Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2022

Racisme et psychiatrie aux Etats-Unis

Avec "Bad brains. La psychiatrie et la lutte des Noirs américains pour la justice raciale", Elodie Edwards-Grossi retrace l’histoire de la médicalisation du corps noir par la profession psychiatrique aux Etats-Unis.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elodie Edwards-Grossi, Bad brains. La psychiatrie et la lutte des Noirs américains pour la justice raciale (19-20e siècles), PUR, 2021.

Avec Bad brains. La psychiatrie et la lutte des Noirs américains pour la justice raciale, Elodie Edwards-Grossi « retrace l’histoire de la médicalisation du corps noir par la profession psychiatrique aux Etats-Unis ».

Ce travail, issu d’une thèse de doctorat, nous rappelle que l’on a beau souligner avec force que la race n’existe pas, qu’elle n’est qu’une construction sociale soumise aux caprices du temps, elle demeure omniprésente dans les pratiques sociales, ici, américaines.

Comment qualifier la personne assise en face de moi et souffrant de troubles mentaux ? Ai-je affaire à un malade, par ailleurs Noir de peau, ou plutôt à un Noir malade ? Les pathologies dont elle souffre sont-elles liées à sa personnalité ou bien sont-elles favorisées par le fait qu’elle est de telle race et porteuse de telle culture ? La soi-disant prévalence de telle ou telle pathologie dans la communauté noire1, comme la schizophrénie, a-t-elle des racines sociales ou culturelles et raciales ? Comment établir une relation de confiance entre patient et soignant n’ayant pas la même couleur de peau dans un univers où le taux de mélanine est au fondement des relations sociales  ? Telles sont les questions qui se posent dans l’Amérique de la ségrégation, questions qui rejaillissent constamment, reformulées selon le goût du jour. Et tout cela s’inscrit évidemment dans le cadre d’une société de classes, autrement dit dans un univers où il vaut mieux être argenté si l’on veut être correctement soigné… ce qui n’est pas le cas de la grande majorité des patients noirs, relégués, notamment dans le sud, dans des établissements de soin sous-équipés et sous-dotés en personnel. L’ouvrage très dense et passionnant d’Elodie Edwards-Grossi est ainsi tout autant une « histoire sociale des théories psychiatriques et des pratiques qui définissent le corps noir comme porteur de pathologies spécifiques » qu’une « histoire institutionnelle des espaces psychiatriques ».

Depuis plus d’un siècle, le corps noir occupe les esprits des médecins psychiatres américains blancs. De la même façon que de ce côté-ci du monde, on expliquait, au 19e siècle notamment, la situation sociale des classes populaires par leur légendaire imprévoyance, outre-Atlantique, on tend à expliquer l’inadaptation des Noirs à un monde qui ne les supporte qu’en lisière par leur « nature », par leur « culture » particulières pathogènes, notamment la place occupée par la mère dans les familles afro-américaines ou la fameuse « culture de la pauvreté ». Suivant la même logique, il est alors extrêmement tentant d’expliquer les révoltes raciales des années 1960 par la paranoïa et l’immaturité des hommes noirs américains, ce qui revient à faire de l’activisme noir une déviance mentale et à transformer une crise politique et sociale en crise sanitaire ; mais ce n’est pas la première fois que l’ordre médical se met au service de l’ordre tout court !

Cette biologisation de la race, ces discours racistes, culturalistes, essentialistes ne sont pas sans conséquence sur la façon dont, en les réinterprétant, les psychiatres noirs, socialement marginalisés, vont alors appréhender leur pratique professionnelle. Car si les Noirs sont ainsi, les médecins noirs ne sont-ils pas les mieux placés pour soigner leur « communauté » ? L’autrice parle à ce sujet de « racialisation stratégique » où l’entre-soi culturel, avec toutes ses limites, est pensée comme une arme émancipatrice contre le racisme institutionnel, « un véritable complément à l’acte biomédical ». Elle nous rappelle ce faisant que la psychiatrie et le politique ont toujours été intimement liés2...

____________________________________________

1L’autrice parle à ce sujet des « biais raciaux dans l’administration des diagnostics ».

2cf. Florent Gabarron-Garcia, Histoire populaire de la psychanalyse, La Fabrique, 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement