Un bonheur profond, qui ne s’achète pas

Le contact avec la nature est gratifiant et gratuit. Il procure des bienfaits équivalents aux meilleures séances de méditation. En faire son quotidien est un rêve. Mais, il peut devenir un cauchemar...

La nature nous fait le plus grand bien

 Selon un sujet traité dans le site The Atlantic et repris dans Le Figaro :«Le contact avec la nature rend les enfants plus intelligents ».

Il est précisé que « Des chercheurs espagnols ont en effet constaté que les écoliers entourés d'espaces verts mémorisaient mieux et se concentraient plus en classe que les autres (…)L'environnement naturel (...) fournit aux enfants des opportunités uniques d'apprentissage que ce soit en matière d'engagement, de prise de risques, de découverte, de créativité, de maîtrise des situations, d'estime de soi. Il inspire une variété d'états émotifs - comme l'émerveillement - et améliore les aptitudes psychologiques censées avoir une influence positive sur les différents aspects du développement cognitif. »

Rien que cela !

Il est clair que « Plantes, arbres, fleurs (, abeilles?)... la nature nous fait du bien. »

Et, cela quel que soit l’âge, les clivages culturels et sociaux. La nature est fédératrice et réparatrice.

 Répondre à son appel

 « L’harmonie de la nature a le pouvoir de nous émouvoir profondément.

Si vous n’avez pas la chance d’aller à la campagne, en cherchant un peu, vous trouverez en milieu urbain des endroits où il fait bon se promener pour admirer un coin de nature. La nature, même en ville, a toujours une influence positive.

Parfois, après une très longue journée de travail, nous avons tendance à être sédentaire. Que notre fatigue soit mentale ou physique, notre réflexe est trop souvent de s’asseoir et de regarder la télévision ou d’écouter de la musique. Pourquoi ne pas plutôt prendre l’habitude quotidienne de faire une promenade en pleine nature ou dans un parc urbain ? » Propose Olivier Messiaen sur www.evolution-101.com/renouez-avec-la-nature/

Le contact avec la nature élargie notre conscience, le sens même de notre vie et nous relie à un quelque chose d’universel.

Ne soufrons-nous pas assez de l’absence de joie et de paix dans nos vies pour ne pas répondre à l’appel de la nature ?

 Les métiers en contact avec la nature

 Dans les métiers en contact avec la nature compte l’agriculture. L’apiculture, plus particulièrement, touche au sauvage, à l’indomptable et au pittoresque ! Touchait, dois-je dire…Cette profession est, aujourd’hui, dévastée.

Les yeux peuvent se porter avec stupeur sur les résultats économiques et écologiques. Les revenus de cette activité sont en chute libre ; les fluctuations de production très marquées  et les risques écologiques et climatiques en escaladent. L’angoisse est au menu du quotidien…

La belle sérénité des bergers des abeilles est très sérieusement entamée. Les activités économiques concurrentes ont le vent en poupe : agriculture intensive, polluante et omniprésente. Mais, aussi, les parcs de loisir –quand ce n’est pas des projets d’infrastructures absurdes- s’attaquent aux réserves de biodiversité (forêts, milieux humides, bocage ...)

Cet article récent (https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/050519/pour-la-sauvegarde-du-conseil-national-de-la-protection-de-la-nature) présente les manœuvres de bas étages du pouvoir en place pour laisser la place libre à la destruction des milieux protégés. Quand on fait le tour de la question, il faut bien reconnaitre que la destruction du vivant ne peut que  nourrir l’appétit de piètres égos.

 Le bonheur ne sera jamais à acheter

 Maltraiter, exploiter et détruire ce qu’il y a de meilleur dans la vie ne sera jamais un plaisir… Quel que soit le prix pour lequel on peut être payé à le faire…Ni, même, les honneurs que l’on reçoit, éventuellement, en prime, pour un acte ahurissant de bêtise.

Le bonheur profond ne s’achète pas ; il se vit. C’est juste un choix, aisé à faire en final…Si ce n’est le conditionnement continu et nocif, qui tente de nous en détourner et auquel nous acceptons encore de prêter attention.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.