Les experts russes du social : (2)  Ielena Alchanskaïa

Un second exemple de celles ou ceux qui s’expriment sur les questions sociales en Russie, et transforment son système d'aide sociale. Ielena Alchanskaïa est présidente de la fondation « Volontaires pour aider les enfants orphelins »

Dans un précédent billet, j’ai indiqué que des associations et fondations russes avaient pris une place déterminante dans la protection de l’enfance et celle des orphelins. Je présente dans celui-ci la fondation « Volontaires pour aider les enfants orphelins » («Волонтёры в помощь детям-сиротам») et sa présidente, Ielena Alchanskaïa. Elle vient de donner un interview à Forbes woman Russie, j’y reprends beaucoup d’éléments, il y a d’autres sources, et la Wikipédia en langue russe comporte un article sur cette fondation, il faudrait le traduire. 

Le point de départ de l’engagement de Ielena Alchanskaïa est la découverte, en 2004, dans un hôpital de Saint-Pétersbourg où elle était de passage avec sa toute petite fille, de l’existence des otkazniks ou otkazniki (des enfants « refusés », отказники). Il s’agit d’enfants abandonnés à la naissance, et qui restaient dans l’hôpital, parfois longtemps, faute de place dans un orphelinat, ou parce que les procédures et les documents administratifs permettant de les y faire entrer n’étaient pas finalisés. Dans l’hôpital où était Ielena Alchanskaïa, leurs conditions d’hébergement étaient indignes, ils pleuraient constamment, seuls à quatre ou cinq par chambre. Etc. Une des horreurs ordinaires, probablement, de cette période si dure pour la Russie. 

Ielena Alchanskaïa a relaté ce qu’elle avait vu sur les réseaux sociaux, son récit a relayé par Radio Russie, les réactions ont été nombreuses. Elle a créé ensuite un site, otkazniki.ru, puis en 2007 « Volontaires pour aider les enfants orphelins », dont l’objectif est d’aider à ce que les enfants vivent dans une famille, notamment en apportant un soutien aux familles en situation difficile, en trouvant des familles  d’accueil ou d’adoption pour les orphelins, et en aidant ceux qui vivent dans les orphelinats.  

J’aimerais vous donner pour la Russie entière, le nombre des enfants qui étaient en 2004 dans cette situation d’attente, sans statut et sans soins adaptés, je n’y arrive pas. Il n'y probablement pas de statistique officielle, même non publiée. L’article de la Wikipédia russe sur l'abandon d'enfant à la naissance (Отказ от ребёнка) donne le chiffre de 11 388 en 2007, sans source. Ce chiffre me semble trop élevé, il doit y avoir confusion avec le nombre de ces abandons, entre 10 000 et 11 000 dans les années 2000, 6 230 en 2012, actuellement moins de 3 000. En faisant l'hypothèse, qui ne semble pas absurde, qu'un enfant abandonné à sa naissance attendait en moyenne quatre mois pour quitter l’hôpital, on peut estimer à entre 2 000 et 4 000 le nombre de ces enfants. Ce pourrait être moins, espérons le, rétrospectivement. Ce pourrait aussi être plus.

Il n’y a en tout cas plus de telles situations, en tout cas pas des milliers ou des centaines comme auparavant. Cela est très certainement imputable à la fondation de Ielena Alchanskaïa, qui, à force de démarches auprès des administrations, a obtenu en 2008 que les enfants soient transférés dans des établissements adaptés. En 2015, une disposition législative, fruit également du travail de lobbying de la fondation, a définitivement proscrit le maintien dans un établissement hospitalier. 

Ielena Alchanskaïa © otkazniki.ru Ielena Alchanskaïa © otkazniki.ru

La fondation emploie actuellement 45 personnes, auxquels s’ajoutent environ 2000 bénévoles. Son action est organisée autour de quatre programmes :

- la prévention de l’orphelinat social, avec comme projets la prévention de l’abandon à la naissance, le projet « une maison chaleureuse », l’aide aux familles en difficulté, et l’aide aux parents handicapés mentaux ;

- l’aide aux enfants vivant dans des orphelinats (projets « Être gai », « Enfants en détresse », « Formation à distance » ;

- l’appui aux familles (projets « Centre de ressource un enfant dans une famille », « Territoires sans orphelins », « École des parents adoptants », « Accompagnement des familles d’accueil », « Des proches » ;

- enfin, le programme « Du côté de l’enfant », qui porte les actions d’expertise et de lobbying de la  Fondation. Il a contribué à la préparation de la décision gouvernementale n° 481, qui a initié en 2014 une réforme complète des orphelinats dans le pays, et en suit la mise en oeuvre. 

Ielena Alchanskaïa raconte dans l’interview à Forbes woman qu’au moment de la création de la fondation, il y a eu de sérieux conflits, et une scission, au sein du groupe qui s’était constitué autour de otkanizki.ru. Certains considéraient qu’il n’y a avait rien à attendre d’un dialogue avec l’État, qu’il est « impossible de le changer ». C’est vrai, mais il faut savoir créer des exceptions.

Dans un autre registre, Ielena Alchanskaïa a fait partie du groupe de travail qui a préparé les amendements à la constitution dits « de Vladimir Poutine », en reconnaissant toutefois que leur texte avait été rédigé ailleurs. 

Forbes woman Russia (17 avril 2020)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.