Entretien avec Emmanuel Ndione

Dans cet épisode on rencontre Emmanuel Ndione, chercheur militant génial et très indiscipliné, fondateur de ENDA GRAF SAHEL - « Graf » qui signifie Groupe de Recherche Action Formation - c’est une organisation de recherche-action née dans les années 1980 à Dakar. La recherche populaire, dynamique pratique de l'émancipation collective, un entretien réalisé par Marie-Yemta Moussanang.

Episode Afrotopiques Emmanuel Ndione © Marie-Yemta Moussanang

Dans cet épisode on rencontre Emmanuel Ndione, chercheur militant génial et très indiscipliné, fondateur de ENDA GRAF SAHEL - « Graf » qui signifie Groupe de Recherche Action Formation - c’est une organisation de recherche-action née dans les années 1980 à Dakar.
La recherche-action, qu’on appelle également « Recherche-expérimentation » ou « recherche-intervention » est une manière de pratiquer la recherche, qui vise à produire du savoir, tout en élaborant des démarches pour produire du changement sur le terrain étudié. C’est un type de recherche qui valorise les connaissances pratiques des personnes et des groupes d’une situation donnée, en partant du principe que ce sont eux qui connaissent mieux leur réalité, et non pas des personnes extérieures.

Emmanuel Ndione est un personnage infatigable, qui depuis près de 50 ans, met la sociologie au service des situations de projets de développements, pour mieux les subvertir. Nous l’avons rencontré à Dakar, dans son bureau de Grand Yoff, au siège d’Enda Graf.

Il nous raconte comment s’est formée l’approche Enda Graf du développement, la démarche de compagnon du changement qui se base sur l’expertise et les stratégies des populations premières concernées.

Emmanuel Ndione et ses équipes ont fait un travail remarquable depuis les années 80 pour observer, documenter, et transformer la société à partir de ses dynamiques relationnelles les plus inclusives.
Les travaux d’Enda Graf sont un matériaux de première main pour construire de la théorie économique très hétérodoxe, qui s’appuie pourtant sur les pratiques de centaines de millions de personnes. Il est peut-être temps de décoloniser l’économie, elle-aussi.

On tente de retracer une partie de la trajectoire du terrain pratique et théorique de Enda Graf, en faisant un petit focus sur l’économie populaire, que l’on se refuse à qualifier d’informelle, car on considère au contraire qu’il s’agit d’économie de la résistance, d’une économie enchâssée qui pourrait bien être le pilier de la transformation sociale et économique sur lequel on pourrait appuyer les formes contemporaines de notre émancipation.

Bienvenue à l’école de la population africaine et bonne écoute //

Soutenir le podcast : www.helloasso.com/associations/gen…ia/formulaires/1
S’abonner à la lettre de ressources du podcast : afrotopiques.mystrikingly.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.