Russie, surendettement : les huissiers chez les retraités

1,3 millions de retraités sont touchés par une procédure de recouvrement forcé de créance.

Le problème du surendettement des particuliers est sensible en Russie, il est régulièrement évoqué dans la presse. Il est associé à l’importance de la pauvreté dans le pays (cf., par exemple ce billet, où j’avais présenté les évolutions sur longue période du taux de pauvreté), et semble-t-il est alimenté majoritairement par les crédits contractés pour des biens de consommation courante, y compris alimentaire.

On imagine, tout particulièrement dans le contexte de montée de la pauvreté que connaît actuellement la Russie, que le surendettement concerne surtout les classes d’âge jeunes et intermédiaires, celles qui sont en ce moment touchées par le recul de l’activité économique.

Une information donnée récemment par le Service fédéral des huissiers de justice (cette fonction est prise en charge par une agence publique en Russie) donne un éclairage différent.

Le Service fédéral des huissiers de justice a recouvert, dans les dix premiers mois de 2020, 111,3 milliards de roubles de dettes (1,25 milliards d’euros), principalement au profit des banques. Au 1er novembre 2020 ,7,8 millions de procédures d’exécution forcée de remboursement de créances étaient en cours à l’encontre de personnes physiques. 1,3 millions, soit environ une sur six, ou encore 17 %. concernaient une personne ayant atteint l’âge de la retraite. C’est beaucoup. En France, pour donner un ordre de grandeur, 8 % environ des personnes surendettées sont âgées de de plus de 65 ans.

Le problème de la pauvreté des retraités en Russie n’a plus l’intensité qu’il avait à la fin des années 1990, au moment où même le versement des pensions avait été interrompu. Il reste pour le pouvoir une question dangereuse, et l’argumentaire, importé d’Occident, comme beaucoup des éléments de langage qui ont justifié la réforme des retraites de 2018, selon lequel les retraités seraient finalement privilégiés par rapport à la population active, n’a pas convaincu. Il est notamment démenti par cette statistiques publiée par l’agence Tass.

Tass (27 décembre 2020) - Takie dela (27 décembre 2020)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.