Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

272 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 juil. 2019

«Une côte sur la table» d’Angélica Liddell, une écriture charnelle de la parole

Dans son dernier livre « Une côte sur la table », Angélica Liddell trouve un sens nouveau, dans la putréfaction du temps qui passe. Elle écrit les mots à voix haute, car ses lèvres n’ont pas ceux de la prière. Son écriture douloureuse, via le théâtre, fouille l’âme humaine, au fin fond de l’amour, de la guerre et de la folie.

Dashiell Donello
Je suis un homme libre !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Une écriture charnelle de la parole

La mère d’Angélica est morte. Le feu brûle, sur le bûcher du souvenir, la maternité : lieu déserté où la vie n’est plus convoquée. La chair décomposée se purifie dans un chaudron d’excréments. Nul besoin de pardon, s’il y a présomption de culpabilité.

Angélica Liddell est maintenant orpheline face à sa blessure intime, la vie. Ses fantômes hantent sa chair dans l’effroi de son destin biologique. Nous le savons, la naissance nouvelle porte le poids du monde : « dans le fond, naître, c’est être rejeté par un autre corps. (…) Nous ne pardonnerons jamais à celle qui n’a pas permis que son ventre devienne notre tombe ». 

Les larmes des Anges tombent sur la terre où est née la petite Angélica. Ces êtres spirituels, derrière leurs masques de mystère, leurs regards de marbre, défient les lois, visionnent le non-sens et la déraison. Leurs mémoires représentent un médaillon d’or sur lequel se dessine, dans un puzzle de feu, une image cadavérique. La pièce maintenant manquante. Voilà Angélica qui devient flamme. Elle purifie la lettre A, broderie d’amour pour les hommes. Elle revendique l’art comme bouclier sexiste. L’hypocrisie du puritanisme engendre la violence et fait des plaies dans sa propre chair : «  sans maladie, il n’y a pas de création ». Le long de la frontière de son existence, il y a un côté où commence le dégoût de la vie : « pardonne-moi si je te chante avec ma langue mortelle (…) ce n’est pas le crime qui nous rend coupables, mais la loi ». 

La réalité n’est qu’apparence pour Angélica Liddell. L’objet de son abstraction met en scène l’invisible : « car il est inconcevable de représenter la réalité ». Une réalité qui pose la question d’une machine pour momifiés vivants, dialysés au sang électrique, et prolongés par un tube où pointe tout au bout l’extinction : « chaque fois que j’achète des médicaments pour mes parents, je me dis : n’est-ce pas une atrocité que de soigner l’infection pour les maintenir en vie et grabataires ? ». Cette question est centrale à l’heure de la mort de Vincent Lambert*.

Faire du théâtre revient à prier. A.L

La lettre écarlate d'Hawthorne brode avec Liddell un péché poétique : « le mal, le destin, la pitié. Je dois savoir quel a été mon véritable péché, ce qui m’a fait tomber en disgrâce ».

L’écriture d'Une côte sur la table est à fleur de peau, striée de blessures. Nous avons le devoir d’être beaux, car il est donné pour acquis que nous seront coupables. Prédestinés depuis la nuit des temps. Heureusement, la transgression est un répulsif contre la bien-pensance agressive et les processions offensantes : « comment éviteront-ils que le vagin soit la porte d’entrée vers la nuit et la porte de sortie vers la lumière du jour

Faire du théâtre revient à prier

La lettre écarlate* brode avec Liddell un péché poétique : « le mal, le destin, la pitié. Je dois savoir quel a été mon véritable péché, ce qui m’a fait tomber en disgrâce ».

Nous avons entendu et vu, au théâtre de la Colline en janvier 2019, Liddell jouer Angélica l’Artiste qui doit porter le signe de son péché avec le A de l’adultère. Cela n’est rien d’être paria pourvu que naisse la beauté, malgré les vices de l’humanité. Mais les vœux inavouables des affreux puritains sont bien cachés dans leur conscience : « je n’aime pas ce monde où les femmes ont cessé d’aimer les hommes ». C’est dans l’espace théâtral qu’elle tente d’être supérieure à son destin. La voilà en Prométhée, voleuse de la semence du père. Elle rejoue Freud, accouche de Jésus, car : « toute forme est une vie déjà vécue ». 

Tout en tout

Angélica Liddell convoque, avant de s’envoler de son bûcher absolutoire, Marie, Artaud, Jésus, les anges, le Caravage, le néant qui seul l’éclaire, les fous qui sont des prières en flammes etc., dans une contradiction feinte qui contient tous les livres : «  c’est le livre des vaincus, des hommes seuls, c’est le livre de tous les morts, de tous les malades et de tous les hélas, hélas de la vie, hélas de l’amour, hélas de la folie, hélas de la mort, une longue plainte qui nous mène à la quête de nouvelles entrailles, entrailles père, entrailles mère, entrailles bien-aimé. Ce n’est pas qu’un requiem, c’est une déflagration de la culpabilité et un besoin d’expiation à travers la beauté ». C’est surtout le livre d’Angélica Liddell où chaque page laisse tomber, dans un là-bas immense, le secret des blessures d’être au monde.

* L'affaire Vincent Lambert est une affaire médico-politico-judiciaire française des années 2010 liée au débat sur l’acharnement thérapeutique, le droit des handicapés et l'euthanasie.

Lire aussi Les dits du théâtre. https://blogs.mediapart.fr/dashiell-donello/blog/170119/angelica-liddell-digne-heritiere-d-artaud

Une côte sur la table (Una costilla sobre la mesa)

Les Solitaires Intempestifs

https://www.solitairesintempestifs.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran