Billet de blog 8 sept. 2016

La grande foire du récit national est ouverte. Nous n'en serons pas

Depuis quelques jours journalistes, collègues ou amis s'inquiètent. Mais que fait donc le collectif Aggiornamento que l'on attendait épée dans une main et clairon dans l'autre pour batailler contre le nouvel assaut des chevaliers du récit national.

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques jours journalistes, collègues ou amis s'inquiètent : mais que fait donc le collectif Aggiornamento que l'on attendait épée dans une main et clairon dans l'autre pour batailler contre le nouvel assaut (certes féroce) des chevaliers du récit national ?

Pour vous rassurer immédiatement, nous avons bien tout suivi. Plus précisément, nous avons bien tout subi : les infâmes affabulations de François Fillon sur l'enseignement de l'histoire, les grotesques obsessions de Dimitri Casali pour sauver la France d'un désamour qu'il fantasme depuis plusieurs années, et les complicités désormais routinières du Figarianne (comprendre la contraction du Figaro et Marianne qui, sur la question de l'école, rivalisent d'emphases anxyogènes et de fantasme de chute civilisationnelle).

Il ne serait pas tout à fait juste de prétendre que le spectacle se rejoue au mot près à chaque rentrée scolaire. Cette année, dans le contexte politique délétère auquel nous sommes contraints de nous habituer, tant de verrous ont sauté que les délires des uns et des autres franchissent des paliers d'ignorance, de haine et d'avidité médiatique et électorale. Nous en sommes là, à devoir supporter par exemple cette prose :

" Afin d'arracher les enfants de France à la terre de France, à son Histoire, car la terre et l'Histoire sont en France la même chose, l'Education nationale dépayse les décors des livres d'apprentissage de la lecture. Dans la région toulousaine, des enfants apprennent à lire dans un ouvrage, Zékéyé et le serpent python; dont le personnage principal, un garçonnet fictif, Zékéyé, vit au Cameroun" (Robert Redeker, Le Figaro.fr, 27 août 2016)

Ou encore ceci :

"Depuis 20 ans, nos dirigeants révisent le passé pour ne célébrer ou critiquer que des événements ou des personnages incarnant soit le bien, soit le mal (. Dès lors, ils éliminent toute la complexité de l’Histoire. Une nouvelle fois, ils "égalitarisent" pour éviter à tout prix tout culte de la personnalité ou du héros qui pourrait mettre en relief leur propre médiocrité  (Dimitri Casali, Atlantico, 4 septembre 2016. Les citations sont en gras dans le texte, il faut y lire sans aucun doute un présage absolument dramatique de fin du monde).

Alors, comment vous dire...

Dans une société normale, ces pathétiques turpitudes devraient nous arracher des larmes de rire. Dans la nôtre hélas, elles sont portées par une sphère toujours plus hargneuse, dangereuse et dénuée de freins déontologiques. L'échéance électorale ne nous aide pas. Ces paroles publiques circulent désormais en roue libre, hors-sol, alimentées par une presse en quête de spectacle (et de deniers) d'animation pour sa rentrée.

Nous n'en serons pas.

Nous n'en serons pas car, sur ce sujet, nous avons déjà tout dit depuis longtemps. En témoigne la recension (non exhaustive) de la littérature existante  que quasiment aucun journaliste complice de cette gabegie n'a jugé bon de venir fouiller.

Dans notre collectif d'abord :

Vous pouvez trouver des alertes depuis 2012 :

Vague brune sur l'histoire de France : https://aggiornamento.hypotheses.org/898

"La vérité sur l'histoire à l'école" ou les mensonges du Figaro : http://aggiornamento.hypotheses.org/1039

Sur Dimitri Casali, nous nous sommes livrés à des analyses très précises de ses recyclages :

http://aggiornamento.hypotheses.org/1571

http://aggiornamento.hypotheses.org/1581

http://aggiornamento.hypotheses.org/994

http://aggiornamento.hypotheses.org/1039

http://www.leshistoriensdegarde.fr/quelle-histoire-se-cache-derriere-dimitri-casali/

Et on a même tenté un pastiche il y a deux ans : http://aggiornamento.hypotheses.org/2281

Et l'année dernière ce dernier était invité dans une école du Val Fourré : http://aggiornamento.hypotheses.org/3084

Sur le roman national :

Bousculer le roman national ? : http://aggiornamento.hypotheses.org/844

Et la France dans tout ça ? http://aggiornamento.hypotheses.org/802

L'histoire de France fétiche de la nation : http://aggiornamento.hypotheses.org/505

Identité nationale et histoire de France : déconstruire le mythe national : http://aggiornamento.hypotheses.org/58

Sur les programmes d'histoire et la controverse de 2015 :

L'apprentissage du raisonnement historique, quelques suggestions pour les cycles 2, 3 et 4 : http://aggiornamento.hypotheses.org/2502

Pour une critique constructive des nouveaux programmes d'histoire et de géographie : http://aggiornamento.hypotheses.org/2763

Le ministère serre Lavisse avec Pierre Nora : http://aggiornamento.hypotheses.org/2803

Nouveaux programmes : ce qui a eu lieu, ce que l'on risque : http://aggiornamento.hypotheses.org/2834

Programmes d'histoire : le CSP a reculé ? What a surprise ! : http://aggiornamento.hypotheses.org/2983

Les nouveaux programmes d'histoire, tombeaux de la liberté pédagogique : http://aggiornamento.hypotheses.org/2989

Et bien d'autres encore.

Et ailleurs :

A toutes fins utiles, on signalera pour terminer l'existence d'une littérature pléthorique sur ces usages et mésusages du récit national dans l'espace public et dans l'histoire scolaire. On pourra pour cela se référer aux nombreux auteurs spécialistes membres du collectif Aggiornamento ou non :

Suzanne Citron, Patricia Legris, Patrick Garcia, Laurence De Cock, Nicolas Offenstadt, Christophe Naudin, William Blanc, Aurore Chéry, Gérard Noiriel, Benoît Falaize, Charles Heimberg, Sebastien Ledoux ...

Et à d'autres auteurs, historien.ne.s pour la plupart, qui depuis plusieurs années, travaillent à renouveler l'écriture d'une histoire de France dépoussiérée de cette mythologie gluante : Patrick Boucheron, Quentin Deluermoz, Eric Fournier, Guillaume Mazeau, Ludivine Bantigny, Mathilde Larrère, André Loez,  Dominique Kalifa, et toutes celles et ceux (par dizaines) que j'oublie (qu'ils ou elles n'en prennent pas ombrage) et qui contribuent à réenchanter par la connaissance et la créativité les sous-bassements d'une histoire à destination de celles et ceux qui vivent ailleurs et ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart