Billet de blog 17 nov. 2021

Défendre l'école publique contre toutes les attaques qui visent à la détruire

Des collectifs pédagogiques réagissent au dossier publié dans Le Figaro Magazine qui salit la profession et l'école publique. Ils rappellent que l'école publique mérite d'être soutenue et protégée contre ces attaques récurrentes des milieux droitiers et que le silence ministériel est lourd de sens.

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Ce 12 novembre 2021, le Figaro Magazine a titré sa une " École. Comment on endoctrine nos enfants". Le sous-titre est encore plus racoleur : "Antiracisme, idéologie LGBT+, décolonialisme... Enquête sur une dérive bien organisée". À l'heure où le ministère de l'Éducation nationale clame la nécessité de « revenir » aux valeurs de la république, cet article dénonce des enseignant ·e s qui les mettent en œuvre !

La charge se fait par l'intermédiaire de témoignages anonymes. La dénonciation en particulier d'une enseignante d'EMC à partir des déclarations d'une élève n'a rien à envier aux méthodes qui ont conduit à la décapitation de notre collègue Samuel Paty : le mensonge, la calomnie, la dénonciation publique d' enseignant·es. 

Le vocabulaire employé relève d'un complotisme qu'on s'étonne de trouver dans un magazine lancé d'un quotidien national. De quel côté se situe l'endoctrinement ? Faudrait-il donc sanctionner des enseignant·es qui luttent contre toutes les discriminations et les préjugés qui mènent à la violence ?

Hier, ils dénigraient l'Université publique en taxant les universitaires d'Islamo-gauchistes. Aujourd'hui, c'est au tour de l'École publique et de toute la profession enseignante, sans égards pour les attaques dont elle souffre depuis de nombreuses années.  

Cet article est une caricature outrancière. Il est l'illustration et le résultat de l'abandon d'un service public d'éducation depuis trop d'années. Au lieu de parler des moyens, à l'heure où le ministère de l'Éducation nationale rend pour la troisième fois en deux ans des dizaines de millions d'euros à Bercy tandis que l'école publique implose, on préfère lancer des anathèmes et discréditer une institution dans son ensemble. Un cap dans la stratégie de délégitimation de l'école publique vient d'être franchi. Il ne s'agit plus seulement de détruire, il faut maintenant salir.

Trop c'est trop !

Depuis trop d'années, l'école est la cible d'attaques organisées si bien que le prof-bashing est devenu un sport national, désormais alimenté par le ministère. La réalité des salles de classes, des cours de récréation et des établissements scolaires, où le savoir se construit avec un recul critique, n'est lue nulle part, entendue nulle part. Au lieu de cela, ce sont les commentateurs et commentatrices  les plus éloigné·es de la sphère scolaire qui font naître des peurs et de véritables paniques morales plaquées sur une école qui n'existe que dans leurs fantasmes. Nous ne sommes pas responsables des comptes qu'ils ont à régler avec l'institution scolaire. 

 Ici, un nouveau pas est franchi, puisque depuis la publication du dossier et le tollé qu'il a suscité, par son silence, Jean-Michel Blanquer lui apporte sa caution. Du titre aux articles, le torrent de boue déversé, les accusations infondées, auraient pourtant mérité réaction d'autant plus que certaines  "valeurs de la République" y sont malmenées, tel l'antiracisme ou la lutte contre les LGBT+-phobies qui s'inscrivent bien, aux dernières nouvelles, dans le principe de fraternité. Pire, par la voix de Souâd Ayada, présidente du Conseil Supérieur des Programmes, on peut lire une caution de la rue de Grenelle à des  propos pourtant faiblement étayés. Elle va jusqu'à souhaiter contrôler et épurer l'édition scolaire, pratique qui masque mal un désir inassouvi de censure de certains débats.

 Ajoutons que ce dossier opère une opportune diversion et sert les intérêts d'un ministère désormais incapable d'assurer à tous les enfants de la République des conditions d'accueil scolaire conformes au code de l'éducation. Le manque d'enseignantes et d'enseignants est criant dans certaines académies, et prive des enfants toujours plus nombreux de leur droit essentiel à l'éducation. Quant à l’intégration des élèves en situation de handicap, elle est d’une insuffisance au-delà du scandale. Devant cette rupture majeure du principe d'égalité, largement dénoncée, le silence est pourtant de mise dans les Rectorats concernés comme rue de Grenelle. 

 Les collectifs signataires de cette tribune dénoncent, sans réserve, ces attaques infondées. L'école publique n'endoctrine personne. Au contraire, chaque jour, des centaines de milliers d'enseignant·es œuvrent pour que chaque élève, chaque enfant, chaque jeune puisse apprendre, progresser, grandir et former son jugement, loin du spectaculaire médiatique et des fake-news. Qu'ils et elles soient ici remercié·es et félicité·es, pour ce labeur quotidien, le plus souvent exercé dans l'ombre de ces coups médiatiques scandaleux et dangereux, faisant le lit de l'extrême-droitisation des discours sur l'école. Ça suffit ! 

La profession enseignante, à plusieurs reprises endeuillée et meurtrie ces derniers mois, a droit à un peu de reconnaissance et de tranquillité. Que ses ennemis récurrents le lui accordent, est-ce trop demander ? 

 Au court terme des échéances électorales et des discours caricaturaux répond le temps long de l'éducation. Nous en appelons dès lors à ce que l'école soit protégée de ces attaques. Nous adressons notre plus entière solidarité aux collègues et collectifs nommément visés dans le dossier du Figaro Magazine. Sans faire fi de notre diversité, nous exprimons avec force et clarté notre attachement au service public d'éducation nationale. Puissions-nous collectivement trouver le courage nécessaire à la continuation de notre métier car nos élèves, nos enfants, en ont besoin et se tiennent fort heureusement loin du monde ténébreux dessiné par le Figaro Magazine.

Signataires :

- Collectif Aggiornamento Histoire-Géo

- Collectif Questions de classe(s) - N'Autre école 

- Collectif pour la défense du service public d'éducation 38

- ICEM Pédagogie Freinet

- GFEN

- Institut bell hooks/Paulo Freire 

- Collectif Pédagogie Solidaire 

- collectif Lettres vives 

- collectif SVT Égalité

- collectif Enseignant·e·s Pour La Planète

- Cahiers de pédagogie radicale 

- Fondation Copernic

- L'APSES (association des professeurs de sciences économiques et sociales)

-Cahiers d'histoire, revue d'histoire critique

- FCPE 75

- GRDS (Groupe de recherche sur la démocratisation scolaire) 

-ATTAC 

- AFEF (association française des enseignants de français) 

- OCCE (office central de la coopération à l'école)

- Comité thématique Éducation de Génération.s

- CRAP-cahiers pédagogiques 

-Revue Carnets rouges 

- Commission éducation du PRCF

- CVUH (Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire) 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte