StopCovid, une chance d’améliorer la situation actuelle de la  pandémie mondiale

« Oui à l’utilisation de la technologie, pour une question de souveraineté technologique et sanitaire, et la Cnil approuve ». Cedric O, Ministre.

https://communication-clever.fr/echanger-malades-sms-epidemie/

 Le gouvernement lance dès ce jour, la nouvelle application, censée faire reculer ou éliminer la propagation du virus Covid-19, en France ; Le Coronavirus ou SARS-CoV-2, n’a plus qu’à bien se tenir, la meute est lancée à sa poursuite, et le résultat final sera conditionné par le nombre de personnes qui voudront bien télécharger et utiliser une telle application, en dessous de 50% ce sera un échec, au-dessus de ce pourcentage, c’est une possible réussite, l’avenir nous le dira, mais comme toujours il y a les pour et les contre.

Tous les porteurs de portables ou de smartphones peuvent télécharger un simple applicatif gratuit, et par miracle, ils seront informés s’ils ont ou non côtoyé un ami, un voisin, un passant « positif » ou contaminé. Par le miracle des ondes du Bluetooth, un échange se fait entre deux téléphones proches, sans transmettre des données personnelles et confidentielles (La Cnil veille au grain), et cet outil totalement volontaire, peut aider sans le moindre doute à améliorer la situation du plus grand nombre.

Centralisé ou Décentralisé, l’Europe ne choisit pas !

Fallait-il un modèle centralisé ou décentralisé ? Telle est la question ? Même la Commission Européenne n’a pas réussi à se mettre d’accord et les deux systèmes vont cohabiter en Europe, pour l’instant  (Décentralisé : Allemagne, Suisse, Autriche, etc etc). Centralisé, la France, L’Angleterre et d’autres qui suivront, la contrainte est pour l’utilisateur lambda s’il vient à voyager et qu’il veut être informé de devoir télécharger les deux systèmes, car hélas ils ne communiquent pas entre eux.

Même les échecs constatés ici et là, Australie et Singapour, ou les succès partiels (Islande, Norvège) ne changent pas la volonté des autorités de proposer un système qui peut aider à surmonter cette pandémie tant redoutée par tous.

Le sujet est non seulement d’actualité, mais il est porteur d’espérance, en cette époque de sortie de confinement et de futurs départs en vacances, à tel point que certains experts songent à proposer une sorte de montre connectée à porter au poignet pour tous ceux ne disposant pas d’un smartphone, par ailleurs nos amis du port d’Anvers le testent actuellement sur une partie du personnel portuaire (volontaires et majeurs).

On n’arrête pas le progrès, mais la bêtise non plus.

Et pour les porteurs de mauvaises nouvelles, il faut arrêter avec « la Fake News », de dire que les autorités ont imposé l’installation de l’application en catimini, ou en douce,  sur tous les portables et smartphones, c’est une idiotie que de répéter et de colporter cela, et le fait de savoir que l’application a été dépouillée par l’ANSII, est encore un gage de sérieux et de sérénité pour tous.

Pour les plus férus de technique, qui savent faire la différence entre les interfaces de programmation (Google et Apple) et le protocole Robert (développé par l’Inria), c’est une évidence, et il devient de plus en plus difficile d’imposer des technologies à tous ceux qui n’ont veulent pas, et notre ministre chargé du numérique (Cedric O),  l’a bien expliqué il y a quelques semaines sur le journal du Dimanche :

« Oui à l’utilisation de la technologie, pour une question de souveraineté technologique et sanitaire, et la Cnil approuve ».

Les détracteurs, n’ont jamais empêché une invention de se développer et de devenir un réel succès, que ne disait-on pas du téléphone et de l’électricité à son commencement.

Mais n’oublions pas l’essentiel, c’est un acte volontaire et non une obligation, donc tout celui qui n’en voudra pas, ne l’installera pas, mais tant pis pour les siens et  pour lui-même.

Plus d'informations : 

Mieux communiquer en temps de crise

La crise du Covid 19 et Le syndrome de glissement des personnes âgées en EHAPD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.