ; « un enseignant qui n’a plus de rapport vivant avec ses connaissances et qui se contente de répéter ses leçons à ses élèves, celui-là ne peut que charger leur esprit : il ne peut pas l’animer. » ; « notre société n’est pas une société cultivée, mais une société de candidats pourvus de diplômes ».

Le Tagore pédagogue plaide pour la mixité, contre les châtiments corporels, pour un enseignement dispensé dans la langue vernaculaire et dans lequel les arts et le rapport direct de l’enfant avec la nature qui l’entoure tiennent une place centrale. Puisque nous pensons et éprouvons aussi avec nos corps, il veut que les élèves soient le plus libres possibles, libres de bouger, danser, expérimenter, de se déplacer ; car l’école, dit-il, nous « oblige à penser assis », ce qui fait que seul notre visage, malheureusement, soit encore capable d’expression. En ce sens, il rejoint les conceptions défendues par nombre de pédagogues libertaires de sa génération comme Paul Robin, Sébastien Faure ou Francisco Ferrer. Il y ajoute une dimension mystique et un attachement profond à la culture indienne où « l’ancestral système d’éducation populaire indien (…) ne faisait qu’un avec la vie des gens ».

Pour le prix nobel Amartya Sen qui fut son élève, Tagore considérait qu’il fallait « se connaître soi-même pour être un être humain sans nationalité ». Car l’érudit idéaliste et d’esprit libertaire était à la fois profondément indien et profondément cosmopolite. Défendre la culture indienne contre l’impérialisme culturel occidental était sa contribution à l’enrichissement de la culture du monde.

------------------------------------

1Mohammed Taleb, Rabindranath Tagore et le règne de la machine, Le Passager clandestin, 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques