Fatwas et caricatures La stratégie de l'islamisme vue par Lina MURR NEHME

Lina MURR NEHME a raison : Le monde s’est tu, le monde se tait ; des mille coups de fouets réservés en Arabie Saoudite à la liberté d’expression laïque, jusqu’à la liberté du choix de la religion ; « et en occident des multitudes ignorent cela ». Ce livre ne rendra personne intelligent. Mais il nous donne un regard d’Orient sur un problème mondial. Nous sommes en guerre, et ce sera eux ou nous.

Il y avait déjà un moment que je m’étais intéressé à  « l’orient compliqué », et encore plus longtemps que je m’étais intéressé au Liban, à son histoire, et à son extraordinaire complexité.  Passionnante complexité.

Je l’ai longtemps vu, ce Liban, comme le Liban des milices. Plus celui des Phalanges Libanaises (Kataëb) que des Forces Libanaises (FL), d’ailleurs. Je l’ai vu et revu, comme le drame d’un état moderne déchiré par des affrontements ancestraux et des lignes de fractures religieuses multiples.

J’ai ressenti sous forme de boutade la citation que l’on fait aux nouveaux venus sur ce théâtre :

« Si vous dites que vous avez compris le Liban, c’est sans doute qu’on vous a mal expliqué ».

Plus de trente ans ont passé sans jamais oublier le destin particulier de ce beau pays et de quelques camarades de faculté, mais sans vraie occasion d’y revenir. Et puis un jour assez récent je suis tombé sur une prise de position d’une sorte de barbu à lunettes qui, comme par hasard, exprimait parfaitement ce que je crois être exactement sinon la liberté de la presse mais au moins la liberté d’expression et la liberté du journaliste.

Ce barbu aux antipodes de mes convictions politiques mais totalement conforme à bon nombre de mes convictions morales se nomme Claude EL KHAL.

La violence stupide, inculte, d’une intelligentsia aux ordres, conditionnée par de grands médias dont je ne saurai même plus dire si l’on doit considérer qu’ils sont achetés ou vendus, m’a choqué. Elle m’a ramené à un autre temps, celui où l’on savait faire face pour défendre les convictions de fond.

Alors dans la nuit du 2 au 3 mars 2018, j’ai signé un petit billet de blog, pour le soutenir. Le titre était court : « Claude EL KHAL, journaliste ». Le contenu était plus long… Au point qu’on peut se demander si c’est la nuit de réflexion plus que la mémoire du passé qui a inspiré ma conclusion :

« C’est pour cela que cette nuit j’écris. Pour ceux à qui il reste l’esprit critique et juste, qui constatent le lynchage médiatique et le refusent. Qui constatent la propagande éhontée et la refusent.

Pour Monsieur Claude EL KHAL, dont je ne partage pas les opinions politiques, mais dont l’honneur mérite le respect tout comme sa liberté d’opinion. Ici en France, ou au Liban, que je n’oublie pas.

« كلنـا للوطـن للعـلى للعـلم

ملء عين الزّمن سـيفنا والقـلم

Koullouna lil-watan, lil 3oula lil-3alam

Mil'ou ayn iz-zaman, saifouna wal-qalam

Tous Pour la Patrie, pour la gloire et le drapeau.

Par l'épée et la plume nous marquons les temps. »

Vous avez choisi la plume, Monsieur EL KHAL. Vous êtes Journaliste, faites-en bon usage.

Vous n’êtes pas seul. »

En France, si vous citez deux strophes de notre hymne national, vous avez plus de chances de passer pour un imbécile que pour un patriote. Et c’était plus pour cette référence à l’usage de la plume propre aux journalistes que par un nationalisme libanais, auquel je suis par définition étranger, que j’avais écrit.

J’ai appris très vite, très, très vite, qu’il n’en est pas de même au Liban, et encore moins dans la petite communauté franco-libanaise qui dès les jours suivant s’est manifestée aimablement auprès de moi.

Alors j’ai révisé mes notions sur le Liban, je me suis un peu remis à jour sur sa politique actuelle et son avenir, j’ai pu rire avec nombre d’entre elles et eux de ces commentaires parisiens où l’on dépeint un chrétien au Liban comme « pro ASSAD » sans vérifier, ou comme « antisémite » parce qu’il n’a pas un amour immodéré des incursions de Tsahal au Sud-Liban, par exemple.

Dans ces personnes intéressantes et sympathiques contactées il y a six mois, il y avait une dame, Lina MURR NEHME, dont j’ai noté qu’elle écrivait bien. De belles choses, de façon claire, nette et précise.

Un billet bien écrit, c’est peut-être un accident… cinq, dix billets bien écrits, ce n’est pas un hasard, c’est un talent.

J’ignorais qui elle était, et je me contentais d’échanger de loin en loin un mot ici, un commentaire là.

Tout ceci pour vous expliquer  que cet auteur - qui a en plus la modestie de ne pas se prétendre compétente pour juger ses propres écrits - n’est pas une amie intime connue de longue date. Notre connaissance vient d’abonnements réciproques sur Facebook et Twitter, et d’une certaine affinité intellectuelle, cette année même.

Au point que je lui demande la semaine dernière par où commencer si je devais lire un des livres qu’elle a écrit. Elle m’a proposé de lire « Fatwas et caricatures » « La stratégie de l’islamisme ».

J’ai cherché ce livre, et c’est en cherchant ce titre que j’ai appris – immanquablement – l’ampleur de son talent tel qu’il est reconnu en France et au Liban. 40 ans de talent. Mais je passe là-dessus car elle-même ne se vante pas de tous ces éloges, et tout ce qu’elle m’a demandé c’est « au cas où » je me décide à acheter le livre, lui donner mon opinion.

J’aimerai connaitre plus de professeurs d’université ayant marqué leur temps comme elle l’a fait, qui aient gardé cette modestie. J’en connais quelques-uns, pour être honnête mais je doute que leur impact dans leur domaine de compétence soit aussi fort. Elle, elle m’a juste demandé mon avis.

J’ai acheté son livre, je l’ai lu, la moindre des politesses c’est effectivement de donner mon opinion.

« Fatwas et caricatures » (2015) est un petit livre dense, de 222 pages, où l’iconographie a une place fondamentale. Cruelle, violente parfois, cette insertion d’images et de scans dynamise l’ouvrage.

Le circuit de la narration est tout sauf linéaire. Partant du mauvais ouvrage (il faut quand même bien dire que « les versets sataniques » ne cassaient pas trois pattes à un canard) de Salman RUSHDIE, Lina MURR NEHME évoque tout d’abord l’Iran du Shah puis celui des Chiites, avant de revenir aux fondamentaux Sunnites et continuer par une étude thématique des Frères Musulmans, le choc pétrolier de 1973, l’enrichissement extraordinaire des monarchies pétrolières… et je ne vais pas vous raconter tout le livre, bien entendu.

Ce qu’il faut remarquer c’est en surface ce désordre apparent des chapitres, qui en réalité suit bien clairement un fil d’Ariane particulièrement solide, avec des références, des textes, des images, insérés généreusement et judicieusement.

Ce n’est pas un de ces abominables bouquins encyclopédiques où l’on s’ennuie au point de ne plus vouloir tourner les pages, c’est une architecture d’autant plus originale qu’elle donne la vision d’une Libanaise et un vécu français quasiment en même temps. Avec quelques éléments exclusifs en prime.

Il y a ce style, cette écriture rigoureuse et sans concessions sur les convictions. C’est ce qui fait la force de l’écriture de Lina MURR NEHME, avec cette documentation de référence immédiatement accessible, dès les pages suivantes, qui emporte la conviction ou ébranle les convictions antérieures.

Car c’est un ouvrage à la fois humaniste et engagé qui revient sur des faits que l’occident a passé sous silence parce que « c’est loin » comme le pogrom du quartier Chrétien de Beyrouth ; ou parce que c’était « trop près », comme la faillite de Charlie Hebdo qui cessera par l’intérêt porté du jour au lendemain aux articles traitant (plus ou moins bien, d’ailleurs) de l’Islam à la « une » du journal.

Je ne suis pas, je n’ai jamais été « Charlie ». J’ai expliqué pourquoi à diverses reprises, je n’y reviens pas. Lina MURR NEHME me conforte dans cette position. Avec tout le respect qui est dû aux morts de ce journal, avec ma condamnation la plus ferme de ces assassinats, je ne suis pas « Charlie ». Je suis et je reste après lecture de « Fatwas et caricatures » un adversaire résolu et déclaré de l’islamisme, au regard même des textes qui le fondent, des personnes qui l’animent, et de celles qui le financent.

Lina MURR NEHME a raison : Le monde s’est tu, le monde se tait ; des mille coups de fouets réservés en Arabie Saoudite à la liberté d’expression laïque, jusqu’à la liberté du choix de la religion ; « et en occident des multitudes ignorent cela ».

Ce livre ne rendra personne intelligent. Mais il nous donne un regard d’Orient sur un problème mondial. Nous sommes en guerre, et ce sera eux ou nous.

Avec droiture et érudition, Lina MURR NEHME dit clairement qu’elle a choisi son camp, celui d‘Ulpien de Tyr (170 – 228) qui dit que « Quant au droit naturel, tous sont égaux. Par le droit naturel, tous les hommes naissent libres » ; celui de Charles MALEK (1906 – 1987) qui n’a pas fait dire autre chose à la déclaration universelle des droits de l’homme en son article 1 dont il a présidé la commission d’écriture. Deux Libanais, à près de deux millénaires d’écart, la même idée et ce n’est pas un hasard.

Ce livre est sans concessions, n’y cherchez ni le sucre ni le miel ; vous n’y trouverez (peut-être) que le sel de la terre qui l’inspire, et l’odeur de soufre des islamistes. Les lignes de l’auteur sont droites et souvent sèches, preuves à l’appui, bien plus près de la couronne d’épines que des loukoums à la rose. Mais il est vrai que Nazareth n’est qu’à moins de 50 kilomètres au Sud de Naqoura…

Ce livre est à lire, pour bien se rendre compte de l’ampleur de la menace, mais aussi de notre propre puissance face à cette menace. La France n’est pas seule. Dans le monde entier des hommes des femmes, des tribus, des peuples, ont les yeux tournés vers nous. Avec espoir, face à l’oppression si proche d’une théocratie mondiale affirmée. Ils et elles ne veulent pas de ce « califat ».  Sachons-le, ne les oublions pas. N’oublions pas le Liban pour une poignée de gros contrats… ailleurs.

Didier CODANI

A Nice, dimanche 16 septembre 2018

 

Notes et références :

Pour trouver le livre facilement : https://linamurrnehme.com/boutique/

Lina MURR NEHME: https://linamurrnehme.com/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lina_Murr_Nehm%C3%A9

Claude EL KHAL : https://claudeelkhal.blogspot.com  

https://claudeelkhal.blogspot.com/2018/03/la-nouvelle-inquisition-et-les.html

https://blogs.mediapart.fr/d-codani/blog/030318/claude-el-khal-journaliste

Hymne national du Liban : https://www.youtube.com/watch?v=eno8eXYK48s

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.