Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mars 2022

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ne nous tuez pas ! Arrêtez [cette guerre] !

Une lettre ouverte de Russes souffrant de maladies chroniques et de handicaps. Un appel à l'arrêt des opérations militaires en Ukraine et à la paix.

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai évoqué deux prises de position russes contre la guerre, celle des associations à vocation sociale, les SONKO, et celle de médecins et personnels de santé. Je continue aujourd’hui avec une troisième, qui me tient plus encore à cœur, signée par des Russes en situation de handicap.

Je ne donne que le texte. Il était sur Facebook, mais n’est plus accessible. Je ne sais pas qui sont ses signataires, j'en suis heureux, une proposition de loi déposée devant la Douma prévoit de punir de jusqu'à trois ans de prison les appels à arrêter la guerre en Ukraine. Pour certains de ces signataires, plus que la perpétuité.

Lettre ouverte de citoyens russes atteints de maladies chroniques et de handicaps

Nous, citoyens russes de tous âges, qui souffrons de diverses maladies chroniques et / ou avons souffert de maladies entraînant un handicap, nous nous opposons résolument, au péril même de nos vies, aux actions militaires menées par les forces armées russes sur le territoire de l’Ukraine.
Notre survie physique dépend de médicaments et d'équipements étrangers qui n'ont pas d'équivalents sur le marché russe. Dans ces circonstances, personne ne peut nous garantir que nous continuerons à recevoir les traitements et les diagnostics nécessaires et, par conséquent, que nous continuerons à vivre.
Les sanctions nous frapperont inévitablement, nous, une catégorie de citoyens extrêmement vulnérables, et notre vie soit s’interrompra très bientôt, soit deviendra incomparablement plus difficile et physiquement douloureuse. Tout simplement, nous commencerons à mourir, de différentes manières, plus ou moins vite, toujours dans la souffrance. Dès maintenant, nous sommes obligés de dépenser tout notre argent pour avoir encore quelques mois d’avance de médicaments.
Nous appelons à la cessation immédiate des hostilités et au règlement de tous les problèmes politiques exclusivement par des moyens pacifiques. Des dizaines et des centaines de vies ont déjà été prises, tant militaires que civiles, y compris des enfants. Personne ne mérite d'être tué ou mutilé. Accidentellement ou intentionnellement.
Ce sont des parents, amis, collègues, souffrant des mêmes maladies chroniques et des mêmes handicaps qui vivent sur les territoires où se déroule l’opération spéciale. Il n’y a personne parmi eux pour qui le bain de sang ainsi provoqué aurait une justification. Nous ne pouvons rester à l’écart de la douleur et à la souffrance qui augmentent à chaque instant.
La vie humaine n'a pas de prix. Nous, atteints de maladies chroniques et de handicaps, nous consacrons chaque jour beaucoup de nos forces à notre propre survie et au soutien de nos frères et sœurs qui souffrent physiquement. La douleur et la souffrance physiques n'ont ni nationalité ni passeport, elles n’ont pas de frontières. Ne nous tuez pas, donnez-nous la possibilité d'être soignés, de vivre, d'aimer et de travailler. 
Les armes tuent, elles apportent la douleur et la souffrance non seulement instantanément, aux combattants et à ceux qui se trouvent directement à leur portée, mais aussi de façon différée, à ceux qui comme nous dépendent plus que d’autres de la paix et de la coopération.
NE NOUS TUEZ PAS ! ARRÊTEZ !

Étonnons-nous qu’ils appellent non à lever les sanctions mais à la paix. Saluons ce courage et cette lucidité de la part de personnes dont la solidarité avec leurs frères et sœurs n'est pas de droit. Et ayons honte, un instant, le temps qu'il faut à une balle pour tuer, de ne plus vendre plus les médicaments et les équipements dont ils ont besoin, mais de continuer à acheter le gaz et le pétrole avec lequel le pouvoir russe a payé les armes qu'il utilise en Ukraine. 

Takie dela (3 mars 2022)

Нет войне. Non à la guerre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff