Russie, on vaccine moins, est-ce déjà trop tard ?

Un quart des points de vaccination de Saint-Pétersbourg n’avaient plus de vaccin le 19 mars. Mais l'immunité collective ne serait pas loin.

La France n’a pas le monopole des problèmes de livraison des vaccins contre le covid-19. Il y a 130 points de vacсination à Saint-Pétersbourg, dont plusieurs dans des centres commerciaux, mais un quart d’entre eux ne pouvaient fonctionner la semaine dernière, faute d’approvisionnement en Spoutnik V.

Le comité de la santé de la ville — qui a, dans les compétences qu’elle détient en tant que sujet de la fédération de Russie, celle d’organiser la vaccination —, a minimisé l’incident, assuré que des doses serait livrées ce weekend, et que ceux qui le souhaitaient pouvaient être vaccinés, sans rendez-vous, dans les centres restés ouverts. 

Il a en même temps indiqué que le nombre de personnes recevant la 1ère injection du vaccin, qui se situait, chaque jour, entre 8500 et 9500 en février, était descendu à 4000, avant même la fermeture partielle des points de vaccination. 4000, ou 9000, c’est peu pour une ville de 4 millions d’habitants. Les difficultés d’approvisionnement expliquent une partie de cette situation et de son évolution, la réticence et le manque de confiance d’une partie de la population russe à l’égard du vaccin probablement aussi. 

Cette tendance est générale en Russie, comme le montre le graphique suivant, qui indique le nombre de personnes recevant une injection par jour (j’en ai aussi actualisé une autre version, en cumul, celle qui figurait dans ce billet).

 © Daniel Mathieu - Données et support graphique Our world in data © Daniel Mathieu - Données et support graphique Our world in data

La Russie a marqué des points dans sa communication à l’étranger sur la vaccination contre la covid-19, elle semble en train de perdre la bataille sur son territoire.

Selon une étude menée en février par des chercheurs de l’université européenne de Saint-Pétersbourg, 53,4 % de la population de la ville aurait des anticorps contre le SARS VOv2. C’est la quatrième édition de cette étude, en novembre dernier ce chiffre était de 24 %. Selon un de ses auteurs, Anton Bartchouk, la ville serait en passe d'acquérir une immunité collective. Autrement dit, la maladie, avec ses morts, vaccine plus vite que les autorités.

Accueillons cependant cette information avec prudence : le maire de Moscou a annoncé il y a un mois que 60 % des Moscovites présentaient eux aussi des anticorps, je ne l'ai pas vu confirmer. Et le nombre de nouveaux cas de covid-19 baissait de façon continue et importante en Russie depuis le début de l'année, cette baisse s'est interrompue il y a quelques jours, j'y reviendrais si ce palier se confirme.

Interfax (19 mars 2021) - RBK (16 mars 2021)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.