Billet de blog 16 nov. 2013

Enseigner au lycée professionnel est aussi un métier qui s'apprend !

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rédacteur-rices-s : 

L’équipe des enseignants impliqués dans le master métier de l’enseignement Lettres- Histoire/Géographie de l’Université d’Artois : René Charles, Marylène Constant, Sabine Dumont, Véronique Dupuis, Anne Inglebert, Nicolas Lebrun

A l’heure où le ministère entend pour la énième fois revaloriser la voie professionnelle dans le cadre de la refondation de l’école,  les masters dédiés à l’enseignement dans ces mêmes lycées professionnels dans le domaine disciplinaire des Lettres-Histoire/Géographie ferment en catimini sans apparemment susciter ni tollé, ni émoi. A cette rentrée ce sont déjà deux de ces masters qui ont disparu, ceux d’Amiens et de Rouen. La raison avancée le plus souvent, est le faible nombre d’inscrits. Il faudrait y ajouter que la décision de supprimer ces formations ne rencontre pas de fortes oppositions et peut s’opérer sans vague, ni bruit.

A ce jour le master Lettres-Histoire/Géographie dans lequel nous sommes collectivement impliqués, porté conjointement par l’université d’Artois et l’ESPE Lille Nord de France est menacé de fermeture à l’horizon de la rentrée 2014 si les effectifs inscrits en première année de master n’augmentent pas sensiblement.

Pourtant, il est le seul master de ce type offert dans l’ensemble de l’académie de Lille et le seul au nord de Paris.

Pourtant, L’académie de Lille compte 152 établissements et sections d’enseignement professionnel ce qui représente 9,2% des lycées professionnels de France.

Pourtant, les lycées professionnels qui permettent à 190 900 élèves ( chiffre 2012)- le Bac S c’est 150 100 bacheliers à titre de comparaison- d’obtenir un Baccalauréat ont besoin de professeurs formés spécifiquement à la bivalence lettres-Histoire/géographie.

Seul un master spécifique et complet dédié aux lettres  ainsi qu’à l’histoire et à la géographie peut préparer des étudiants, à la fois au concours de recrutement du CAPLP, et au métier d’enseignant en lycée professionnel dans le cadre de la bivalence; de plus il est une voie de réussite pour des étudiants aux parcours universitaires très variés et atypiques ( étudiants venant de licence de philosophie, sociologie, archéologie…) ou en reprise d’études.

Ce master souffre, à notre sens, de manière structurelle, d’un défaut d’information allié à un manque de visibilité. Il est souvent très difficile de connaître la carte nationale de ces formations, d’en connaître l’existence dans telle ou telle académie; à moins de savoir où chercher et de se montrer particulièrement opiniâtre! L’accès à une information de qualité n’est pas directe loin s’en faut. Beaucoup, parmi les enseignants, ignorent leur existence et ne peuvent fournir des informations exactes et précises.

Les 650 000 élèves inscrits en CAP et  Bac Pro méritent, pourtant, des professeurs qui ont choisi d’enseigner en lycée professionnel et qui ont été formés pour cela. Voilà tout notre engagement . Diffuser des informations relative à la formation du master lettres-Histoire, au concours du CAPLP, faire connaître l’enseignement des lettres , de l’histoire et de la géographie en lycée professionnel en démontant des idées reçues c’est notre motivation d’aujourd’hui afin que ces formations soient davantage connues  de tous ceux qui s’intéressent au métier d’enseignant ….

Parmi les initiatives prises pour faire sortir le master Lettres-Histoire/Géographie de la confidentialité dans laquelle il ne doit pas rester confiné un groupe Facebook a été créé ( https://www.facebook.com/lettreshistoire.artois) ainsi qu’une page dédiée où étudiants, enseignants peuvent échanger sur le master, le concours ses programmes ( qui ne sont pas ceux du CAPES Histoire-Géographie)et ses épreuves, l’enseignement en lycée professionnel (https://www.facebook.com/pages/Lettres-Histoire-Artois/672936509403330?ref=stream).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale