Russie, covid-19 : des médecins vaccinés et malades

Ils auraient été contaminés par le SARS-CoV-2 entre la première et la deuxième injection du vaccin Spoutnik V. Occasion, de donner, avec prudence, quelques informations sur le vaccin russe - et notamment un taux d’efficacité, à confirmer, de 92 %.

Ielena Zelenina, première vice-ministre de la santé de l’oblast de Kemerovo, ou Kouzbass, dans le sud de la Sibérie, a annoncé officiellement qu’un médecin de la région avait contracté la covid-19, après l’administration de la première dose du vaccin russe contre cette maladie. Elle a précisé qu'elle avait été diagnostiquée cinq ou six jours avant l’injection, et qu’il n’était donc pas possible de faire un lien, compte tenu de la période d’incubation. 

Des cas similaires d’infection par le SARS-CoV-2 avaient été auparavant diagnostiqués chez trois médecins du kraï de l’Altaï. 

Le ministère fédéral de la santé a quant à lui publié un communiqué le 11 novembre, rappelant que le vaccin russe, Spoutnik V, est administré en deux injections espacées de 21 jours. La protection immunitaire contre la covid-19 est considérée comme effective trois semaines après la seconde injection. Les cas de test PCR positifs pour des personnes vaccinées correspondraient, « en règle générale », à des situations où celles-ci n’ont pas eu le temps de développer leur immunité. Ce serait le cas pour les médecins de l’Altaï, qui auraient reçu la première dose entre le 25 et le 30 septembre, et seraient tombés malades 7 à 10 jours après. 

Le ministère souligne en conséquence la nécessité, pour les personnes vaccinées, de continuer à respecter les mesures de protection individuelle - port du masque, respect de la distanciation sociale, limitation de la présence dans les lieux publics et de l’utilisation des transports en commun  pendant trois semaines après la seconde injection. 

L’explication est cohérente, voire convaincante. Toutefois, en l’absence d’éléments plus précis, et de leur analyse scientifique, il reste difficile d’exclure catégoriquement un lien entre l’administration du vaccin et le développement de la maladie.

Quoique qu’il en soit, l’information présente au moins l’intérêt de confirmer que la campagne de vaccination contre le SARS Cov-2 est effectivement engagée en Russie.

Selon Aleksandr Ginsburg, le directeur du Centre national de recherche en épidémiologie et microbiologie Gamaleïa, qui a développé le vaccin russe, environ 45 000 personnes ont déjà été vaccinées avec ce vaccin, principalement des médecins travaillant dans les « zones rouges ». Il a également indiqué qu’à la fin de l'année, au moins 1,5 million de Russes seraient vaccinés.

Le 11 novembre, le centre a annoncé dans un message tweeter que Spoutnik V avait une efficacité de 92 %, ce taux étant calculé sur la base des 20 cas de covid-19 développés dans les cohortes de l’étude de phase III du vaccin. 

Les résultats des études de phase II avaient eux été publiés dans The Lancet le 4 septembre dernier. Ils concluaient à un « bon profil d’innocuité du vaccin » et au développement d’une « réponse immunitaire et humorale forte ». Des scientifiques italiens avaient ensuite critiqué des anomalies dans les résultats de ces études. Le centre Gamaleïa considère y avoir répondu ensuite.

90 % pour Pfizer et BioNTech, un communiqué, 92 % pour Gamaleïa, un tweet deux jours après. On aimerait disposer d’une information sous d’autres formes, affranchie des enjeux financiers, de pouvoir et de prestige, tout de suite crédible. Cela viendra sans doute par étapes, espérons le meilleur, pour ce qui sera de l’efficacité des vaccins.

Et pour revenir à la France, dont on peut se demander aussi où elle en est, signalons l’information fuitée du dernier entretien téléphonique en Emmanuel Macron et Vladimir Poutine selon laquelle le second aurait proposé au premier une coopération entre les deux pays pour accélérer la production industrielle du vaccin russe.

Meduza (12 novembre 2020) - TASS (12 novembre 2020) - Ministère fédéral de la santé (11 novembre 2020) - Interfax (11 novembre 2020) - Meduza (11 novembre 2020) - Meduza (23 septembre 2019). 

Et, pour les tests de phase II de Spoutnik V, ce billet, que je ne regrette pas d’avoir écrit. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.