Russie, métro de Moscou, licenciements politiques, action syndicale

Le syndicat des travailleurs du métro de Moscou enquête sur des licenciements de salariés qui auraient apporté un soutien à Alekseï Navalny et annonce qu’il les défendra devant les tribunaux.

Dans ce blog consacré aux questions sociales en Russie, je devrais parler plus souvent des relations du travail. Je ne le fais que rarement, quelquefois, quand même, dont ce billet, qui conduisait le lecteur dans les brumes de Vladivostok. L’actualité me rattrape, et me donne malheureusement l’occasion de faire un billet sur le licenciement « politique » en Russie.

Le point de départ a été le projet des partisans d’Alekseï Navalny d’organiser le 21 avril dernier une nouvelle série de manifestations pour le soutenir. Pour que chaque participant potentiel puisse constater qu’il n’était pas seul et isolé, une plate forme en ligne permettait de signaler son intention de manifester, un point apparaissant alors sur une carte. Le seuil de 500 000 inscriptions devait être atteint pour que l’appel à manifester soit lancer, il y en avait à la date du 16 avril 441 380.

La plate forme a été piratée, et plusieurs centaines de milliers d’adresses ont été publiées sur internet. Des courriels menaçants, ou « désagréables », selon les mots d’Ivan Jdanov, directeur du Fonds de lutte contre la corruption, ont alors été reçus par une partie des personnes concernées. Les menaces se sont poursuivies sous d’autres formes, je ne développe pas plus, ce n’est pas l’objet de ce billet. Le lecteur pourra trouver plus d’informations dans cet article très documenté de Meduza, en russe, et quelques unes dans celui-ci, plus court, en anglais.

Depuis, une quarantaine de salariés du Métro de Moscou ont été licenciés, ou contraint à une démission immédiate. Il s’agit de personnes dont l’adresse électronique avait été divulguée avec les fuites que j'ai rappelées à l'instant. Le syndicat des travailleurs de l’entreprise unitaire d'État « Métro de Moscou » vient de publier un communiqué sur cette atteinte aux droits élémentaires des salariés, je le traduis, modeste contribution et appel à la solidarité entre travailleurs et syndicats de tous pays. Il est signé de son président, Nikolaï Gostev :

« Ces dernières semaines, le syndicat a reçu de plus en plus d'appels de la part de travailleurs de l'entreprise unitaire d'État « Métro de Moscou » concernant des licenciements ou des démissions sous la contrainte. Le syndicat des travailleurs de l'entreprise unitaire d'État du métro de Moscou enquête sur les raisons, les circonstances et le fondement juridique de ces licenciements et organise des réunions avec les travailleurs qui en sont victimes. En tant qu'organisation syndicale indépendante, le syndicat des travailleurs de l'entreprise unitaire d'État « Métro de Moscou » fournira une assistance efficace à tous ceux qui en font la demande en utilisant les instruments juridiques disponibles et en organisant des actions en solidarité. Le syndicat des travailleurs de l’entreprise unitaire de l’État métropolitain de Moscou estime qu’il n’est pas opportun de politiser excessivement cette question. Des informations sur la situation actuelle peuvent être obtenues par e-mail gostev100@mail.ru ».

Meduza (17 mai 2021) - Syndicat indépendant des travailleurs du Métro de Moscou (17 mai 2021)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.