POJ

POJ

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Retraites, le grand débat

Suivi par 34 abonnés

Billet de blog 31 août 2010

La réforme des retraites est illégale

POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette réforme des retraites entraîne une régression des droits des assurés sociaux.

Les droits sociaux bénéficient du principe de "non régression" ("effet de standstill" visé par le commissaire au droit de l'homme a/s du droit au logement par exemple : "Toute régression en matière de droit au logement constituerait une violation des droits de l’homme").

Cet "effet de standstill" est consacré par l'article 11 du Pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels (PIDESC), que la France a ratifié depuis le 4 novembre 1980. Elle lui reconnaît un effet direct. C'est-à-dire qu'un justiciable peut l'invoquer devant le juge et demander à ce que la règle inconventionnelle soit écartée, et donc non appliquée.

L'article 11 PIDESC consacre le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille ainsi qu'à une amélioration constante de ses conditions d'existence. En vertu de cet effet de standstill, toute autorité administrative ou législative ne peut pas adopter d'acte administratif ou législatif en retrait par rapport aux objectifs déclarés dans la convention internationale et en régression par rapport à l'état du droit.

Il appartient aux justiciables français de s'emparer de cet instrument plus souvent comme les y invitent les Nations Unies sur le site officiel du gouvernement français : "le Comité a regretté la rareté des décisions de justice faisant référence aux dispositions du Pacte, alors même que ce dernier est supposé avoir un effet direct en droit français."

La réforme des retraites est donc contraire à l'article 11 PIDESC et le justiciable français voyant ses droits à la retraite ainsi diminués peut invoquer en justice l'inconventionnalité de cette réforme et réclamer le respect des dispositions antérieures plus favorables.

Un protocole facultatif adopté le 10 décembre 2008 permet les recours individuels devant le Comite des Nations Unies à Genève, mais la France ne l'a pas signé et encore moins ratifié, privant ainsi les Français de la possibilité d'un tel recours.

Plus près de nous, la Charte sociale européenne est également intéressante à connaître.

Elle aussi, s'applique et peut être invoquée devant le juge national.

Le syndicats ont la possibilité d'élever des réclamations collectives en cas d'atteinte à un droit garanti par la Charte. Ils le font déjà.

La violation de l'effet de standstill en matière de droits sociaux peut donc être invoqué en France pour critiquer les réformes sociales en cours.

Le droit de l'Union prohibe la discrimination en matière de droits sociaux. Une réforme qui ne s'applique qu'à ceux qui n'élèvent pas le litige ne répond pas aux caractères d'une norme juridique, ceux d'être générale, abtraite et impersonnelle.

La réforme est donc ajuridique. Elle viole le droit en créant une régression en matière de protection sociale, prohibée par des dispositions contraignantes de droit international que la France s'est engagée à respecter.

Un tel problème mériterait d'être soulevé en amont plutôt qu'au cas par cas.

Cela éviterait une nouvelle mise en cause de la France par l'ONU - le Comité des droits économiques et sociaux à Genève - ou le Conseil de l'Europe - le Comité européen des droits sociaux à Strasbourg.

Des solutions alternatives existent pour financer les retraites, selon Jean Luc Mélenchon par exemple, qui éviterait à la France d'être mise en cause pour une nouvelle violation des droits de l'homme, car les droits économiques et sociaux sont des droits de l'homme.

Ne pourrait-on pas interviewer nos représentants syndicaux ou politiques et avoir leur opinion sur le sujet ? Comptent-ils évoquer ce point ? Sinon, pourquoi ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB