Les sociaux-démocrates ont leur candidat aux européennes

On connaît le nom du chef de file des sociaux-démocrates aux élections européennes. Et c'est un choix caricatural.

Caricatural. C’est le terme qui convient sans doute le mieux pour qualifier la désignation programmée de Frans Timmermans comme chef de file des sociaux-démocrates pour la campagne des européennes. Après l’abandon du Slovaque Maroš Šefčovič, l’actuel premier vice-président de la Commission européenne est le seul candidat à l’investiture par le Parti des socialistes européens (PSE), lors de son congrès de décembre à Lisbonne. Il bénéficiait déjà du soutien d’une majorité des membres de cette fédération de partis, dont celui du SPD allemand, qui en reste le vaisseau amiral en dépit de ses difficultés domestiques.

Frans Timmermans © Reuters Frans Timmermans © Reuters
Timmermans, qui a été le bras droit de Jean-Claude Juncker pendant cinq ans, incarne la confusion et les reniements idéologiques dans lesquels s’est enferrée la social-démocratie, en grande coalition permanente avec les conservateurs au niveau européen. À son poste, il a soutenu son collègue néerlandais Jeroen Dijsselbloem, « indéfectible allié de Berlin sur l’austérité » et artisan de l’humiliation infligée à la Grèce. Ne brillant pas plus sur le terrain écologique que social, il a conduit une sorte de simplification administrative à la bruxelloise, dont le mot d’ordre officiel – « mieux légiférer » – cachait selon beaucoup une « renonciation à réguler » et une attaque contre le Parlement élu par les citoyens. 

On pourrait y voir une performance artistique de la famille sociale-démocrate, se sabordant méthodiquement plutôt que de tenter un sursaut audacieux afin de conjurer son déclin électoral en pleine accélération. Timmermans est d’ailleurs membre du PvdA, qui s’est effondré aux dernières élections législatives aux Pays-Bas. Ce crash a sanctionné une trajectoire entamée au tournant des années 1990, lorsque ce parti s’était accoutumé aux politiques néolibérales et aux combinaisons gouvernementales correspondantes. Timmermans avait rejoint les travaillistes à ce moment-là, depuis un parti plus à droite (le D66). C’est pour lui que les sociaux-démocrates européens feront campagne au printemps, sans qu’une alternative ait su ou pu s’organiser, comme si la réduction du pluralisme devait s’ajouter à une décomposition idéologique avancée.

--

Ce billet a été initialement publié dans la Lette européenne de Mediapart : découvrez-là
D’autres familles politiques ont désigné leurs chefs de file : les conservateurs du PPE, et les écologistes européens

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.