22,8 % des décès dans les prisons russes ont pour cause le sida

55 000 personnes privées de liberté ont un diagnostic de séropositivité au VIH, soit environ 11 % de la population carcérale. 73 % reçoivent un traitement antrétroviral.

.Dans un précédent billet, j’indiquais que 35 % des décès en prison avaient pour cause le sida, sans pouvoir fournir une source fiable. Je ne la connais toujours pas, mais peut donner aujourd’hui des éléments plus précis et plus récents, qui confirment cet ordre de grandeur, et, si le chiffre de 35 % est exact et plus ancien, témoignent d’une amélioration. 

SPID Tsentr, que j’ai déjà cité à plusieurs reprises, vient en effet de publier des informations issues d’un échange entre des militants et défenseurs des droits et l’administration pénitentiaire. Elles portent sur le premier semestre 2020.

Le département de la sécurité médicale et sociale du service fédéral pénitentiaire russe (FSIN) a indiqué lors de cet échange que 1061 personnes étaient mortes en prison au premier semestre 2020, pour 1143 au premier semestre 2019, soit une baisse de 7,3 %. L'ensemble des décès liés à des maladies est en baisse, c'est le cas notamment pour la tuberculose (14 décès, 4 de moins) et pour le sida : 242 décès au premier semestre 2020, 37 de moins que l’année précédente). La part des décès liées au sida dans l’ensemble des décès de prisonniers serait donc passée de 24,4  à 22,8 %, en un an.

Une baisse, donc, et c’est appréciable, un nombre de morts qui reste considérable, d’autant plus que l’on sait maintenant soigner le sida, et que les traitements antirétroviraux permettent aux personnes séropositives au VIH d’éviter le développement de la maladie. Pour donner des éléments de comparaison, le nombre de décès liés au sida en Russie a été en 2018 de 20 597 pour l’ensemble de la population. En 2019, selon des données provisoires de l’agence fédérale des statistiques, il serait de 18 729. En France, il est, pour la dernière année connue, 2016, de 303.

Rappelons aussi, c'était dans le chapeau, que 55 000 personnes privées de liberté ont un diagnostic de séropositivité au VIH, soit environ 11 % de la population carcérale. 73 % reçoivent un traitement antrétroviral. 

L’article donne également quelques informations sur le covid-19 dans les établissements pénitentiers : les premiers cas d'infection à coronavirus dans le système pénitentiaire ont été détectés le 7 avril, dans le personnel. Au cours de l'épidémie, 3819 agents des services pénitentiaires ont contracté le covid-19, 3285 se sont rétablis, 10 sont décédées. Parmi les prisonniers, 1314 ont été atteints, 1122 (85%) se sont rétablis. Un détenu est décédé.

Pour finir, saluons le travail fait par les militants des droits de l’homme russes, pour obtenir, sinon la transparence, du moins des informations sur ce qui se passe dans les prisons russes. Ceux qui sont allés rencontrer le FSIN sont Valentin Hefter, Valeri Borchtchev et Iekaterina Dorofeïeva. 

Valentin Hefter, Valeri Borchtchev et Iekaterina Dorofeïeva devant les locaux du FSIN Valentin Hefter, Valeri Borchtchev et Iekaterina Dorofeïeva devant les locaux du FSIN

spid.tsentr (20 août 2020) - Blog d’Andreï Babouchkine (20 août 2020)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.