daniel gros
Retraité de l'Education nationale ; Ancien Cpe du Lycée de Mamoudzou ;
Abonné·e de Mediapart

49 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2020

Chronique de la misère en temps de confinement 8/ « une semaine sans se laver »

Confinement semaine 7. Visite aujourd'hui à Oupi Marouzouk, un quartier de Labattoir en Petite-Terre. Pour leurs besoins, les habitants puisent une eau saumâtre dans un puits proche de la mer. La question de l’eau montre une fois de plus que les autorités éprouvent peu de sollicitude pour la population. Que durant la pandémie l’accès à l’eau n'ait été que peu facilité est en soi accablant.

daniel gros
Retraité de l'Education nationale ; Ancien Cpe du Lycée de Mamoudzou ;
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

lessive sous la pluie, 2017 © daniel gros

A travers le témoignage d’une jeune fille de 17 ans, élève en terminale au lycée de Pamandzi, outre la misère ordinaire qui atteint une large partie de la population de Mayotte, c’est toute la problématique de l’accès à l’eau qui est posé. En temps normal et en temps de crise.

L'accès à l’eau potable dans « des conditions économiques supportables » est reconnu comme un droit fondamental par le Droit international. L’Assemblée générale des Nations Unies a reconnu ce droit comme « essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme » dans une résolution du 28 juillet 2010 intitulée : « Le droit de l’homme à l’eau et à l’assainissement ».[1]

Autrement dit, le droit à l’eau est un droit premier, préalable de tous les autres.

Les Nations Unies insistent sur deux points :

a - Préserver la dignité des personnes, en particulier des femmes et des jeunes filles, par l’installation de sanitaires propres et privées.

b - « Réduire le fardeau des maladies liées au manque d'eau douce et améliorer la santé, l'éducation et la productivité économique des populations. »[2]

En bref instituer le droit à l’eau marque une première étape dans la lutte contre la pauvreté.

Ainsi à Mayotte, département français dont le taux de pauvreté mine tout développement, près du tiers des logements ne disposent pas de point d’eau[3]. Les habitants des quartiers en lisière des villages convergent vers les bornes fontaines à carte magnétique qu’ils nomment « le tuyau » pour remplir les bouteilles, les seaux, les bidons afin de satisfaire à leur besoin du jour et qu’ils peuvent transporter sur plus d’un kilomètre.

Parfois, en fonction des capacités financières, l’eau est transportée dans des tuyaux noirs qui courent le long des chemins et passages sur des distances importantes jusqu’à l’habitation desservie pour remplir des tonneaux de 50 litres contre un prix d’environ 10 euros.

D’autre fois, si un arrangement a pu être établi avec un particulier plus proche du domicile ou en l’absence de fontaine magnétique, les femmes et les fillettes remplissent à son robinet un seau payé entre 10 et 30 centimes, qu’elles portent sur la tête jusqu’à leur maison.

A défaut de véritable service public de l’eau, les occupants de logements dépourvus de point d'eau sont exposés à la cupidité des revendeurs illégaux sans la moindre possibilité de recours. Ce point a déjà été documenté.

*   *   *

«  Aujourd’hui je vais vous raconter comment ça se passe dans mon quartier et les difficultés qu’il y a en ce moment de confinement. Ici dans mon quartier Oupi Marouzouk en Petite-Terre, nous vivons dans une situation très difficile en commençant par l’eau, nos premiers besoins nécessaires. Ici nous prenons notre eau dans une sorte de puits, alors qu’on a tendance à remarquer que cette eau n’est pas bonne pour la santé. Elle est en mauvais état, elle est encore salée. A ma connaissance cette eau provient de la mer car nous n’habitons pas très loin du rivage, c’est juste en bas. Mais on n’a pas le choix. Alors on ne l’utilise que pour faire la vaisselle, laver nos vêtements et nous doucher parfois. On passe parfois une semaine sans se laver parce que c’est compliqué de ramener et porter de l’eau jusqu’à la maison. Certains dans mon quartier l’utilisent pour nettoyer les bébés et boire, Pas de tuyau à carte, ici. Même pour demander au voisin, c’est très difficile. Parce qu’ils pensent à leur prochaine facture à la fin du mois. Ils se plaignent que leur facture deviennent très chères. En quelque sorte ce puits appartient à une amie qui n’habite pas très loin de chez nous. On est obligé de demander à quelqu’un qui possède un brouette pour transporter nos bouteilles de 20 litres, et des seaux remplis d’eau.
« Dans notre situation, on profitait de la saison des pluies pour récupérer de l’eau et la boire. Mais maintenant que la saison des pluies s’est arrêtée, on est complètement perdu.
« En ce qui concerne la nourriture dans ces moments de confinement, c’est encore difficile par rapport à avant. Pour sortir aller chercher de la nourriture, on n’a pas assez d’argent. Pour aller faire des photocopies des attestations de déplacement dérogatoires. Pour cela je suis obligée en tant que fille de porter le sac de riz de 20 kilos à 25 kilos, parce que dans ma famille il n’y a que moi qui peut sortir. Maman mère elle ne peut pas car elle a un problème au niveau de son pied gauche. Dès fois elle souffre donc c’est moi qui fait tout dans la maison.
Ma mère a connu une situation très difficile après le décès de mon père. Dès fois elle a des images. C’est difficile de trouver de la nourriture. Avant elle faisait un travail de femme de ménage, on la payait 150 € par mois. Avec trois enfants âgés. Et pour cela ma mère, elle achetait à manger comme le riz le sel etc. Et maintenant puisqu’elle ne travaille plus, elle a arrêté de travailler à cause de son pied.
« En ce qui concerne mes études, je ne suis pas trop concentrée à l’école, je pense trop à ma famille. Pour réviser, je peux pas. et en ce moment puisqu’il n’y a pas de connexion chez nous, c’est très difficile. Alors je me déplace pour aller chez quelqu’un qui a la connexion pour faire mes devoirs. »

*   *   *

Notes

[1] Voir sur le site des Nations Unies, la page consacrée à la  thématique de l’eau, ici.

[2] Ibidem.

[3] Lire Mayotte-Hebdo, « Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte», 20 avril 2020.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin