Billet de blog 7 oct. 2016

Comment les élèves racontent l'histoire nationale?

C'est un ouvrage inédit. Le fruit de quatre années d'enquête à partir de près de 7000 récits d'élèves de 11 à 18 ans. Et les résultats devraient permettre de ne plus spéculer ni sur le roman national ni sur les (mé)connaissances des élèves. Du moins si l'on fait pacte de bonne foi.

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est un ouvrage inédit. Le fruit de quatre années d'enquête à partir de près de 7000 récits d'élèves de 11 à 18 ans. Et les résultats devraient permettre de ne plus spéculer ni sur le roman national ni sur les (mé)connaissances des élèves.

Du moins si l'on fait pacte de bonne foi.

L'initiative de l'enquête revient à Françoise Lantheaume, Professeure en Sciences de l'éducation à l'Université Lyon 2 et Jocelyn Letourneau, Professeur d'histoire à l'Université de Laval au Québec. Ce dernier avait déjà, entre 2003 et 2013 récolté près de 3000 récits de jeunes entre 15 et 20 ans sur l'histoire du Québec. L'enquête avait donné lieu à la publication d'un ouvrage : Je me souviens ?.

Du côté français, et notamment au sein du laboratoire ECP (Education, Cultures et politiques) de l'Université Lyon 2, et de l'INRP (Institut National de la Recherche Pédagogique) devenu IFE-ENS en 2009 (Institut Français d'Education, Ecole Normale Supérieure), les question du récit national, du socle commun et des questions controversées avaient nourri une précédente recherche entre 2006 et 2011. L'apport de ces recherches sur l'école est de ne pas se focaliser uniquement sur la source (les prescriptions scolaires), mais de s'appuyer sur des enquêtes basées sur des entretiens et observations, afin de quitter l'unique terrain polémique des intentions et de donner à voir la réalité des pratiques de classes (pédagogies enseignantes et apprentissages des élèves).

C'est de ces intérêts communs qu'est né ce projet dirigé par Françoise Lantheaume de transposer dans d'autres pays l'enquête québecoise, et d'interroger ainsi la production de récits nationaux par les élèves.

Une équipe de chercheurs/ses et enseignant.e.s du Secondaire associé.e.s est constituée et lance le recueil des récits sur des établissements couvrant plusieurs académies de France métropolitaine, mais aussi l'Outre-Mer, la Suisse et la Catalogne, et l'Allemagne, ceci dès 2011.

Il faut avoir participé à ce type d'enquêtes pluridisciplinaires et collectives pour mesurer le travail titanesque, invisible (et parfois ingrat) que représente une investigation scientifique de telle ampleur. Recueil, codage, traitements, grilles d'interprétations etc. , des pré-requis  bien éloignés des éditos ou essais rapides qui souvent ciblent et accablent l'école sans autre étayage scientifique que de simples intuitions.

De ces récits, nous avons tiré des interprétations qui révèlent les implicites de l'apprentissage de l'histoire qu'avaient déjà travaillé des didacticiens avant nous (je pense notamment aux travaux injustement méconnus par les enseignants de Nicole Lautier) ; la place occupée par l'école dans l'apprentissage de l'histoire au côté d'autres canaux de transmission du savoir historique, les profils des personnages historiques mobilisés par les élèves, l'importance d'une mythologie nationale, la centralité de la guerre etc.

Je ne livrerai pas plus avant les résultats de cette longue enquête, il faut faire vivre cet ouvrage et qu'il devienne une base de toute réflexion préalable et sérieuse  sur l'histoire à l'école.

Qu'il soit également une impulsion d'autres recherches à venir car le chemin est encore long. Ces récits sont des mines pour la recherche en Sciences de l'éducation, pas simplement en histoire. On y décèle le rapport à l'écrit, à l'imaginaire (à la poésie parfois), ou encore au politique des enfants et adolescents aujourd'hui.

Parce que les micro-trottoirs ou sondages rapides révèlent les angoisses des adultes contemporains mais ne disent pas grand chose de ce que les jeunes acceptent, comprennent et restituent de leur vision du monde passé, présent et à construire.

Voici la liste des personnes impliquées dans la recherche et ayant participé à l'ouvrage :

Françoise Lantheaume, Jocelyn Letourneau, Bruno Garnier, Vincent Chambarlhac, Valérie Fontanieu (statisticienne hors-catégorie!), Eglantine Wuillot, Benoît Falaize, Stéphane Clerc, Angelina Ogier, Raoul Lucas, Sebastien Urbanski, Charles Heimberg, Peter Carrier, Neus Gonzales, Antoni Santisteban Fernandez, Stéphane Guesnet, Valérie Opériol, Alexia- Dimitra Panagiotounakos, Laurence De Cock

Et l'accès au sommaire

On ne dira jamais assez l'importance de connecter plus avant le monde de la recherche sur l'école avec le terrain.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ehpad privés: un business sur la vieillesse à changer
Des Ehpad privés financés pour près de 50% par le contribuable génèrent un business juteux pour les actionnaires alors que nos aînés finissent leur vie en étant soignés par un personnel insuffisant et mal payé. De multiples rapports parlementaires, enquêtes, documentaires, livres, montrent la réalité d'une situation inacceptable alors que le vieillissement de la population s'accroît.
par serge_escale
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois