Damien Gautreau
Professeur d'Histoire-Géographie
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

2 Éditions

Billet de blog 1 mai 2021

Mayotte s'enfonce dans la violence

L'île de Mayotte, dans l'archipel des Comores, est connue pour des faits de violence. Ces derniers mois, ceux-ci se sont accentués et prennent des formes divers.

Damien Gautreau
Professeur d'Histoire-Géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une violence omniprésente

   Mayotte, île administrée par la France (contre l'avis de l'ONU) connaît ces derniers mois de nombreux faits de violences qui culminent avec deux mineurs de 14 et 16 ans assassinés fin janvier. Les victimes sont des jeunes pris dans les règlements de compte entre bandes rivales. La violence gangrène l'île depuis de nombreuses années et prend des formes diverses. Des caillassages de bus scolaires1 aux milices vengeresses2 en passant par les jeunes lycéens assassinés, les faits divers gagnent en intensité. Le 1er septembre 2019, un jeune est attaqué par une horde sauvage à coup de pierres et de tournevis devant le lycée de Sada et laissé pour mort. Le 9 puis le 15 avril 2021, deux autres lycéens meurent devant leur établissement, le premier devant le lycée d'Acoua, le second au lycée Bamana à Mamoudzou. Ce cycle infernal ne semble pas prêt de s'arrêter puisqu'un nouveau jeune a été poignardé ce jeudi 29 avril devant le lycée de Petite-Terrre, il est actuellement hospitalisé. Malgré les marches blanches et les annonces préfectorales, la violence demeure à son paroxysme et l'île compte ses morts.

L’État aux abonnés absents

   Reflet d'une violence sociale inouïe, la violence physique exacerbe les tensions. En effet, au lieu de pointer du doigt les graves carences de l’État dans ce qui est le département le plus pauvre de France, beaucoup préfère s'en prendre à un bouc émissaire désigné, les étrangers. Pourtant les renforts de la PAF1 et de la gendarmerie mobile qui se livrent à de véritables rafles et expulsent environ 30000 personnes chaque année sont bien présents. Les associations dénoncent d'ailleurs ces expulsions à tour de bras qui font de l'île une zone de non droit – selon la Cimade. La répression n'a jamais résolu les problèmes de délinquances et n'est pas prête de le faire. Seuls des investissements massifs dans le domaine social et l'éducation peuvent inverser la macabre tendance. Le tout couplé à une véritable aide au développement dans les pays d'origine des migrants. Les expulsions ne font qu'accentuer le problème car elles sont à l'origine du phénomène des mineurs non accompagnés, terreau fertile de la délinquance. Mayotte est en retard dans tous les domaines et le gouvernement promet un rattrapage pour 2030... combien de morts d'ici là ?

Hélicoptère de la gendarmerie dans le ciel de Mayotte © Damien Gautreau

1Police Aux Frontières

1Les chauffeurs de bus sont une nouvelle fois en grève le 30 avril 2021 pour dénoncer ces violences.

2Ces dernières années des milices sont régulièrement impliquées dans des enlèvements, séquestrations et lynchages.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart