Danyel Gill
Petite politologie de l'humain de la part inconnue des Illustres
Abonné·e de Mediapart

61 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2017

Rokhaya Diallo - Quand l’arc en ciel éclipse le Printemps

Quand l’arc en ciel éclipse le Printemps - Ou la diversité comme angoisse existentielle de la France rabougrie.

Danyel Gill
Petite politologie de l'humain de la part inconnue des Illustres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rokhaya Diallo à la Marianne

Femme, noire, musulmane, jeune, intello, féministe, antiraciste, authentique, cultivée, pacifiste, une française en France victime expiatoire de blancs hystériques, de blanches laïco-racistes, de républicains-réacs incultes, bref de ce vrac de français rabougris. Mais notons particulièrement de ces républicains printaniers aux feuilles brunes qui ne supportent pas ce genre d’arc-en-ciel de la diversité.

Car ‘Femme, noire, musulmane’, Rokhaya Diallo est d’abord à leur yeux la triangulation obscène de nos différences en marche. ‘Intello, féministe, antiraciste’, elle est douée de parole, a un certain talent, sait défendre ses idées, fait preuve de pédagogie dans le débat, demeure calme et solide sur le terrain de la polémique. Elle représente, exprime les attentes légitimes et respectueuses de millions de français noirs, arabes ou musulmans sous le feu permanent des accusations et de la discrimination.

Tandis que les printaniers accusent la "non-mixité" en réunion (bien banale dans le militantisme), ils l’organisent violemment dans les institutions. Qu’ils combattent toutes accusations du "racisme d’état", ils le prolongent à la moindre occasion. Et quand le racisme est déjà dans les institutions, comme dans la police (condamnée) ou à l’Académie Française par exemple, les printaniers ne le critiquent surtout pas. En réalité, ils s’en nourrissent avec duplicité ! En vérité, ce racisme voilé qu’ils drapent de vertu d’une laïcité obscurantiste inspire leur adversité sans laquelle ils n’existeraient pas dans cette France en mutation. Que l’un d’entre eux ait un problème existentiel, qu’il «  a peur de disparaître » jusqu’à l’hystérie, dans un registre douteux,  ils feront rendre gorge à cette France arc-en-ciel pour survivre à leur hiver.

Il faut reconnaître que Macron ne tient pas un commerce politique vieillot de ces tensions. Et quand il fut interpellé, sous l’injonction presque à s’exprimer sur ces sujets, à rentrer dans la valse folle de la haine, il a reconduit Jean-Louis Bianco à l’Observatoire de la Laïcité, comme pour mieux rappeler à nouveau son attachement stricte à la loi de 1905. C’est déjà une résistance mais il semble que pour la première fois, le gouvernement a cédé à la pression de cette frange extrême.

Rokhaya Diallo est le premier gage, le premier recul, la dette de jeu politique qui de Valls à Ménard en passant par Fourest nourrissent ces passions françaises malsaines et; disons le, un racisme à peine voilé.

Contact Danyel Gill.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart