Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

290 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2020

Iouri Doud ou comment le VIH est entré au Kremlin

13  412  434 vues pour le documentaire de Iouri Doud sur le VIH en Russie, de nouvelles réactions, dont celle du porte-parole du Kremlin, qui a qualifié le film de bon. Le buzz continue, la prise de conscience aussi.

Daniel AC Mathieu
Administrateur civil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je reviens brièvement sur mon billet d’hier sur le documentaire Le VIH en Russie, une épidémie dont on ne parle pas, que Iouri Doud a publié sur sa chaine YouTube vDoud’. J’y ai rendu compte de premières réactions, dont celle du vice-ministre russe de la santé, Oleg Salagaï, et celle d’Alexeï Koudrine, chef de la chambre fédérale des comptes. 

J’y ajoute celle du Kremlin : Dmitri Peskov, porte-parole du Président de la Fédération, a déclaré hier qu’il avait vu le film, qu’il l’avait trouvé bon, qu’il méritait l’attention, que le département concerné de la présidence l’avait visionné, et que,certainement, quelqu’un dans l’administration l’avait regardé à titre personnel. Il a indiqué qu’il était important que le ministère de la santé en prenne connaissance. Ce qui serait en France analysé comme des petites phrases est à mon sens le signe donné que les autorités ont compris qu’un rapport de force s’était modifié : le VIH et le sida ne sont pas des maladies de marginaux dont il n’y a pas à se préoccuper — c’est dans cette représentation qui était dominante au sein du pouvoir dans les années 2000 et 2010 —, ils doivent être combattus franchement, parce que la population se sait concernée, et le montre en visionnant le film, et le montrera autrement.

Parmi les autres réactions, je signale également celle d’Igor Ptcheline, président de la Fondation Chagui, une des ONG russes les plus impliquées dans la prévention et la lutte contre le VIH/sida. Il souligne que les réactions sont encore trop limitées. Il n’y a pas assez de fonds, les programmes supplémentaires sont nécessaires, et c’est d’abord l’affaire du ministère de la santé plutôt que de la chambre des comptes. Il suggère que la stratégie de l’État contre le VIH pour 2020-2030 qui avait été discutée en décembre dernier au ministère soit revue, pour y intégrer des mesures plus efficaces. 

Vadim Pokrovski, directeur du centre fédéral de prévention et de lutte contre le VIH/sida, largement interviewé dans le documentaire, a attiré à nouveau dans la presse l’attention sur la question des traitements : « cette année, le nombre de personnes recevant un traitement augmentera de 100 à 200 000. Cela dépendra des achats de médicaments du ministère de la Santé, en fonction de l’augmentation de son budget ». Ce n’est sans doute pas assez.

Le VIH en Russie, une épidémie dont on ne parle pas © вДудь

Kommersant (17 février) - RBK (17 février) - RIA novosti (18 février) et en français : Sida en Russie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot