Qu’est-ce donc que ce blog ?

20 billets dans la Russie du social, entre le 6 octobre et le 6 novembre. Il est temps de faire un point, et de coucher par écrit les raisons qui me conduisent à y aborder la situation et les politiques sociales russes, et ce que j’espère pouvoir en dire.

J’ai pendant quatre ans dans le cadre de mes activités professionnelles à Moscou produit avec mon équipe, une veille sur la situation sociale russe. La première raison qui m’a conduit à faire ce blog est la volonté, dans un autre cadre, de poursuivre cet exercice, qui m’a beaucoup appris, sur des sujets largement méconnus en France, pour continuer donc à apprendre et à partager ces informations dont la recherche m’est maintenant familière.

Par méthode, et par inclination, je préfère souvent apporter des informations factuelles et ponctuelles. Lorsque que j’y ai accès, le plus souvent par la presse, j’aime aussi citer des situations individuelles ou des témoignages, ce qui présente l’intérêt de faire place au concret, au vécu, ou a ce qui est dit. La contrepartie est d’éviter les généralisations. Mais la généralisation, surtout dans une matière méconnue, risque toujours d’enfermer dans une pensée déjà faite. Les petites choses et les petits faits sont de puissants gardes fous contre les certitudes.

J’aime trouver et citer des statistiques et les sondages d'opinion. Leur fragilité, en Russie comme ailleurs, et surtout la facilité avec laquelle on peut en biaiser la présentation, ne m’échappent pas. J’aime présenter des séries longues, qui permettent de prendre du recul, et garantissent plus de cohérence à leur analyse. Je vérifie généralement les sources, je me retrouve dans les publications et les bases de données de données du site de l’agence fédérale des statistiques, Rosstat, et pense pouvoir éviter d’écrire des âneries (sait-on jamais). Une fois ce tri fait, je tombe parfois sur des séries étonnantes, qui, surtout comparées aux mêmes données en France, font apparaître des faits sociaux majeurs (je pense, par exemple, à ce graphique d’un récent billet).

Mes sources sont principalement dans la presse et dans les sites internet russes. C’est aussi une prise de risque : là, les biais, dans l’information donnée, dans la compréhension de cette information, peuvent être substantiels. Je vais également régulièrement chercher des sujets sur les sites du ministère du travail et de la protection sociale, et du ministère de la santé russes – informations officielles, s’il en est, mais elles ont aussi leur intérêt. Je cite en tout cas toujours les articles ou les textes que j’exploite, chacun peut aller les consulter, et aussi faire une recherche pour connaitre l’évolution ou les retournements d’un des sujets que j’ai traités, ce que je fais régulièrement.

J’aime avoir l'occasion d'être positif et de donner de la Russie une image différente de celle, misérabiliste et désespérante, qui prédomine maintenant en France. Le pouvoir russe n’est pas d’une grande aide pour cela – mais les autorités françaises se donnent-elles elles-mêmes les moyens de donner une image positive de la France à l’étranger ? De toute façon, ce n’est pas du pouvoir qu’il s’agit.

Je crois profondément, pour l’avoir observé pendant quatre ans, que ce sont des acteurs du social, associations, administrations, directions des établissements, travailleurs sociaux, et les individus qui s’investissent, différemment de nous Français, dans le bénévolat, qui font la modernisation et la démocratisation sociales de la Russie. Qu'ils avancent, là où les évolutions politiques sont bloquées. Et que ceux qui les portent répondent en tout cas à des besoins sociaux, la santé, la protection sociale, la garantie d’une vie décente, la compassion à l’égard des enfants démunis et des handicapés, ... que les Russes mettent au premier rang de leurs préoccupations. C’est de cela que je voudrais parler, en faisant la part de ma subjectivité et de la rigueur nécessaire.

Ce blog abordera des sujets relevant des questions et politiques sociales, entendues largement : santé, travail, emploi et formation professionnelle, discriminations et intégration, comme de la protection et de l’action sociales. Vos commentaires sont les bienvenus, j’essaierai d’y répondre, vos suggestions de thèmes aussi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.